Et aussi sur Cultures-J.com

Sortie DVD : « La duchesse de Varsovie », de Joseph Morder

Valentin, jeune artiste peintre, vit dans sa bulle, totalement déconnecté du monde qui l’entoure. Il retrouve sa grand-mère Nina, surnommée « la duchesse ». Sa venue est l’occasion d’une ballade dans Paris.

la duchesse de varsovie joseph morderLes deux protagonistes évoluent à travers des cartes postales de la capitale, telles que la place de la Concorde, la tour Eiffel, le Luxembourg… Valentin veut percer la vérité sur le passé de Nina. Cette dernière déclare être étrangère, avoir tout oublié, sa langue d’origine, son accent, son pays et se refuse à évoquer son passé douloureux.

Cependant, Valentin a besoin de savoir pour sortir de ses angoisses d’artiste, de son manque d’inspiration, de sa mélancolie. Il demande de l’aide à Nina. Suite à son insistance, sa grand-mère finira par passer aux confidences. « J’ai une histoire à te raconter … » Son témoignage fort et émouvant apportera soulagement et libération.

Joseph Morder a déjà évoqué le thème de la déportation à travers son film Mes sept mères. Avec La Duchesse de Varsovie, il traite du même sujet sous forme d’une fiction, en s’inspirant des comédies musicales hollywoodiennes, dans un Paris fantasmé.

Il fait appel à Andy Gillet pour le rôle de Valentin, remarqué dans Les amours d’Astrée et de Céladon et En compagnie d’Eric Rohmer, et à Alexandra Stewart pour incarner Nina, avec laquelle il a déjà collaboré dans son précédent film El cantor. Il focalise son film sur ce duo grand-mère et petit-fils et renforce ainsi leur dialogue tandis que les personnages secondaires sont en carton-pâte. Le tournage a exclusivement été effectué en studio, avec un décor en toiles peintes. Joseph Murder rend ainsi hommage à Méliès et aux frères Lumière, précurseurs du cinéma.

« Le seul accessoire véritable que j’ai apporté sur le plateau est le manuscrit des souvenirs de déportation de ma mère ». Joseph Morder.

Un film esthétique et audacieux, à découvrir en salles à partir du 25 février.

Jean-Yves DEVENDEVILLE pour Cultures-J.com.

La duchesse de Varsovie, de Joseph Morder. DVD. 86 minutes.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Clandestine », le témoignage de Marie Jalowicz Simon
Voilà le livre de témoignage qui nous transmet l'histoire émouvante de la survie de Marie Jalowicz à Berlin durant la période nazie. Tout juste bachelière à cette époque, elle est cependant ...
Lire la suite
« Inconnu à cette adresse », reprise au théâtre Antoine
De septembre 2013 à janvier 2014, les planches du théâtre Antoine accueillent une nouvelle fois quatre duos de comédiens pour une lecture du chef-d’œuvre de Kathrine Kressmann Taylor, Inconnu à cette ...
Lire la suite
« Faites-le ! », de Marek Halter
Convaincu que les mots sont la plus puissante et la plus persuasive des armes, son incessant combat en faveur de la paix a conduit – et conduit toujours, Marek Halter ...
Lire la suite
« Irena Sendlerowa. Juste Parmi les Nations », de Gilbert Sinoué
Dans Irena Sendlerowa. Juste Parmi les Nations, Gilbert Sinoué nous raconte l'action de celle-ci dans le ghetto de Varsovie. Ainsi, il utilise son talent d'écrivain pour rendre hommage à cette ...
Lire la suite
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un témoignage en chansons
En route vers  une aventure musicale dans le temps. Ce CD nous permet d'écouter ce qui à la base est une comédie musicale. Mais il ne s'arrête pas au côté ...
Lire la suite
« Les furies de Hitler », de Wendy Lower
"Les hommes étaient soulagés de n'être pas jetés dans le combat réel, dans la guerre contre les partisans. Tuer des Juifs sans défense était plus facile." (P. 165). Les furies de ...
Lire la suite
« Welcome in Vienna », d’Axel Corti, dans le cadre du Festival des Cultures Juives
Dans le cadre du 8ème Festival des Cultures Juives, qui se déroule à Paris du 12 au 28 juin 2012, le cinéma Le Nouveau Latina propose le samedi 16 juin la projection ...
Lire la suite
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney Lumet
Solly Nazerman, homme froid et sans émotion, vit à Harlem où il possède une boutique de prêteur sur gages, achetant bibelots plaqués or, chandeliers argentés et autres babioles pour quelques ...
Lire la suite
« Alain (Re)nais », par Nathan Vandard
Commencer un article sur la mort d’un grand réalisateur par un cri de renaissance peut sembler paradoxal. Mais n’est ce pas la nuit que l’on observe le mieux les étoiles ...
Lire la suite
« La loi du sang. Penser et agir en nazi », de Johann Chapoutot
Brassens ne pensait pas forcément aux victimes du nazisme quand il chantait "mourir pour des idées". Pourtant, cela semble une des causes des meurtres nazis perpétués. Dans La loi du ...
Lire la suite
« Clandestine », le témoignage de Marie Jalowicz Simon
« Inconnu à cette adresse », reprise au théâtre Antoine
« Faites-le ! », de Marek Halter
« Irena Sendlerowa. Juste Parmi les Nations », de Gilbert Sinoué
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un
« Les furies de Hitler », de Wendy Lower
« Welcome in Vienna », d’Axel Corti, dans le cadre du
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney
« Alain (Re)nais », par Nathan Vandard
« La loi du sang. Penser et agir en nazi »,

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.