Et aussi sur Cultures-J.com

« Elsa a retrouvé le sourire », de Gabriel Berthod

Paris, entre-deux guerres. Paul Vernet, célèbre marchand d’art, possède une galerie rue de la Boetie spécialisée dans l’art moderne.

elsa a retrouve le sourire gabriel berthodAmi de Gertrude Stein, ses clients sont Moïse de Camondo ou Edmond de Rothschild… Mais lorsqu’éclate la Seconde guerre mondiale, à l’instar des autres grands marchands d’art de la capitale, Paul Vernet est obligé de fuir vers les États-Unis.

D’abord cachée dans les caves du château de Chambord, puis à Brissac, l’EER, sorte de ministère de la Spoliation, finit par retrouver la collection Vernet et la réquisitionne en août 1941.

L’intégralité des oeuvres reviennent au Jeu de Paume afin d’être inventoriées sous le regard bienveillant de Rose Valland, les toiles dites « dégénérées » – Otto Dix, Kokoshka, Kirchner, Emil Nolde, Max Beckmann, en tout soixante-dix oeuvres – étant quant à elles stockées dans la salle des Martyrs.

En visite au Jeu de Paume, Hermann Göring exige le remballage de l’intégralité de la collection et son expédition par convoi spécial vers sa résidence de Karinhalle.

Paris, de nos jours. Louis-David Vernet, fils de Paul Vernet, engage Guillaume Basquerville, Art detective, afin de retrouver ces soixante-dix toiles. Commence alors pour le chasseur d’oeuvres d’art une course effrénée en Europe qui le mènera de Saint-Petersbourg au château de Neuschwzanstein, à la frontière autrichienne, où des milliers d’oeuvres d’art spoliées par les nazis ont été entreposées alors que l’Allemagne était en pleine débâcle.

Avec une extrême précision, Elsa a retrouvé le sourire revient dans un premier temps sur le pillage dont a été victime l’Europe, et la France en particulier, puis dans une seconde partie sur le titanesque travail d’investigation afin de retrouver les oeuvres d’art volées. Aujourd’hui, on estime à environ 2.000 le nombre d’oeuvres toujours en attente de restitution, et conservées par les musées français.

Un livre absolument passionnant !

Elsa a retrouvé le sourire, de Gabriel Berthod, aux éditions Anne Rideau. 355 pages. 20,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Atlas de la Shoah. La mise à mort des Juifs d’Europe », de Georges Bensoussan
L'atlas de la Shoah est un livre didactique qui explique la géographie de la destruction des juifs d'Europe. Le sous-titre "La mise à mort des juifs d'Europe, 1938-1945" est on ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 4/5. Jazz et art dégénéré
L'élite allemande ne dédaigna pas l'art dit "dégénéré" tel le jazz en musique, ou le fauvisme en peinture, même s’il fut censuré. Si les artistes interdits fluctuent selon une logique ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 1/5. Collaboration et Résistance, quelle frontière ?
L'Occupation fait immédiatement penser à rationnement, peur, exode ou encore déportation. Mais ce fut également une époque de grande créativité intellectuelle. Le marché de l'art était florissant, les œuvres se vendaient ...
Lire la suite
« 21 rue la Boétie » : l’expo événement à ne pas manquer au Musée Maillol
Avant d'être une exposition, avant même d'être un livre, 21 rue la Boétie était une adresse, à deux pas des Champs-Elysées, dans le centre de Paris. C'est là que Paul ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
Et les possessions juives partirent pour l'Allemagne. Ce fut l'époque de la récupération des œuvres d'art, des livres et  des meubles des particuliers Juifs. Leurs biens furent spoliés au profit ...
Lire la suite
Sortie DVD : « La femme au tableau », le nouveau film de Simon Curtis
Quand la nuit tombe, c'est avec les bougies du passé que Maria Altmann éclaire ses songes. Autriche, 1907. Un tableau, une femme, un regard aussi précieux que de l'or... Celui de sa ...
Lire la suite
« Blue Velasquez », le nouveau roman de Marc Welinski
Paris 1942. Menahem Weintraub, originaire de Cracovie, possède une galerie spécialisée dans les tableaux anciens, rue du Bac. Lorsque cette dernière est saisie et confiée à un commissaire-gérant, la famille ...
Lire la suite
« Le catalogue Goering », un ouvrage de référence sur la spoliation européenne
Au fil de ses 600 pages, dont près de 500 sont consacrées aux oeuvres elle-mêmes, Le catalogue Goering remet en lumière douze années parmi les plus noires de l'histoire de ...
Lire la suite
« La médecine », le premier Klimt à entrer au musée d’Israël à Jérusalem
C’est avec un grand honneur que le musée d’Israël à Jérusalem annonce l’entrée dans ses collections de sa première toile du maître de la Sécession viennoise, Gustav Klimt. Présentée aux visiteurs ...
Lire la suite
Les Camondo, une dynastie d’Istanbul à Auschwitz (3/4)
Lorsqu’éclate la Première guerre mondiale, Nissim est âgé de vingt-deux ans. De nationalité française – il est le premier Camondo à être né sur le sol français –, il est ...
Lire la suite
« Atlas de la Shoah. La mise à mort des
Les arts sous l’Occupation : 4/5. Jazz et art
Les arts sous l’Occupation : 1/5. Collaboration et Résistance,
« 21 rue la Boétie » : l’expo événement à ne
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
Sortie DVD : « La femme au tableau », le nouveau
« Blue Velasquez », le nouveau roman de Marc Welinski
« Le catalogue Goering », un ouvrage de référence sur la
« La médecine », le premier Klimt à entrer au musée
Les Camondo, une dynastie d’Istanbul à Auschwitz (3/4)

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.