Et aussi sur Cultures-J.com

« Les uns sur les autres », affaire de famille à la Madeleine

Vingt ans après Un air de famille, en 1994, Agnès Jaoui remonte sur les planches dans Les uns sur les autres, de Léonore Confino.

les uns sur les autres jaoui bacri theatre madeleine affiche« A taaable ! A taaaaable ! » C’est ainsi que débute la pièce, alors que la mère s’égosille pour tenter de réunir tant bien que mal sa famille, sans y parvenir vraiment.

Les uns sur les autres, c’est l’histoire d’une famille comme il en existe tant d’autres, résidant dans un pavillon de deux étages, en banlieue parisienne. Une mère qui endosse le rôle de chef de famille, un père qui s’absente à tout moment de jour comme de nuit, prétextant une réunion au CNRS, un fils déconnecté du monde réel et absorbé par le virtuel, une fille anorexique qui ne jure que par la maigreur, un grand-père en perte d’autonomie qui ressasse des histoires de guerre, sans oublier le chien.

Chacun semble esseulé, laissant la famille au second plan. La pièce est rythmée par des personnages qui parlent vite et évoluent rapidement à travers les différentes pièces du pavillon. Ce rythme renvoie au stress du quotidien, celui du monde réel.

Tous les problèmes ordinaires d’une famille lambda sont ici évoqués : communication, adolescence, vieillesse, mort, non-dits, infidélité, respect… Une universalité des thèmes qui permet au spectateur de s’identifier sans mal à cette famille.

La seconde partie prend un aspect plus surréaliste, avec la disparition de la fille ; sa maigreur étant telle qu’on ne la voit plus ! Seule sa voix sera « présente », permettant la poursuite de conversations avec les membres de sa famille à peine perturbés par son absence et qui ne distingue plus les limites entre la réalité et le virtuel. Le paranormal fait ici son entrée. Tout bascule lorsque surgit un lourd secret qui fera prendre conscience à chacun qu’il est rattaché à un même corps. La famille se reconstitue, se rapproche. Les murs tombent. C’est le retour à l’accalmie et au dialogue.

Les uns sur les autres, au théâtre de la Madeleine, à partir du 21 janvier. Renseignements sur le site du théâtre de la Madeleine.

Jean-Yves DEVENDEVILLE pour Cultures-J.com.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Mes parents sont des enfants comme les autres » au théâtre Saint-Georges
Arnaud Baudillard (Loïc Renard) reproche à ses parents (José Paul et Marie Montoya) d’être complètement égocentriques et déjantés, oubliant de lui fêter son anniversaire une fois de plus. Il veut ...
Lire la suite
« Popper », de Hanokh Levin, au théâtre Pixel
Popper, c’est plus qu’une histoire. Popper, c’est une farce moralisatrice, une comédie cynique sur le Bien et le Mal dans laquelle l'absurde et le déjanté côtoient la tragédie. Tout commence par ...
Lire la suite
« Instant de Vérité », de Joshua Sobol
"Cette terre est ma blessure. Une blessure qui ne se cicatrise pas. Chaque fois, avant d’arriver sur cette terre, une sorte d’immense espoir s’éveille en moi". Joshua Sobol. (Instant de ...
Lire la suite
« Je préfère qu’on reste amis », dernières les 19 et 20 janvier à l’Olympia
Claudine, dite "Cloclo", quinquagénaire dynamique, tient un magasin de fleurs, La crevette rose, que nombre de clients ont trop souvent tendance à prendre pour une poissonnerie. Secrètement amoureuse du beau ...
Lire la suite
Huster et Réali réunis dans « Love Letters »
Avec pour unique décor un large tapis, une longue table et deux chaises, Love Letters fonctionne comme une lecture de lettres, la correspondance de presque toute une vie entre Andy, ...
Lire la suite
« Paris, Barbes, Tel Aviv », une cohabitation explosive à l’Archipel
Antoine, jeune Français, blanc, aux tendances fascistes et racistes, doit d’urgence trouver deux nouveaux colocataires, au risque d’être expulsé. Sur les bons conseils d’une de ses ex, il contacte une agence ...
Lire la suite
« Matière noire », de Dror Burstein, par Sophie Masson
Dror Burstein excelle dans l'art de recréer une atmosphère. Dans Matière noire, il nous amène dans les affres de relations familiales compliquées.  A-travers les pensées d'un personnage, il nous partage les ...
Lire la suite
« Les optimistes », au théâtre du Soleil
Lorsqu’ils se rencontrent en 2007 sur les bancs de l'école de théâtre Jacques Lecoq, Ido Shaked, israélien, Lauren Houda Hussein, franco libanaise, et Hamideh Ghadirzadeh, franco iranien, décident de créer la ...
Lire la suite
Véronique Fourcaud, « divine Bernhardt » au Ranelagh
Dans le cadre atypique du foyer du théâtre Ranelagh, dont la massive cheminée, les boiseries et les lustres étincelants font plus penser à un salon cossu du siècle passé qu’à ...
Lire la suite
« Tom le Magicien » et « Cyrano de Bergerac », par Sylvie Marsaud
La troupe a choisi l'écrin du joli théâtre Michel pour présenter sa saison 2013/2014. Focus sur Tom le Magicien et Cyrano de Bergerac, deux créations 2013. "Babouchka", c'est la grand-mère en ...
Lire la suite
« Mes parents sont des enfants comme les autres » au
« Popper », de Hanokh Levin, au théâtre Pixel
« Instant de Vérité », de Joshua Sobol
« Je préfère qu’on reste amis », dernières les 19 et
Huster et Réali réunis dans « Love Letters »
« Paris, Barbes, Tel Aviv », une cohabitation explosive à l’Archipel
« Matière noire », de Dror Burstein, par Sophie Masson
« Les optimistes », au théâtre du Soleil
Véronique Fourcaud, « divine Bernhardt » au Ranelagh
« Tom le Magicien » et « Cyrano de Bergerac », par Sylvie

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.