Et aussi sur Cultures-J.com

« Le repas des fauves », de Julien Sibre, au théâtre du Palais Royal

C’est sur la scène du magnifique théâtre du Palais Royal que se jouent actuellement cinquante représentations exceptionnelles  de la pièce Le repas de fauves, écrite dans les années 60 par Vahé Katcha, écrivain et journaliste d’origine arménienne auteur de vingt-cinq romans, quinze scénarios de films et deux pièces de théâtre.

le repas des fauvesSi aujourd’hui Le repas des fauves fait l’unanimité et affiche complet tous les soirs, elle faillit pourtant ne jamais voir le jour. Mise en scène par Julien Sibre, qui a travaillé cinq années à son élaboration, la pièce est présentée pour la première fois en lecture publique en 2006 au théâtre Saint-Georges. Tous les directeurs de théâtre se montrent fort enthousiastes, certes, mais aucun ne prendra cependant le risque de la produire. Aucune tête d’affiche lors de son lancement, la présence d’un comédien en costume nazi sur scène dérange, le sujet est peut-être récurent…

Ce sera le théâtre Michel qui, en 2010 et suite à un changement de programmation, acceptera de monter la pièce, dont la première représentation sera donnée le 14 septembre de la même année. La pièce démarre timidement, mais les critiques sont bonnes, le public répond présent, et le bouche-à-oreilles fait son œuvre. Mais confronté à de graves difficultés financières, l’établissement envisage de suspendre les représentations à l’issue de la soixantième.

Lorsque l’on apprend en février 2011 que Le repas des fauves est nominé à quatre reprises aux Molières, dont la cérémonie a lieu deux mois plus tard, la pièce est maintenue.

Les risques pris par le théâtre Michel s’avéreront finalement payants lorsque le 17 avril, la pièce de Julien Sibre décroche trois des quatre récompenses pour lesquelles elle était en lice – Molière de la meilleure adaptation, Molière de la meilleure mise en scène et enfin Molière du meilleur spectacle du théâtre privé. Le succès est dès lors immédiat, et les représentations passent de soixante-dix dates à cent trente. Le repas des fauves part ensuite en  tournée en France, puis en Italie, en Suisse, en Belgique… De retour à Paris, la 600ème est jouée sur la scène du Palais Royal, où la troupe est de retour depuis le 23 avril 2013. Mais pourquoi un tel succès ?

Si le sujet et le contexte historique sont graves, les dialogues et les comportements sont remplis d’humour, tendant à dédramatiser l’atmosphère, les huit comédiens présents sur scène habitent leur personnage plus qu’ils ne les interprètent et occupent les planches d’un bout à l’autre avec une justesse déconcertante, la mise en scène est parfaite, et l’ensemble est soutenu par une série d’images d’archives et d’animations graphiques en fonds de scène qui ne sont pas sans rappeler dans leurs tons les monochromes de Persépolis, et dans leurs traits les personnages de Valse avec Bachir.

1942. Dans un immeuble bourgeois de Paris, sept amis se retrouvent pour fêter autour de leurs hôtes Victor et Sophie le trentième anniversaire de cette dernière. Les plus modestes – et les moins débrouillards aussi, arrivent avec une paire de bas en guise de présent, tandis que d’autres sortent de leur valise plaques de chocolat, terrines, Champagne et même, comble du luxe, du café. On trouve là médecin, industriel, veuve de guerre, ancien combattant, auteur… Tout se passe pour le mieux, la politique est bannie des sujets de discussion, on danse, on boit, on rit. Soudain, des coups de feu éclatent dans la rue. Deux soldats allemands viennent d’être abattus sous leurs fenêtres. En quelques minutes, la Gestapo investit l’immeuble.

En guise de représailles, l’officier en charge de l’opération, le commandant Kaubach, exige deux otages dans chaque appartement, otages qui, chacun le sait, seront au mieux déportés, au pire abattus d’une balle dans la nuque. Mais lorsqu’il découvre en forçant la porte que l’appartement dans lequel il se trouve est celui de Victor Pélissier, le libraire à qui il achète régulièrement des livres, il se montre « clément » en proposant de repasser récupérer ses otages après le dessert. Et même mieux, il leur laisse le choix de désigner eux-mêmes qui seront les deux otages.

