Et aussi sur Cultures-J.com

« Hitler et les siens », de Pierre Stephany

A propos d’Hitler, on peut penser que tout a été dit, écrit, filmé… Peut-être à juste titre d’ailleurs. Les ouvrages sur le pire fléau que la terre aie portée et sur la période la Seconde Guerre mondiale ne manquent en effet pas dans les rayons des librairies. Mais avec Hitler et les siens, c’est à une approche différente que nous invite le journaliste et biographe belge Pierre Stephany.

hitler et les siensPage après page, c’est dans l’intimité du dictateur que le lecteur se trouve plongé, partant à la rencontre des figures incontournables – tristement célèbres ou anonymes, qui ont permis au jeune étudiant raté, tantôt distributeur de cartes postales, tantôt porteur de bagages ou batteur de tapis, d’accéder aux plus hautes marches du pouvoir, et de répandre sur l’Europe entière peur, violence et haine.

C’est au cours de ses tout premiers meetings en Bavière qu’Hitler fait la connaissance des quelques personnes qui vont permettre au monstre de naître et de se forger. Emil Maurice tout d’abord, qui sera son futur chauffeur, Ernst Röhm, officier allemand et plus tard fondateur des S.A., mais surtout le journaliste Dietrich Eckart, qui fréquente avec assiduité la bourgeoisie bavaroise, qu’Hitler va rapidement intégrer. Dans le luxe ostentatoire de salons privés, il tisse des liens privilégiés avec les membres de la bonne société, et n’hésite pas à flatter la gente féminine de mille compliments. Et les poissons mordent. Ses plus généreux donateurs sont Elsa Bruckmann, une princesse roumaine, Hélène Bechtein, épouse d’un richissime fabriquant de pianos, ou encore Winifred Wagner, avec qui il entretiendra une obscure relation.

Si la vie publique et politique d’Adolf Hitler n’est plus un secret, il en est tout autrement de sa vie sentimentale. Durant des années, il entretiendra de malsaines relations avec quantité de filles, souvent beaucoup plus jeunes que lui, et dont sept se donneront la mort. Une des dernières fut Angelika, surnommée « Geli », qui n’était autre que nièce, la fille de sa demi-sœur Angela. Jalouse et écartée de la vie du Führer suite à sa rencontre avec une autre jeunette – Eva Braun, qui n’a alors que dix-sept ans, vingt-trois de moins qu’Hitler, « Geli » se tirera une balle dans le cœur en 1931. L’enquête, bâclée, est étouffée par la Gestapo. Et si Eva Braun commettra elle aussi deux tentatives de suicide, ce furent plus des appels à l’aide que de réelles envies de mettre fin à ses jours.

Parallèlement à ses levées de fonds, Hitler enchaine les rencontres qui constitueront bientôt l’essentiel de son cercle le plus fermé. Rudolf Hess, qui représentera officiellement le Führer auprès du parti nazi, Hermann Goering, un fils d’ancien ministre possédant charme, argent et notoriété, Albert Speer, son architecte favori, Joachim Von Ribbentrop, Heinrich Himmler, mais aussi Joseph Goebbels, que lui a présenté Gregor Strasser, fondateur du parti en Allemagne du Nord. Goebbels est un des rares membres de l’entourage d’Hitler à avoir suivi des études universitaires. Assoiffé de pouvoir, Goebbels va grimper une à une les marches du pouvoir jusqu’au poste de Ministre de la Propagande. Comme de nombreux autres, il vouera à Hitler une admiration sans borne, allant même jusqu’à déclarer que « cet homme est fait pour être roi ». De 1932 à 1940, Joseph et Martha Goebbels auront six enfants. En guise d’hommage, tous porteront un prénom commençant par la lettre « H ».

Outre les relations qui ont constitués le noyau dur de son régime, Pierre Stephany met également l’accent sur ses relations internationales avec Staline ou Mussolini, ainsi que sur certaines personnalités politiques et médiatiques de l’époque – Charles Lindbergh, Edouard VIII en mal de popularité et son épouse, l’américaine divorcée Wallis Simspon, ou encore Ibn Séoud, l’antisémite fondateur et monarque de l’Arabie Saoudite, lui apportant tous, en connaissance de cause ou non, un soutien non négligeable.

