Et aussi sur Cultures-J.com

« Les alphabets de la Shoah », d’Anny Dayan Rosenman

Après sa thèse Deuil, identité, écriture. Les traces de la Shoah dans la mémoire juive en France, qu’elle soutient en 1995, Anny Dayan Rosenman poursuit pendant plus de 10 années ses travaux d’investigation au sujet de l’Holocauste.

les alphabets de la shoah anny dayan rosenmanC’est par centaines de pages qu’elle lit textes et témoignages de survivants, mais aussi d’historiens ou de psychanalystes, et décortique des heures de reportages et de films pour présenter, à-travers Les alphabets de la Shoah, une analyse de trois figures. Celle du témoin d’abord, celle du survivant ensuite, et celle du témoin-écrivain enfin.

S’adressant aux vivants, le témoin, qui lutte à la fois contre le mensonge, la propagande et le secret, tente d’établir la vérité  tandis que le survivant, qui sait, de par son expérience cruelle, ce que l’ « homme ordinaire » ignore, s’interroge sur le sort réservé à sa famille, à ses amis, aux autres Juifs, met toujours sa survie sur le compte du hasard, et surtout ne cesse de se demander « pourquoi moi ? ». Ces thèmes du doute et du questionnement seront de nombreuses fois repris dans les écrits des grands auteurs contemporains, Isaac Bashevis Singer en tête.

Le témoin-écrivain quant à lui tente d’établir la vérité sur l’Histoire, cette vérité pouvant passer à la fois par le cinéma – Shoah de Claude Lanzmann ou Nuit et brouillard d’Alain Resnais étant parmi les exemples les plus forts, mais aussi par la littérature.

Jusqu’au procès d’Adolf Eichmann, un des instigateurs de la Solution Finale enlevé en Argentine par le Mossad en 1961, où témoigneront 111 personnes racontant leurs souffrances devant les caméras et les journalistes du monde entier (lire l’article Hannah Arendt, de Margarethe von Trotta), constituant de fait un moment essentiel dans la légitimation du statut de victime qui leur faisait jusque-là défaut, les récits et les témoignages des survivants des camps peinaient à être édités et n’intéressaient que peu de lecteurs.  Au lendemain de la guerre, le « silence des rescapés », à mi-chemin entre honte et incompréhension, était de mise.

Qu’il s’agisse des œuvres de Primo Levi, Piotr Rawicz, Elie Wiesel, Robert Anthelme ou Aharon Appelfeld, enfant de rescapé pansant ses plaies à-travers son écriture, toutes resteront confidentielles de longues années avant d’être internationalement reconnues.

Invitation à la réflexion, Les alphabets de la Shoah revient donc une nouvelle fois sur l’intarissable sujet de l’extermination de masse des Juifs d’Europe, y apportant une analyse pointue – un peu trop par moments, et mettant en avant des aspects moins souvent évoqués dans les écrits traitant de cette période, comme la prise de conscience de leur judéité par certains populations qui, jusqu’aux années 30, ignoraient ce qu’ « être Juif » signifiait, ou encore la nécessité de raconter, de témoigner à la première personne, de passer du « nous » impersonnel à un « je » plus douloureux, mais  essentiel.

Les alphabets de la Shoah : Survivre, témoigner, écrire, d’Anny Dayan Rosenman, aux éditions Biblis – CNRS. 240 pages. 10,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du Gymnase
Au début des années 70, les éditions de Minuit publiaient « Auschwitz et après ». Charlotte Delbo, l'auteure de cette trilogie, résistante communiste, combattante, faisait partie du convoi de femmes du 24 ...
Lire la suite
« Rondo » d’Olivier Van Malderghem
Simon et son grand-père Abraham sont réfugiés en Angleterre, pendant la Seconde guerre mondiale. Tous deux sont Juifs, mais aucun d’entre eux ne s’accorde avec l’autre sur ce que cela ...
Lire la suite
« Une petite fille privilégiée », au théâtre Lucernaire
Francine Christophe a six ans lorsqu’elle est arrachée à l’insouciance de l’enfance. Quand la Seconde Guerre Mondiale éclate, son père est envoyé au front, et fait prisonnier. Si la petite fille ...
Lire la suite
Présentation, par Nathan Vandard
La nuit dernière je fis le plus curieux des rêves. Liant autour de mes bras des téfilines, je remarquais peu à peu que les cercles de cuir qui recouvraient mon ...
Lire la suite
« Maryan, la Ménagerie Humaine », au MAHJ
Méconnu du grand public, Pinchas Burstein, plus connu sous le nom de Maryan, fait actuellement, et jusqu’au 9 février 2014, l’objet d’une exposition au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, ...
Lire la suite
Munich, Dachau. 4/4 : Dachau : un billet pour l’enfer
Depuis le centre de Munich, rejoindre le camp de Dachau demande environ vingt-cinq minutes par le train S2 jusqu'à la gare de Dachau, puis quinze minutes supplémentaires par le bus ...
Lire la suite
« Les enfants dans la Shoah », deux expositions à Paris
On estime entre 1.500.000 et 1.700.000 le nombre d’enfants assassinés au cours de la Shoah. Alors que la France célèbre dans quelques jours le funeste 70ème anniversaire de la Rafle du ...
Lire la suite
« Le dernier des Injustes », de Claude Lanzmann, en coffret 3 DVD
Benjamin Murmelstein. Ce nom ne vous dit peut-être rien. Et pourtant. Il est le dernier des « doyens » juifs, ou roi des Juifs, à avoir survécu à la Shoah. Il est ...
Lire la suite
« La Rafle du Vél’ d’Hiv’. Les archives de la Police », à la mairie du 3ème arrondissement
Les 16 et 17 juillet 1942, sur ordre des nazis, la Préfecture de Police arrête des milliers de Juifs de Paris et de région parisienne, et les rassemble au Vélodrome ...
Lire la suite
Avignon 2014 : « Le nazi et le barbier », de David Nathanson
Avec pour seul décor un fauteuil de barbier et une enseigne lumineuse "l'homme du monde", les planches du theâtre du Petit Hébertot accueillent actuellement l'adaptation du roman d'Edgar Hilsenrath, Le nazi et le barbier. Mis en ...
Lire la suite
« Auschwitz, et après », de Charlotte Delbo, au théâtre du
« Rondo » d’Olivier Van Malderghem
« Une petite fille privilégiée », au théâtre Lucernaire
Présentation, par Nathan Vandard
« Maryan, la Ménagerie Humaine », au MAHJ
Munich, Dachau. 4/4 : Dachau : un billet pour
« Les enfants dans la Shoah », deux expositions à Paris
« Le dernier des Injustes », de Claude Lanzmann, en coffret
« La Rafle du Vél’ d’Hiv’. Les archives de la
Avignon 2014 : « Le nazi et le barbier », de

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.