Et aussi sur Cultures-J.com

« Le déluge » de Leïb Rochman : dix nouvelles entre mort et survie

Faut-il se demander si Le déluge de Leïb Rochman, paru en 1978 peu avant la mort de l’auteur, a valeur de testament ?

Ce qui est certain, c’est qu’il est possible de l’imaginer tel un monument à la mémoire de tous ces morts de la Shoah partis sans sépulture.

Au long de dix nouvelles, les thèmes de la mort et de la survie prennent place et invitent à suivre l’auteur à travers leurs différents sens.

La destruction des Juifs est vue au présent, mais aussi au fil du temps lorsque celui qui survit est entouré des siens, disparus, et que défunts et vivants se mélangent quel que soit le temps écoulé et la distance parcourue.

La première nouvelle parle des prémices de l’horreur. Les notables de quatre petites villes doivent désigner les deux d’entre-elles qui seront détruites. La réflexion et les discussions se font de nuit, dans un paysage hivernal de neige et de glace.

Un personnage se retrouve dans plusieurs nouvelles, portant le nom de « shin », cette lettre que l’on trouve sur les mézouzot et les téfilines. Shin survit et s’enfuit, puis se retrouve à Jérusalem entouré de personnes qu’il croise, mais aussi d’autres qu’il a vu et senti mourir, mais qui demeurent cependant près de lui. Bien que disparus, ils l’accompagnement jusque dans ses funérailles.

L’histoire, si elle a plusieurs niveaux, parle page après page de la destruction des Juifs, de ses suites et conséquences, ainsi que des questions engendrées par toute cette haine et cet acharnement à supprimer un peuple ainsi que tout ce qui lui est lié.

Le déluge pleure les morts, mais au-delà tous leurs descendants disparus en même temps, bien avant leur naissance. Il pleure tous ceux uniquement présents par la Mémoire des survivants. Il parle aussi de la souffrance et de la solitude du survivant, de ses questions sur le pourquoi de cette extermination.

L’ultime nouvelle est quant à elle un résumé rapide et violent racontant le déluge sans la présence d’une arche. La descente des eaux n’y apporte aucun soulagement, elle dévoile juste l’ampleur de la destruction.

Ces textes permettent à la mémoire de tant et tant de visages disparus de diverses manières d’être là racontée ou évoquée.

Un texte beau et douloureux.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com. 

Le déluge, de Leïb Rochman, aux éditions Buchet-Chastel. 235 pages. 19,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Judith Magre est « Rose », au théâtre de la Pépinière
Rose est plus qu’un récit, Rose est une histoire. L’histoire d’une vie. Une vie qui débute dans les années 20 dans un shtetl d’Ukraine pour s’achever à l’aube du 21ème siècle sur les ...
Lire la suite
« Mein Kampf » le texte fondateur du nazisme, pourrait être republié
Rédigé par Adolf Hitler entre 1924 et 1925 alors qu’il était emprisonné à Landsberg suite au coup d’État manqué – plus connu sous le nom de "Putsch de la brasserie", ...
Lire la suite
« Tzedek. Les Justes », le reportage de Marek Halter
« Tout être humain a des mérites et des vices. Celui dont les mérites dépassent les vices est un Juste. » Maïmonide. « Le monde, à chaque génération, repose sur 36 Justes ». ...
Lire la suite
« Hôtel Terminus. Klaus Barbie, sa vie et son temps », en coffret 2 DVD
Documentaire-fleuve de plus de 4h00, Hôtel Terminus, du nom du siège de la Gestapo à Lyon à partir de 1942, est une plongée dans la vie du criminel de guerre ...
Lire la suite
« L’enfer réglementé », l’ouvrage de référence de Nicolas Bertrand
De la Shoah, on sait aujourd’hui beaucoup de choses, même si bien d'autres restent toujours à découvrir. Ce que l'on sait moins en revanche, et ce qu'a mis en avant dans ...
Lire la suite
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du Gymnase
Au début des années 70, les éditions de Minuit publiaient « Auschwitz et après ». Charlotte Delbo, l'auteure de cette trilogie, résistante communiste, combattante, faisait partie du convoi de femmes du 24 ...
Lire la suite
« Hélène Berr. Une jeune fille dans Paris occupé », en DVD
"C’est l’aube d’un jour de juin 40. Très rares sont les parisiens qui ont pu apercevoir Hitler lors de sa visite de la capitale." C’est sur ces commentaires et sur ...
Lire la suite
« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip David
Dans La Maison des souvenirs et de l'oubli, Filip David, né en 1940 en Serbie, donne la parole à différentes personnes en mêlant au récit un accès à divers documents ...
Lire la suite
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney Lumet
Solly Nazerman, homme froid et sans émotion, vit à Harlem où il possède une boutique de prêteur sur gages, achetant bibelots plaqués or, chandeliers argentés et autres babioles pour quelques ...
Lire la suite
Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le film d’Elie Chouraqui
Professeur dans un lycée franco-allemand, Nathan Fabre achève sa thèse sur le nazisme par un voyage à Weimar et au camp de concentration de Buchenwald où furent déportés 250.000 Juifs. En ...
Lire la suite
Judith Magre est « Rose », au théâtre de la Pépinière
« Mein Kampf » le texte fondateur du nazisme, pourrait être
« Tzedek. Les Justes », le reportage de Marek Halter
« Hôtel Terminus. Klaus Barbie, sa vie et son temps »,
« L’enfer réglementé », l’ouvrage de référence de Nicolas Bertrand
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du
« Hélène Berr. Une jeune fille dans Paris occupé », en
« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney
Sortie en DVD de « L’origine de la violence », le

Incoming search terms:

  • Le Déluge Shoah

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.