La soirée qui jusque-là avait été si agréable vire alors au cauchemar. Les personnalités de chacun se font jour. Tandis que certains se reconnaissent finalement sympathisants du régime et sans scrupules, d’autres se révèlent résistants et appellent à rejoindre de Gaulle. L’amitié cède le pas à l’individualisme et à l’égoïsme, et entre tentatives de fuites et alternatives désespérées, on ne cherche finalement plus qui devrait survivre, mais qui mérite le moins de vivre…

Le repas des fauves se regarde comme on regarde un film. Du bon et du grand théâtre. Bouleversant. Excellent !

Le repas des fauves, au théâtre du Palais Royal. Horaires, tarifs et réservations sur le site du théâtre du Palais Royal.

Si vous désirez aller plus loin :

L’Avant-scène théâtre N°1304 : Le Repas des fauves.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Une famille juive du temps de l’Exode », d’Anny Bloch
Docteur en sciences sociales, Anny Bloch est socio-anthropologue au CNRS. Spécialiste des migrations transatlantiques et des judaïsmes, elle a participé à la fondation de la revue Diasporas, Histoire et sociétés et ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Le labyrinthe du silence », premier long-métrage de Giulio Ricciarelli
Francfort, à la fin des années 50. Johann, jeune procureur débutant, fait la connaissance d’un journaliste plein de fougue qui lui ouvre les portes de l’élite artistique de la ville. ...
Lire la suite
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un témoignage en chansons
En route vers  une aventure musicale dans le temps. Ce CD nous permet d'écouter ce qui à la base est une comédie musicale. Mais il ne s'arrête pas au côté ...
Lire la suite
« Hélène Berr. Une jeune fille dans Paris occupé », en DVD
"C’est l’aube d’un jour de juin 40. Très rares sont les parisiens qui ont pu apercevoir Hitler lors de sa visite de la capitale." C’est sur ces commentaires et sur ...
Lire la suite
« Tzedek. Les Justes », le reportage de Marek Halter
« Tout être humain a des mérites et des vices. Celui dont les mérites dépassent les vices est un Juste. » Maïmonide. « Le monde, à chaque génération, repose sur 36 Justes ». ...
Lire la suite
« Les furies de Hitler », de Wendy Lower
"Les hommes étaient soulagés de n'être pas jetés dans le combat réel, dans la guerre contre les partisans. Tuer des Juifs sans défense était plus facile." (P. 165). Les furies de ...
Lire la suite
Sortie DVD : « La duchesse de Varsovie », de Joseph Morder
Valentin, jeune artiste peintre, vit dans sa bulle, totalement déconnecté du monde qui l’entoure. Il retrouve sa grand-mère Nina, surnommée "la duchesse". Sa venue est l’occasion d’une ballade dans Paris. Les ...
Lire la suite
« Israël Kasztner, le Juif qui négocia avec les nazis », de Gaylen Ross
Le 19 mars 1944, la Hongrie est occupée par les nazis. Comme dans de nombreuses villes d’Europe, les Juifs sont regroupés dans des ghettos, et plus de 400.000 personnes sont déportées ...
Lire la suite
Hilda Hrabovecka est « La dernière femme du premier train »
"Chacun de nous vit sur les tombes des autres". Hannah Arendt. En décembre 2012, pour la première fois, un pièce de théâtre sur la Shoah des Juifs de Slovaquie était montée ...
Lire la suite
« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip David
Dans La Maison des souvenirs et de l'oubli, Filip David, né en 1940 en Serbie, donne la parole à différentes personnes en mêlant au récit un accès à divers documents ...
Lire la suite
« Une famille juive du temps de l’Exode », d’Anny Bloch
Sortie DVD : « Le labyrinthe du silence », premier long-métrage
« Ben Zimet. Un enfant de la Corrèze » : un
« Hélène Berr. Une jeune fille dans Paris occupé », en
« Tzedek. Les Justes », le reportage de Marek Halter
« Les furies de Hitler », de Wendy Lower
Sortie DVD : « La duchesse de Varsovie », de Joseph
« Israël Kasztner, le Juif qui négocia avec les nazis »,
Hilda Hrabovecka est « La dernière femme du premier train »
« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.