Et aussi sur Cultures-J.com

Avignon 2014 : « La jeune fille et la mort », d’Ariel Dorfman

« Tant que subsiste la mémoire des faits, il ne peut y avoir de pardon » (Stefan Sweig, La pitié dangereuse).

la jeune fille et la mortQuand une victime croit reconnaître son bourreau et que le destin lui offre l’occasion d’inverser les rôles…

Paulina, ex-militante emprisonnée et torturée durant l’ancien régime, vit avec son époux Gerardo, brillant avocat. Le soir où il est nommé à la commission qui doit enquêter sur les méfaits de la dictature, Gerardo tombe en panne de voiture. Heureusement, il est raccompagné par le Docteur Miranda.

Aussitôt, Paulina croit reconnaître en ce visiteur providentiel son ancien tortionnaire. Décidée à le confondre et à se venger, elle convainc son mari de jouer l’avocat de la défense.

Très vite « le procès » bascule…

La jeune fille et la mort, d’Ariel Dorfman, au Verbe Fou du 5 au 27 juillet, à 19h30. En savoir plus…

Source : KissKissBankBank.com.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.