Et aussi sur Cultures-J.com

« Les voisins de D.ieu », de Méni Yaesh

Le 20 août 2013 est sorti en DVD le premier long-métrage du jeune réalisateur israélien Méni Yaesh, Les voisins de D.ieu. Nominé à huit reprises dans divers festivals, ce premier film a remporté le prix SACD à la 51ème Semaine de la Critique 2012 à Cannes, ainsi que deux Chistéra – Meilleur réalisateur et Jury des Jeunes, au Festival International de Saint-Jean de Luz.

les voisins de d.Né en 1980 dans le quartier de Bat Yam, où se situe précisément l’action du film, fan de films d’action et très tôt influencé par Hollywood – il puise ses inspirations chez Tarantino, Scorsese ou Copolla et reconnait que des films comme Reservoir Dog ou Le Parrain l’ont considérablement influencé, Méni Yaesh tourne ses premiers courts-métrages dans son quartier, avec la petite caméra qu’il s’est offerte en travaillant sur des chantiers, et dans lesquels il se met en scène avec des amis. Des courts-métrages d’action, bien sûr.

Lorsqu’il échoue à un concours d’entrée dans une école d’art dramatique, son ambition de devenir acteur cède la place la réalisation. Il fera ses premiers pas dans le domaine au sein l’école Minshar, l’école d’art et de cinéma de Tel Aviv, et pour marquer la fin de ses études, il réalise Eliko, un premier court-métrage traitant déjà des liens entre violence et foi, et qui sera rapidement repéré par le producteur français Jérôme Bleitrach.

Deux ans plus tard, il réalise Blood Parking, son second court-métrage qui sera acheté peu de temps après par la chaine Canal+, et sur les conseils de Jérôme Bleitrach, il se lance dans son premier projet d’envergure.

Les voisins de D.ieu met l’accent sur les rapports ambigus entre les mondes de la délinquance et de la religion, où de jeunes gens pensent qu’en raison de leur différence, ils ont le droit de maltraiter laïcs, russes, ou arabes. Dans le quartier de Bat Yam, au sud-ouest de Tel Aviv, quartier assez religieux où vivent classes ouvrières et classes moyennes, Avi, Kobi et Yaniv se sont autoproclamés « gardien de la tradition ». Ils font respecter d’une main de fer les préceptes du shabbat, en veillant à la fois aux tenues des filles, et en empêchant l’accès au quartier aux voitures arabes de la Jaffa voisine.

Par contrainte budgétaire mais également par choix personnel, Méni Yaesh a fait appel aux habitants de Bat Yam ainsi qu’aux membres de sa famille pour tenir les principaux rôles des Voisins de D.ieu. Pour nombre d’entre eux, il s’agissait-là de leur première expérience en tant que comédien.

Marié à la cinéaste Keren Yedaya et près de deux enfants, il travaille actuellement à un nouveau projet, un drame policier sur fond de paternité.

– Les voisins de D.ieu, de Méni Yaesh, en DVD.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.