Et aussi sur Cultures-J.com

« Le repas des fauves », de Julien Sibre, au théâtre du Palais Royal

C’est sur la scène du magnifique théâtre du Palais Royal que se jouent actuellement cinquante représentations exceptionnelles  de la pièce Le repas de fauves, écrite dans les années 60 par Vahé Katcha, écrivain et journaliste d’origine arménienne auteur de vingt-cinq romans, quinze scénarios de films et deux pièces de théâtre.

le repas des fauvesSi aujourd’hui Le repas des fauves fait l’unanimité et affiche complet tous les soirs, elle faillit pourtant ne jamais voir le jour. Mise en scène par Julien Sibre, qui a travaillé cinq années à son élaboration, la pièce est présentée pour la première fois en lecture publique en 2006 au théâtre Saint-Georges. Tous les directeurs de théâtre se montrent fort enthousiastes, certes, mais aucun ne prendra cependant le risque de la produire. Aucune tête d’affiche lors de son lancement, la présence d’un comédien en costume nazi sur scène dérange, le sujet est peut-être récurent…

Ce sera le théâtre Michel qui, en 2010 et suite à un changement de programmation, acceptera de monter la pièce, dont la première représentation sera donnée le 14 septembre de la même année. La pièce démarre timidement, mais les critiques sont bonnes, le public répond présent, et le bouche-à-oreilles fait son œuvre. Mais confronté à de graves difficultés financières, l’établissement envisage de suspendre les représentations à l’issue de la soixantième.

Lorsque l’on apprend en février 2011 que Le repas des fauves est nominé à quatre reprises aux Molières, dont la cérémonie a lieu deux mois plus tard, la pièce est maintenue.

Les risques pris par le théâtre Michel s’avéreront finalement payants lorsque le 17 avril, la pièce de Julien Sibre décroche trois des quatre récompenses pour lesquelles elle était en lice – Molière de la meilleure adaptation, Molière de la meilleure mise en scène et enfin Molière du meilleur spectacle du théâtre privé. Le succès est dès lors immédiat, et les représentations passent de soixante-dix dates à cent trente. Le repas des fauves part ensuite en  tournée en France, puis en Italie, en Suisse, en Belgique… De retour à Paris, la 600ème est jouée sur la scène du Palais Royal, où la troupe est de retour depuis le 23 avril 2013. Mais pourquoi un tel succès ?

Si le sujet et le contexte historique sont graves, les dialogues et les comportements sont remplis d’humour, tendant à dédramatiser l’atmosphère, les huit comédiens présents sur scène habitent leur personnage plus qu’ils ne les interprètent et occupent les planches d’un bout à l’autre avec une justesse déconcertante, la mise en scène est parfaite, et l’ensemble est soutenu par une série d’images d’archives et d’animations graphiques en fonds de scène qui ne sont pas sans rappeler dans leurs tons les monochromes de Persépolis, et dans leurs traits les personnages de Valse avec Bachir.

1942. Dans un immeuble bourgeois de Paris, sept amis se retrouvent pour fêter autour de leurs hôtes Victor et Sophie le trentième anniversaire de cette dernière. Les plus modestes – et les moins débrouillards aussi, arrivent avec une paire de bas en guise de présent, tandis que d’autres sortent de leur valise plaques de chocolat, terrines, Champagne et même, comble du luxe, du café. On trouve là médecin, industriel, veuve de guerre, ancien combattant, auteur… Tout se passe pour le mieux, la politique est bannie des sujets de discussion, on danse, on boit, on rit. Soudain, des coups de feu éclatent dans la rue. Deux soldats allemands viennent d’être abattus sous leurs fenêtres. En quelques minutes, la Gestapo investit l’immeuble.

En guise de représailles, l’officier en charge de l’opération, le commandant Kaubach, exige deux otages dans chaque appartement, otages qui, chacun le sait, seront au mieux déportés, au pire abattus d’une balle dans la nuque. Mais lorsqu’il découvre en forçant la porte que l’appartement dans lequel il se trouve est celui de Victor Pélissier, le libraire à qui il achète régulièrement des livres, il se montre « clément » en proposant de repasser récupérer ses otages après le dessert. Et même mieux, il leur laisse le choix de désigner eux-mêmes qui seront les deux otages.

