Et aussi sur Cultures-J.com

« La médecine », le premier Klimt à entrer au musée d’Israël à Jérusalem

C’est avec un grand honneur que le musée d’Israël à Jérusalem annonce l’entrée dans ses collections de sa première toile du maître de la Sécession viennoise, Gustav Klimt.

Présentée aux visiteurs dans la galerie des impressionnistes et postimpressionistes, cette huile sur toile réalisée en 1897-1898 et intitulée La médecine, composée d’éléments esthétiques à la fois néo-classiques et sécessionnistes propres à l’artiste, fait partie d’un projet d’une série de cinq panneaux composant une fresque gigantesque, et qui devait décorer le plafond du hall principal de l’université de Vienne, commandée en 1894.

Le triomphe de la lumière sur les ténèbres comprenait un élément central qu’encadraient quatre peintures de moindres tailles illustrant La philosophie, présentée en mars 1900, La médecine, La jurisprudence et La théologie.

Mais quand l’artiste présente ses études – et plus particulièrement La médecine – à l’université et au ministre de la Culture, celles-ci sont vivement critiquées, tant à cause du traitement du sujet que pour la nudité du modèle. Et l’accueil de l’œuvre définitive, exposée lors de la 10ème édition de la Sécession viennoise en 1901, sera lui aussi plus que mitigé.

Pris au cœur d’un véritable scandale et face à la pression de 87 membres de l’université opposés à ces œuvres, il est décidé en 1905 que trois d’entre elles, La philosophie, La jurisprudence et La médecine, ne figureraient pas sur le plafond du hall de l’établissement. Gustav Klimt est alors contraint de rembourser l’avance qu’il a touché pour sa commande, soit plus de 30.000 couronnes, et deux des trois tableaux seront finalement vendus en 1911 à l’un de ses amis, l’artiste Koloman Moser.

Pour éviter que cette série d’œuvres ne tombent « dans des mains ennemies » à l’approche de l’armée russe en mai 1945, elles seront toutes détruites par les SS.

En 2012, à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Gustav Klimt, des dizaines d’expositions furent organisées en Autriche et dans le monde. Des répliques photographiques en noir et blanc de ces quatre œuvres ont été réinstallées in situ sur le plafond du hall de l’université de Vienne afin de permettre aux visiteurs d’admirer le projet tel qu’il avait été pensé à l’origine. On peut clairement y reconnaître La médecine dans l’angle supérieur gauche, ainsi que La philosophie dans l’angle inférieur gauche, La théologie dans l’angle supérieur droit et enfin La jurisprudence dans l’angle inférieur droit.

Plafond de l’université de Vienne.

Si vous désirez aller plus loin :

Klimt et Vienne : un siècle d’or et de couleurs, aux éditions Beaux Arts. 34 pages. 9,00€.
L’ABCdaire de Klimt, d’Alyse Gaultier, aux éditions Flammarion. 120 pages. 3,95€.
– Klimt, de Gilles Néret, aux éditions Taschen. 96 pages. 7,99€.
Gustav Klimt : l’or de la séduction, d’Eva di Stefano, aux éditions Gründ. 232 pages. 39,95€.
– Klimt, de Tobias Natter, aux éditions Taschen. 600 pages. 150,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Les Camondo, une dynastie d’Istanbul à Auschwitz (4/4)
Le musée Nissim de Camondo, un hôtel particulier au coeur de Paris. Bâtie sur trois niveaux, les pièces qui se succèdent sont de véritables petits musées dans lesquels évoluent la famille ...
Lire la suite
« L’art en guerre. 1938-1947 : de Picasso à Dubuffet », au MAM de Paris
Quinze années après Les temps menaçants, qui traitait de la période 1929-1939, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris présente depuis le 12 octobre la suite logique de cette ...
Lire la suite
Nouveau bâtiment au musée d’Art de Tel Aviv
Le 2 novembre 2011 ouvrira au musée d’Art de Tel Aviv le nouveau bâtiment Paul et Herta Amir. Initié en 2002, il aura fallu près de dix années pour voir ...
Lire la suite
« Lettre d’une inconnue », de Stefan Zweig, avec Laetitia Lebacq
Œuvre-majeure de Stefan Zweig, Lettre d’une inconnue est actuellement présenté sur les planches du théâtre A la Folie Théâtre, dans le 11ème arrondissement de Paris. Publié en 1922 et premier best-seller ...
Lire la suite
« Le joueur d’échecs », une partie à revoir, par Johanna Halimi
La rencontre poignante entre deux champions d’échecs que tout oppose. D’un côté, Czentovic, champion en titre réputé, adversaire redoutable dont la personnalité glaciale ne fait que renforcer l’extrême rigidité de ...
Lire la suite
Helen Mirren ou l’itinéraire singulier de la « Femme au Tableau »
Helen Mirren. Deux mots qui sont entrés dans la légende du cinéma voilà presque dix ans. En 2006, la comédienne anglaise interprétait l’un des rôles les plus casse-gueule de l’histoire du ...
Lire la suite
« A world apart next door : glimpses into the life of Hasidic Jews » au Musée d’Israël
Dans le cadre d’une nouvelle exposition qui s’achèvera le 30 novembre 2012, le Musée d’Israël à Jérusalem a décidé de mettre en lumière les aspects les plus méconnus de la ...
Lire la suite
« La femme silencieuse », au Petit Hébertot
Un huis-clos amoureux, un plaidoyer contre la barbarie, un magnifique exercice de style, une leçon d’histoire et d’écriture… C’est un peu de tout ceci qui se joue sur la scène du ...
Lire la suite
« La peur », le thriller psychologique de Stefan Zweig, au théâtre Michel
Des œuvres de Stefan Zweig, il en est qui nous sont connues, car régulièrement montées sur scène, d’autres moins. Et c'est le cas de La peur... Publiée en 1920 à Berlin, ...
Lire la suite
« Divine messengers : angels in art », au musée d’Israël
A Jérusalem, l’année 2012 sera placée sous de bons auspices avec une exposition sur un thème rarement traité : les anges dans l’art. Qu’il s’agisse du christianisme, du judaïsme ou de ...
Lire la suite
Les Camondo, une dynastie d’Istanbul à Auschwitz (4/4)
« L’art en guerre. 1938-1947 : de Picasso à Dubuffet »,
Nouveau bâtiment au musée d’Art de Tel Aviv
« Lettre d’une inconnue », de Stefan Zweig, avec Laetitia Lebacq
« Le joueur d’échecs », une partie à revoir, par Johanna
Helen Mirren ou l’itinéraire singulier de la « Femme au
« A world apart next door : glimpses into the
« La femme silencieuse », au Petit Hébertot
« La peur », le thriller psychologique de Stefan Zweig, au
« Divine messengers : angels in art », au musée d’Israël

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.