Et aussi sur Cultures-J.com

« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip David

Dans La Maison des souvenirs et de l’oubli, Filip David, né en 1940 en Serbie, donne la parole à différentes personnes en mêlant au récit un accès à divers documents concernant leur histoire, que ce soit journal intime, rapport, articles ou lettres.

L’auteur aborde les thèmes de la Mémoire et de l’oubli, mais aussi celui du mal. Cela commence à propos de la réalité de la « banalité du mal » d’Hanna Harendt. De là résulte que cette assertion a l’immense mérite de permettre le sommeil à la philosophe. Mais à travers les expériences de vie de ses personnages Filip David positionne plutôt le mal comme une force extérieure à l’être humain.

Il n’est pas obligatoire et a un pouvoir destructeur tant pour celui qui le subit que pour celui qui l’exerce. Les personnages du livre sont présents comme derniers témoins de l’horreur de la Shoah. S’ils sont en effet déjà avancés en âge, ils n’en demeurent pas moins les plus jeunes de ces témoins car ils n’ont connus la guerre que comme enfants, chacun avec son histoire unique et souvent ses remords de n’avoir pu empêcher la destruction de leurs proches.

Ils se rassemblent pour essayer de comprendre cette flambée de mal qui frappa leur famille. Ceci d’autant plus que pour certains, l’antisémitisme fut leur premier lien avec leur judéité. Ainsi, si les histoires des quatre personnages principaux apparaissent au fil du livre, la rupture liée à la Shoah domine celles-ci et fait que, quelle que soit la conscience qu’ils aient eu de celle-ci, seule cette période est racontée. Et de ce qui pourrait remplir leur vie est uniquement évoqué ce qui ramène à cette époque et aux disparus.

De façon inattendue, malgré l’horreur des souvenirs, La maison des souvenirs et de l’oubli indique qu’il semblerait qu’ils les préfèrent à l’oubli.

A la suite de ce magnifique texte, Marc-Alain Ouaknin, dans une postface, situe le texte par rapport à la littérature juive et allemande et l’explique comme pour l’histoire de Shabbataï Tsevi, dont il est question dans le livre.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

La maison des souvenirs et de l’oubli, de Filip David, aux éditions Viviane Hamy. 196 pages. 18,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un témoignage en chansons
En route vers  une aventure musicale dans le temps. Ce CD nous permet d'écouter ce qui à la base est une comédie musicale. Mais il ne s'arrête pas au côté ...
Lire la suite
« Irena Sendlerowa. Juste Parmi les Nations », de Gilbert Sinoué
Dans Irena Sendlerowa. Juste Parmi les Nations, Gilbert Sinoué nous raconte l'action de celle-ci dans le ghetto de Varsovie. Ainsi, il utilise son talent d'écrivain pour rendre hommage à cette ...
Lire la suite
« Drancy, un camp en France », de Renée Poznansky et Denis Peschansky
Drancy, un camp en France,  de Renée Poznansky, Denis Peschansky et Benoît Pouvreau, est un ouvrage indispensable au devoir de Mémoire, mais il ne s'arrête pas là. Il retrace aussi ...
Lire la suite
« L’enfer réglementé », l’ouvrage de référence de Nicolas Bertrand
De la Shoah, on sait aujourd’hui beaucoup de choses, même si bien d'autres restent toujours à découvrir. Ce que l'on sait moins en revanche, et ce qu'a mis en avant dans ...
Lire la suite
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
Saül Fia a secoué la croisette et le jury lors du 68ème Festival de Cannes en traitant de manière très singulière de la représentation de la Shoah, et vient de ...
Lire la suite
« Ita L., née Goldfeld », au théâtre du Petit Saint-Martin
Ita L., née Goldfeld. En hébreu, Ita signifie "avec elle". Et c’est bien de cela dont il s’agit, de partir avec elle, avec Ita, pour un voyage au cœur de l’Histoire, de ...
Lire la suite
« Portraits de nazis », le témoignage de Werner Best sur les dirigeants nazis
A l'image d'Adolf Hitler, qui prit la plume lors de son séjour en prison au lendemain de l'Anschluss pour rédiger Mein Kampf, Werner Best, haut dirigeant nazi, mit lui aussi ...
Lire la suite
« Remember », le nouveau film-choc d’Atom Egoyan
"You must find him. You must kill him." Remember est le dernier film d'Atom Egoyan, réalisateur canadien, né en Egypte et d'origine arménienne. De beaux lendemains, adapté du roman de Russell ...
Lire la suite
« Inconnu à cette adresse », reprise au théâtre Antoine
De septembre 2013 à janvier 2014, les planches du théâtre Antoine accueillent une nouvelle fois quatre duos de comédiens pour une lecture du chef-d’œuvre de Kathrine Kressmann Taylor, Inconnu à cette ...
Lire la suite
« Hélène Berr. Une jeune fille dans Paris occupé », en DVD
"C’est l’aube d’un jour de juin 40. Très rares sont les parisiens qui ont pu apercevoir Hitler lors de sa visite de la capitale." C’est sur ces commentaires et sur ...
Lire la suite
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un
« Irena Sendlerowa. Juste Parmi les Nations », de Gilbert Sinoué
« Drancy, un camp en France », de Renée Poznansky et
« L’enfer réglementé », l’ouvrage de référence de Nicolas Bertrand
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
« Ita L., née Goldfeld », au théâtre du Petit Saint-Martin
« Portraits de nazis », le témoignage de Werner Best sur
« Remember », le nouveau film-choc d’Atom Egoyan
« Inconnu à cette adresse », reprise au théâtre Antoine
« Hélène Berr. Une jeune fille dans Paris occupé », en

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.