Et aussi sur Cultures-J.com

« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip David

Dans La Maison des souvenirs et de l’oubli, Filip David, né en 1940 en Serbie, donne la parole à différentes personnes en mêlant au récit un accès à divers documents concernant leur histoire, que ce soit journal intime, rapport, articles ou lettres.

L’auteur aborde les thèmes de la Mémoire et de l’oubli, mais aussi celui du mal. Cela commence à propos de la réalité de la « banalité du mal » d’Hanna Harendt. De là résulte que cette assertion a l’immense mérite de permettre le sommeil à la philosophe. Mais à travers les expériences de vie de ses personnages Filip David positionne plutôt le mal comme une force extérieure à l’être humain.

Il n’est pas obligatoire et a un pouvoir destructeur tant pour celui qui le subit que pour celui qui l’exerce. Les personnages du livre sont présents comme derniers témoins de l’horreur de la Shoah. S’ils sont en effet déjà avancés en âge, ils n’en demeurent pas moins les plus jeunes de ces témoins car ils n’ont connus la guerre que comme enfants, chacun avec son histoire unique et souvent ses remords de n’avoir pu empêcher la destruction de leurs proches.

Ils se rassemblent pour essayer de comprendre cette flambée de mal qui frappa leur famille. Ceci d’autant plus que pour certains, l’antisémitisme fut leur premier lien avec leur judéité. Ainsi, si les histoires des quatre personnages principaux apparaissent au fil du livre, la rupture liée à la Shoah domine celles-ci et fait que, quelle que soit la conscience qu’ils aient eu de celle-ci, seule cette période est racontée. Et de ce qui pourrait remplir leur vie est uniquement évoqué ce qui ramène à cette époque et aux disparus.

De façon inattendue, malgré l’horreur des souvenirs, La maison des souvenirs et de l’oubli indique qu’il semblerait qu’ils les préfèrent à l’oubli.

A la suite de ce magnifique texte, Marc-Alain Ouaknin, dans une postface, situe le texte par rapport à la littérature juive et allemande et l’explique comme pour l’histoire de Shabbataï Tsevi, dont il est question dans le livre.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

La maison des souvenirs et de l’oubli, de Filip David, aux éditions Viviane Hamy. 196 pages. 18,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Rentrée littéraire : « L’oubli », le premier roman de Frederika Amalia Finkelstein
Voici le premier roman d'une jeune étudiante en philo de 23 ans qui met en scène sa génération à travers le personnage d’Alma, une jeune fille juive du 21ème siècle. Le ...
Lire la suite
« La Brigade Juive. Tome 1. Vigilante », illustré par Marvano
"Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre". Winston Churchill. Alors que les alliés découvrent les atrocités de la Shoah, c'est en septembre 1944 que Sir Winston Churchill ...
Lire la suite
Munich, Dachau. 1/4 : Un voyage aux origines du IIIème Reich
Munich, capitale du mouvement nazi (1/2) 1h20. C'est le temps qu'il faut en avion depuis Paris pour rejoindre Munich, la capitale bavaroise qui vit naître dans ses rues la montée du ...
Lire la suite
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
Saül Fia a secoué la croisette et le jury lors du 68ème Festival de Cannes en traitant de manière très singulière de la représentation de la Shoah, et vient de ...
Lire la suite
« Portraits de nazis », le témoignage de Werner Best sur les dirigeants nazis
A l'image d'Adolf Hitler, qui prit la plume lors de son séjour en prison au lendemain de l'Anschluss pour rédiger Mein Kampf, Werner Best, haut dirigeant nazi, mit lui aussi ...
Lire la suite
Judith Magre est « Rose », au théâtre de la Pépinière
Rose est plus qu’un récit, Rose est une histoire. L’histoire d’une vie. Une vie qui débute dans les années 20 dans un shtetl d’Ukraine pour s’achever à l’aube du 21ème siècle sur les ...
Lire la suite
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du Gymnase
Au début des années 70, les éditions de Minuit publiaient « Auschwitz et après ». Charlotte Delbo, l'auteure de cette trilogie, résistante communiste, combattante, faisait partie du convoi de femmes du 24 ...
Lire la suite
« Le dernier des Injustes », de Claude Lanzmann, en coffret 3 DVD
Benjamin Murmelstein. Ce nom ne vous dit peut-être rien. Et pourtant. Il est le dernier des « doyens » juifs, ou roi des Juifs, à avoir survécu à la Shoah. Il est ...
Lire la suite
Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le film d’Elie Chouraqui
Professeur dans un lycée franco-allemand, Nathan Fabre achève sa thèse sur le nazisme par un voyage à Weimar et au camp de concentration de Buchenwald où furent déportés 250.000 Juifs. En ...
Lire la suite
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney Lumet
Solly Nazerman, homme froid et sans émotion, vit à Harlem où il possède une boutique de prêteur sur gages, achetant bibelots plaqués or, chandeliers argentés et autres babioles pour quelques ...
Lire la suite
Rentrée littéraire : « L’oubli », le premier roman de Frederika
« La Brigade Juive. Tome 1. Vigilante », illustré par Marvano
Munich, Dachau. 1/4 : Un voyage aux origines du
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
« Portraits de nazis », le témoignage de Werner Best sur
Judith Magre est « Rose », au théâtre de la Pépinière
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du
« Le dernier des Injustes », de Claude Lanzmann, en coffret
Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.