Hitler et les siens, de Pierre Stephany. Editions Ixelles. 336 pages. 22.90€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Dolfi et Marilyn » de François Saintonge : Hitler is back !
En-dehors de quelques illuminés nostalgiques du 3ème Reich, qui pourrait un instant envisager le retour sur terre d’Adolf Hitler ? François Saintonge, qui signe avec Dolfi et Marilyn son premier roman, plonge ...
Lire la suite
« L’enfance des dictateurs », de Véronique Chalmet
Staline, Mao, Amin Dada, Mussolini, Hitler, Bokassa, Kadhafi, Pol Pot, Franco, Saddam Hussein... A elle seule, cette poignée d’hommes aux noms effroyables totalise plusieurs dizaines de millions de morts, et ...
Lire la suite
« L’opinion allemande sous le nazisme », de Ian Kershaw
Dans la "préface à l'édition française" Ian Kershaw regrette que certains aspects de son livre soient marqués par l'époque de sa conception, et il espère que cette étude devienne une ...
Lire la suite
« Hitler, son dernier secret », au théâtre du Nord Ouest
Vienne, milieu des années 30. Ulrich Falch est serveur dans une brasserie de la capitale autrichienne où se réunissent les dirigeants du National-Socialiste pour mettre au point l’anschluss. Julia, son ...
Lire la suite
Interview : Véronique Chalmet, auteure de « L’enfance des dictateurs »
Dans le cadre de la sortie de son nouveau livre L'enfance des dictateurs, Cultures-J.com a rencontré l'auteure Véronique Chalmet, qui a accepté de répondre à nos questions. Rencontre. Cultures-J.com : Véronique Chalmet bonjour, ...
Lire la suite
« Cinéma : l’année 1942 », au Mémorial de la Shoah
En France, en Allemagne et aux Etats-Unis, l’année 1942, bien qu’en plein cœur de la Seconde guerre mondiale, fut très prolifique pour les producteurs et réalisateurs de films. Des deux ...
Lire la suite
« Ils étaient un seul homme », de Daniel James Brown
Ils étaient un seul homme est un livre plein d'espoir dans les capacités humaines, mettant à la fois en valeur le travail en équipe, son exigence, et aussi sa réussite. Cette ...
Lire la suite
« Riefenstahl », de Lilian Auzas
D’elle, on a dit qu’elle était une grande danseuse expressionniste. Puis une géniale réalisatrice, indéniablement la plus grande des années 30. Elle fut ensuite une talentueuse photographe, comme le prouve ...
Lire la suite
« Stauffenberg. L’homme qui voulait tuer Hitler », de Jean-Louis Thiériot
Elève studieux, préférant la compagnie des livres à celle des femmes et du bon vin, admirateur d’Otto Dix et d’Emil Nolde, élève du poète Stefan George, Claus von Stauffenberg hésite ...
Lire la suite
« Pour en finir avec Mein Kampf », de P. Coen, J.-M. Dreyfus et D. Alexandre
Pour en finir avec Mein Kampf est un livre unique. Co-écrit par David Alexandre, Philippe Coen et Jean-Marc Dreyfus, sélection du Prix de littérature politique Edgar Faure 2016, ce livre ...
Lire la suite
« Dolfi et Marilyn » de François Saintonge : Hitler is
« L’enfance des dictateurs », de Véronique Chalmet
« L’opinion allemande sous le nazisme », de Ian Kershaw
« Hitler, son dernier secret », au théâtre du Nord Ouest
Interview : Véronique Chalmet, auteure de « L’enfance des dictateurs »
« Cinéma : l’année 1942 », au Mémorial de la Shoah
« Ils étaient un seul homme », de Daniel James Brown
« Riefenstahl », de Lilian Auzas
« Stauffenberg. L’homme qui voulait tuer Hitler », de Jean-Louis Thiériot
« Pour en finir avec Mein Kampf », de P. Coen,

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.