Et aussi sur Cultures-J.com

Le Grand Palais célèbre le centenaire du photographe Irving Penn

Pour célébrer le 100ème anniversaire de la naissance d’Irving Penn, les Galeries Nationales du Grand Palais présentent actuellement une grande exposition revenant sur la carrière exceptionnelle de l’un des plus fameux photographes de mode du 20ème siècle.

Né en juin 1917 dans le New Jersey, Irving Penn suit des études de design, puis travaille comme graphiste au Pennsylvania Museum and School of Industrial Art avant de s’installer à New York courant 1938.

Avec ses premiers revenus en tant qu’assistant au Harper’s Bazaar, il s’offre son premier Rolleiflex et va livrer dans ses premiers travaux une série de clichés de rues et de façades austères, témoignage d’une New York plongée dans la Grande Dépression.

Nommé directeur artistique de Vogue, Alexander Liberman engage Irving Penn en 1943 et lui commande ses premières photos pour illustrer les couvertures du magazine. Penn va alors se lancer dans une série de très belles natures mortes en couleurs et en noir et blanc, que présente la première salle de l’exposition.

A l’aube des années 50, dans l’objectif de donner à Vogue une dimension plus culturelle, Liberman lui commande des portraits d’artistes, séances pour lesquelles il a carte blanche en-dehors du choix du modèle. De l’éclairage à la mise en scène, Irving Penn décide de tout. Dépouillés, immortalisés sans profondeur dans l’angle d’un mur, ces portraits de Salvador Dali, du Corbusier ou de Truman Capote vont largement contribuer à forger sa renommée.

C’est également à cette période qu’il photographiera, à Paris, ce que l’on appelle les « petits métiers » – garçons de café, facteur, marchand de ballons, rémouleur… –, mais aussi un grand nombre de nus, éternelle source d’inspiration pour tous les artistes. Ces derniers seront boudés à l’époque et ne gagneront leurs lettres de noblesse que dans les années 2000, lorsqu’ils feront leur entrée au Metropolitan.

Bien que photographe de mode, lrving Penn n’appréciera jamais l’univers des défilés et des maisons de couture dans lesquels photographes et rédacteurs rivalisent d’ambition à grands coups d’images et de mots, préférant le calme et l’intimité des studios en éclairage naturel, à l’inverse d’Avedon par exemple…

Auteur de 160 couvertures de Vogue en cinquante ans, Irving Penn explorera cependant de nombreux autres sujets, comme le montre au fil des onze salles cette très belle exposition qui, après avoir été présentée du 24 avril au 30 juillet dernier au Metropolitan de New York, fait étape à Paris jusque fin janvier.

A voir sans tarder !

Irving Penn, au Grand Palais jusqu’au 29 janvier 2018. Infos et réservation sur le site du Grand Palais.

Si vous désirez aller plus loin :

Irving Penn au Grand Palais, hors-série aux éditions Connaissance des Arts. 66 pages. 9,50€.
Irving Penn au Grand Palais, le catalogue de l’exposition, aux édition RMN. 372 pages. 59,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.