Et aussi sur Cultures-J.com

« Le monde d’hier », le testament de Stefan Zweig aux Mathurins

Le Monde d’hier est l’autobiographie de Stefan Zweig, écrivain le plus lu de son temps. Son ultime œuvre, publiée en 1944, deux ans après sa mort.

le monde d hier stefan zweigCette nouvelle n’a pas connu le même succès que ceux de Lettre d’une inconnue, de Amok, ou du Joueur d’échecs. Et pourtant, elle est d’une poésie et d’une force surprenantes.

C’est l’un des seuls textes de Stefan Zweig à n’avoir jamais été adapté au théâtre. A présent c’est chose faite grâce à Laurent Seksik, écrivain à qui l’on doit déjà le roman Les derniers jours de Stefan Sweig, qui connut un succès mérité, joué également sur les planches du théâtre Antoine, à Paris. Patrick Timsit et Elsa Zylbertstein y interprétaient le couple Zweig, en exil au Brésil dans les derniers jours de leurs vies.

« Je suis né en 1881, dans un grand puissant empire, celui des Habsbourg. J’ai été élevé à Vienne… qu’il m’a fallu quitter comme un criminel avant qu’elle fut humiliée jusqu’à n’être plus qu’une ville de province Allemande ».

Stefan Zweig connut les deux Guerres Mondiales et à chacune d’elle, il y laissa une partie de lui-même, se considérant comme un « sans patrie » : « Ma vie … Laquelle de mes vies ? Celle d’avant la Première Guerre Mondiale, d’avant la Seconde, ou ma vie de maintenant ? […] Je n’ai plus de lien nulle part, étranger partout ».

Zweig fut témoin de la montée du nazisme, de la spoliation et de l’antisémitisme avec l’arrivée d’Hitler en 1933 en tant que Chancelier d’Allemagne. Après les heures de gloire de l’Europe, il est l’observateur de son déclin. Désespéré par la situation, il est contraint à quitter l’Autriche en 1934 pour se réfugier à Londres, où il rejoint l’un de ses amis, Sigmund Freud.

« Le monde d’hier est un livre-testament, le dernier de Zweig, le plus personnel. Il est à la fois narrateur, témoin et acteur de cette histoire qui décrit les fastes et l’anéantissement de l’Europe centrale » explique Laurent Seksik.

Jérôme Kircher, époux de d’Irène Jacob, a reçu trois nominations aux Molières. Dans une mise en scène très sobre mais efficace, seul en scène, il confirme son talent de comédien. En incarnant avec justesse Stefan Zweig, sa désillusion et son désespoir, il nous plonge dans le temps et l’authenticité des faits relatés. Il est bouleversant de crédibilité, et le public est captivé par ses mots.

Un texte malheureusement toujours d’actualité.

Jean-Yves DEVENDEVILLE pour Cultures-J.com.

Si vous désirez aller plus :

Le monde d’hier, souvenirs d’un européen, de Stefan Zweig, aux éditions Livre de Poche. 506 pages. 7,90€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.