La soirée qui jusque-là avait été si agréable vire alors au cauchemar. Les personnalités de chacun se font jour. Tandis que certains se reconnaissent finalement sympathisants du régime et sans scrupules, d’autres se révèlent résistants et appellent à rejoindre de Gaulle. L’amitié cède le pas à l’individualisme et à l’égoïsme, et entre tentatives de fuites et alternatives désespérées, on ne cherche finalement plus qui devrait survivre, mais qui mérite le moins de vivre…

Le repas des fauves se regarde comme on regarde un film. Du bon et du grand théâtre. Bouleversant. Excellent !

Le repas des fauves, au théâtre du Palais Royal. Horaires, tarifs et réservations sur le site du théâtre du Palais Royal.

Si vous désirez aller plus loin :

L’Avant-scène théâtre N°1304 : Le Repas des fauves.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« La Chute des géants » et « L’hiver du monde », de Ken Follet
Voici un avant goût de l'été et des vacances ! C'est donc le moment de se procurer Le siècle tomes 1 et 2 : La chute des géants et L'hiver ...
Lire la suite
« Elle voulait juste marcher tout droit », le premier roman de Sarah Barukh
Sarah Barukh travaille dans la communication et habite à Paris. Elle a 35 ans et nous propose, dans son premier roman, de découvrir l’histoire d’Alice. Nous sommes en 1946. Alice a ...
Lire la suite
« Ita L., née Goldfeld », au théâtre du Petit Saint-Martin
Ita L., née Goldfeld. En hébreu, Ita signifie "avec elle". Et c’est bien de cela dont il s’agit, de partir avec elle, avec Ita, pour un voyage au cœur de l’Histoire, de ...
Lire la suite
« Le livre d’Aron », le nouveau livre de Jim Shepard
Le livre d'Aron, de Jim Shepard, se déroule dans le ghetto de Varsovie. Le personnage principal n'a rien du héros. Enfant, chétif, pas très doué, déraciné, entraîné malgré lui dans une ...
Lire la suite
« Si je survis », le témoignage de Moriz Scheyer
Si je survis nous livre l'expérience de Moriz Scheyer au moment de la Shoah. Il appartient alors au monde littéraire et bourgeois de Vienne, et doit quitter l'Autriche au moment ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Diplomatie », un huis-clos étouffant pour sauver Paris
Paris, hôtel Meurice, nuit du 24 au 25 août 1944. A l’instar d’autres grandes villes européennes, Hitler ne veut laisser de Paris qu’un champ de ruines. Tandis que l’armée allemande commence ...
Lire la suite
« Inconnu à cette adresse », reprise au théâtre Antoine
De septembre 2013 à janvier 2014, les planches du théâtre Antoine accueillent une nouvelle fois quatre duos de comédiens pour une lecture du chef-d’œuvre de Kathrine Kressmann Taylor, Inconnu à cette ...
Lire la suite
« Papa, pourquoi t’as voté Hitler ? », de Pef et Didier Daeninckx
Destiné aux enfants à partir de 9 ans, cet album évoque la montée en puissance du régime nazi en Allemagne et l’arrivée d’Hitler au pouvoir, rendue possible par l’alliance du ...
Lire la suite
« Welcome in Vienna », d’Axel Corti, dans le cadre du Festival des Cultures Juives
Dans le cadre du 8ème Festival des Cultures Juives, qui se déroule à Paris du 12 au 28 juin 2012, le cinéma Le Nouveau Latina propose le samedi 16 juin la projection ...
Lire la suite
« Clandestine », le témoignage de Marie Jalowicz Simon
Voilà le livre de témoignage qui nous transmet l'histoire émouvante de la survie de Marie Jalowicz à Berlin durant la période nazie. Tout juste bachelière à cette époque, elle est cependant ...
Lire la suite
« La Chute des géants » et « L’hiver du monde », de
« Elle voulait juste marcher tout droit », le premier roman
« Ita L., née Goldfeld », au théâtre du Petit Saint-Martin
« Le livre d’Aron », le nouveau livre de Jim Shepard
« Si je survis », le témoignage de Moriz Scheyer
Sortie DVD : « Diplomatie », un huis-clos étouffant pour sauver
« Inconnu à cette adresse », reprise au théâtre Antoine
« Papa, pourquoi t’as voté Hitler ? », de Pef et
« Welcome in Vienna », d’Axel Corti, dans le cadre du
« Clandestine », le témoignage de Marie Jalowicz Simon

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.