15 December 2018
Et aussi sur Cultures-J.com

“La partition de l’exil” : Rémi Huppert rend hommage à Alexandre Tansman

Connaissez-vous Alexandre Tansman ? Il vient de Lodz. Et Rémi Huppert lui prête sa plume le temps de son roman La partition de l’exil.

Alexandre est compositeur. Au début du livre, il est déjà arrivé à Paris. L’auteur nous invite à le connaître à travers ses rencontres avec d’autres artistes de l’époque : Maurice Ravel, George Gershwin, Igor Stravinsky et tant d’autres… Si le fait d’être Juif lui ouvre des portes, il lui en ferme d’autres.

Au cours de sa vie et de sa carrière, Alexandre Tansman rencontrera Colette Cras, une pianiste qui deviendra sa femme et la mère de ses enfants. Il est également proche d’Ariadna Scriabine, poétesse et fille du pianiste et compositeur Alexandre Scriabine. A la surprise générale, Ariadna se convertira au judaïsme, à une époque fort peu propice, et œuvrera de façon héroïque dans la Résistance juive à Toulouse.

On y croise également Charlie Chaplin, qui sauvera probablement la vie à la famille Tansman en les encourageant à quitter la France et Nice où ils s’étaient réfugiés, pour le rejoindre à Los Angeles. La vie y est sûre, certes, mais les possibilités de travail ne laissent pas de liberté aux compositeurs dans leur création. D’autant plus que Colette, son épouse, tombe malade et devra subir une lourde opération.

Malgré la présence et le soutien de leurs amis, les Tansman décident de rentrer en France dès que cela sera possible. Une France dans laquelle ils trouveront à la fois une vie dure, mais aussi un avenir.

En guise de conclusion, le compositeur revient sur sa propre vie, sur ses amis, faisant le constat devant son poste de radio que, d’un côté, avant même d’être mort, il est oublié et seule sa musique demeure, et d’un autre, le conservatoire de Lodz l’honore. Cela ne suffira probablement pas à le réconcilier avec cette ville qui tarda tant à le reconnaître.

Après Destin d’un Juif de Chine et Au palais du ciel, le temps d’un nouveau roman, Rémi Huppert nous présente Alexandre Tansman et nous transporte dans le milieu artistique international du Paris d’avant-guerre.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

La partition de l’exil, de Rémi Huppert, aux éditions Michel de Maule. 232 pages. 20,00€.

Si vous désirez aller plus loin :

– Au palais du Ciel, de Rémi Huppert, aux éditions Michel de Maule. 258 pages. 20,00€.
– Destin d’un juif de Chine, de Rémi Huppert, aux éditions Michel de Maule. 280 pages. 20,00€.

3 commentaires sur “La partition de l’exil” : Rémi Huppert rend hommage à Alexandre Tansman

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.