Et aussi sur Cultures-J.com

« Israël raconté à ma fille », le nouveau livre de Guy Millière

Ce qui ressort en premier du livre Israël raconté à ma fille est le courage de l’auteur Guy Millière.

israel raconte a ma fille guy milliereC’est un livre engagé, très engagé. Il fait partie de la collection « Israël et la France » des éditions Les Provinciales. L’auteur s’adresse à sa fille, à ses filles en fait, et d’une certaine manière à tous ceux qui voudront l’écouter. Par ce titre, le livre est écrit pour transmettre.

Guy Millière explique comment il a pris conscience de l’horreur de la Shoah au hasard d’une rencontre avec une dame portant un numéro à l’encre bleu sur son bras. Et elle lui a expliqué ce que ses cours avaient tu.

Il s’est aussi rendu avec candeur dans un camp de « réfugiés » : Borj El Barajné. Il ne savait rien d’Israël, rien de la Palestine. Cela lui a été présenté comme une cause à défendre. Il en est parti très vite. Il n’y avait pas de cause à défendre mais une propagande de haine pour la suppression d’Israël. L’auteur s’est donc senti floué à deux reprises et il a voulu comprendre et apprendre.

Ici il raconte sa quête et livre le résultat de ses recherches. Il montre la parenté entre le nazisme et l’anti-sionisme. Il défend Israël, il défend les Juifs. Il dénonce les mouvements pro-palestiniens, la haine mondiale contre Israël, mais pas seulement. Il montre comment cette haine est fortement teintée de mépris pour les Arabes, et raciste à leur égard. Ces derniers sont encouragés à tuer au mépris de leur vie, de leur avenir. Non seulement ils sont meurtriers, mais en plus c’est le seul avenir qu’ils se construisent. Ceci n’est pas sans faire penser aux films Bethléem, L’attentat ou encore Le Prince Vert.

L’Occident soutient  donc la haine anti-juive du Moyen-Orient. Il en résulte une flambée de cette haine qui, ainsi attisée, ne s’exprime plus seulement par des attentats en Israël mais aussi en Europe.

Enfin, une des autres réflexions soulevées par Guy Millière concerne le lien entre islam et attentat. Il explique les préceptes de « dar al islam » et « dar al harb ». Il constate que même s’il se dit que seule une minorité de musulmans est violente, aucun pays musulman ne condamne les attentats en Israël.

Voilà le fruit de la quête de Guy Millière. Voilà donc ce dont il veut que ses filles aient conscience. Voilà le cri qu’il lance comme un voyageur face au danger dans un train, tirant sur la sonnette d’alarme.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Israël raconté à ma fille, de Guy Millière, aux éditions Les provinciales. 124 pages. 12,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.