Et aussi sur Cultures-J.com

« L’affinité des traces », de Gérald Tenenbaum

Désert du Sahara, Algérie. Un camp touareg est attaqué. Parce qu’il a refusé de signer une alliance avec une phalange djihadiste, Ibram, et sa mère Talyat, sont faits prisonniers et enlevés.

affinité des tracesParis, années 60. Edith Behr, que la Shoah a laissée orpheline, quitte son quartier de Ménilmontant pour s’installer dans l’Est de la France. Jusqu’au jour où le rabbin Lazarus décide de la marier à l’ainé d’une famille juive arrivée d’Oran. Pour échapper à cette union qu’elle ne désire pas, Edith regagne Paris, s’engage dans l’armée, et se retrouve, après un voyage chaotique en avion-cargo entre palettes de nourriture, sacs postaux et caisses de munitions, affectée dans une base retirée de la région du Hoggar, dans le sud algérien. Dans cette région montagneuse au climat rude, elle fera la connaissance de Sévan, l’infirmière du camp, de Nabil, atteint du paludisme et injustement accusé de collaboration avec la France, de sa femme Mariama, et de leurs deux fils.

Entre la mère de famille touareg qui n’a pas eu de fille, et Edith qui n’a plus de mère, un lien inévitable va naître. Mais lors d’un essai nucléaire dans le massif du Tan Afella, tous ces destins vont irrémédiablement basculer, et se trouver bouleversés à jamais.

Sur fond de guerre d’Algérie, L’affinité des traces, magnifiquement écrit, invite le lecteur à s’immerger dans les coutumes séculaires des tribus Touaregs, de mariage en veillées funèbres, de cérémonies du thé – amer comme la vie, en légendes ancestrales, d’expéditions à dos de chameau en bivouacs inhospitaliers, on y fait la connaissance de personnages si attachants et d’un récit si captivant qu’on ne peut assurément pas le refermer sans une certaine nostalgie. Magnifique !

Né en 1952, diplômé de l’Ecole Polytechnique, Gérald Tenebaum est depuis 1981 professeur de mathématiques à l’université Henri Poincaré de Nancy. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la théorie des nombres, ainsi que de sept romans, parmi lesquels Le geste, ou encore L’ordre des jours, récompensé par le Prix Erckmann-Chatrian l’année même de sa sortie, en 2008.

L’affinité des traces, aux éditions Héloïse d’Ormesson. Sorti le 29 mars 2012. 240 pages. 18.00€.

Merci aux éditions Héloïse d’Ormesson pour leur collaboration à la rédaction de cet article.

Si vous désirez aller plus loin :

L’Affinité des traces, de Gérald Tenenbaum.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.