Et aussi sur Cultures-J.com

« La formule de D.ieu », de José Rodrigues dos Santos

15 mai 1951, 112 Mercer street, Princeton. Albert Einstein reçoit chez lui David ben Gourion, Premier ministre du tout jeune État d’Israël. Espionnés par la CIA, les deux hommes s’entretiennent au sujet de l’arme nucléaire, dont voudrait s’équiper l’État hébreu. Très vite, leur discussion dévie sur l’existence de D.ieu.

la formule de d.Soixante ans plus tard, un physicien disparaît mystérieusement de l’université de Combià, tandis qu’à plusieurs milliers de kilomètres de là, la République Islamique d’Iran, détentrice de la « Formule de D.ieu », un manuscrit inédit de vingt-deux pages d’Albert Einstein partiellement codé, est au centre de toutes les attentions. Pour tenter d’en déchiffrer le contenu, les services secrets iraniens font appel à un professeur d’université, Tomàs Noronha, expert en cryptologie. Mais très vite, le jeune historien va se rendre compte des conséquences que pourraient avoir sur le monde le résultat de ses recherches.

De vol de documents officiels en séjours dans des geôles secrètes, d’évasion en complots, José Rodrigues dos Santos, déjà auteur de plusieurs essais et d’une dizaine de romans, embarque littéralement le lecteur dans une affaire d’espionnage international mené tambour battant. Du chaos des ruelles du Caire aux moines chauves du Tibet, des rives du Portugal à la désordonnée et bruyante Téhéran, les 650 pages génialissimes de « La formule de D.ieu », à mi-chemin entre science et spiritualité, s’avalent en quelques heures.

Initialement édité en 2006, et déjà vendu à plus de deux millions d’exemplaires, « La Formule de D.ieu » a été traduit en dix-sept langues. Paru en France en juin 2012, il a fait des entrées fracassantes dans de nombreux palmarès – Le PointL’Express, etc., et a atteint la 12ème place des ventes au niveau national à peine cinq semaines après sa sortie. On ne sera donc pas surpris d’apprendre que les États-Unis, qui ont flairé le potentiel que représenterait son adaptation cinématographique, se sont porté acquéreurs des droits. José Rodrigues dos Santos, un nouveau Dan Brown ?

La formule de D.ieu, de José Rodrigues dos Santos, aux éditions Pocket. 716 pages. 9,10€.
L’ultime secret du Christ, de José Rodrigues dos Santos, aux éditions Pocket. 568 pages. 8,40€.
La clé de Salomon, de José Rodrigues dos Santos, aux éditions Hervé Chopin. 380 pages. 22,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« David Ben Gourion, deux maisons pour un homme » : 2. Sdé Boker
Fondé par une poignée de visionnaires souhaitant développer l'aride et hostile zone du Neguev en exploitant ses propres ressources, Sdé Boker est inauguré le 15 mai 1952 en présence de ...
Lire la suite
« Golda Meir. La femme derrière la légende », de Dominique Frischer
Le livre de Dominique Frischer, Golda Meir. La femme derrière la légende, est le fruit d'une recherche passionnée. En effet, l'auteure, après avoir été surprise par ce que reflétait une photo ...
Lire la suite
« La clé de Salomon », de José Rodrigues dos Santos, disponible en Poche
Dans son troisième roman, et le second volet des aventures de Tomas Noronha après La formule de D.ieu, sorti en 2012, José Manuel dos Santos embarque son héros dans une ...
Lire la suite
Rentrée littéraire : « Palestine 1948. Guerre d’Indépendance ou catastrophe ? », de Yoav Gelber
Fabuleux ! Palestine 1948 de Yoav Gelber est tout simplement fabuleux. Nous sommes en présence de l'antidote à tous les mythes sur la création d'Israël. Face à une réécriture incessante ...
Lire la suite
« Golda Meir. Une vie pour Israël », de Claude-Catherine Kiejman
"Elle est le seul homme de mon Gouvernement" (David ben Gourion à propos de Golda Meir). Le livre de Claude-Catherine Kiejman retrace une fantastique histoire d'amour. Elle commença par un coup de ...
Lire la suite
« David Ben Gourion. Les secrets de la création de l’Etat d’Israël »
Souviens-toi ! Voilà quelques centaines de pages pour se souvenir des débuts d'Israël à travers la traduction des notes et carnets de David Ben Gourion. Ce journal nous rappelle que l'Etat d'Israël ...
Lire la suite
« La trahison d’Einstein », au théâtre Rive Gauche
Après Le journal d'Anne Frank et L'affrontement, Francis Huster incarne Albert Einstein sur les planches du Rive Gauche. "Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l’Etat te le demande". ...
Lire la suite
« David Ben Gourion, deux maisons pour un homme » : 1. Tel Aviv
Bâtie sur le boulevard qui porte son nom depuis sa mort en 1973, la visite de la maison de David Ben Gourion, premier Premier ministre d'Israël, constitue une visite inévitable ...
Lire la suite
« Le cas Eduard Einstein », de Laurent Seksik
Le cas Eduard Einstein est l’histoire de trois destins. Trois destins qui se rencontrent, s’éloignent, se retrouvent… Celui d’Albert Einstein tout d’abord, prix Nobel de physique et génial père de ...
Lire la suite
Anvers et Bruxelles, un détour d’art et d’histoire à 2h00 de Paris (1/2)
Après le soleil d’Andalousie et l’extrême-orientale Shanghai, c'est cette fois-ci à une destination moins exotique, moins ensoleillée (encore que), mais ô combien dépaysante à laquelle nous vous invitons : la ...
Lire la suite
« David Ben Gourion, deux maisons pour un homme » :
« Golda Meir. La femme derrière la légende », de Dominique
« La clé de Salomon », de José Rodrigues dos Santos,
Rentrée littéraire : « Palestine 1948. Guerre d’Indépendance ou catastrophe
« Golda Meir. Une vie pour Israël », de Claude-Catherine Kiejman
« David Ben Gourion. Les secrets de la création de
« La trahison d’Einstein », au théâtre Rive Gauche
« David Ben Gourion, deux maisons pour un homme » :
« Le cas Eduard Einstein », de Laurent Seksik
Anvers et Bruxelles, un détour d’art et d’histoire à

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.