Et aussi sur Cultures-J.com

« L’opinion allemande sous le nazisme », de Ian Kershaw

Dans la « préface à l’édition française » Ian Kershaw regrette que certains aspects de son livre soient marqués par l’époque de sa conception, et il espère que cette étude devienne une base de réflexion.

opinion allemande ian kershaw nazismeLe pari est gagné : le livre est sorti aux Etats-Unis en 1981 et contribue à nourrir le lecteur tout en restant à la portée de chacun.

Nul besoin de présenter l’auteur, professeur en histoire contemporaine à l’université de Sheffield et membre de la British Academy, connu pour ses écrits sur l’Allemagne nazie et sur Hitler. Dans ce livre il s’attaque à l’image d’un führer adulé par la foule et montre l’envers du décor.  Son étude est très localisée dans l’espace comme dans le temps. Elle porte sur  la région de la Bavière d’abord de 1933 à 1939, puis de 1939 à 1945.

Ian Kershaw  y montre le quotidien des différentes classes sociales allemandes et la manière dont elles réagissent face aux différents choix politiques et économiques du gouvernement nazi. Les rapports entre  l’état et les Eglises protestantes et catholiques ainsi que les diverses réactions de la population bavaroise face à la destruction des Juifs sont ensuite étudiés.

La société est contrainte, rationnée et pressée. La différence entre le mythe défendu par la propagande et la réalité est abyssale.

Chacun réagit selon la marge de manoeuvre qui lui est propre et ses possibilités d’agir en groupe. Il semble plus facile aux ouvriers et aux Eglises de se rassembler et de coordonner des actions qu’aux paysans ou aux classes moyennes. Cependant les difficultés et la morosité ne furent l’apanage d’aucune des classes sociale présentées dans le livre, même si les situations diffèrent.

Si les Eglises eurent des victoires sur des revendications ponctuelles (affaire Meiser, celle des crucifix et l’euthanasie des handicapés), sur du long terme (écoles) elles durent plier. Et souvent sur les autres sujets, seuls les pasteurs ou les prêtres prirent position accompagnés du silence de leur hiérarchie.

En ce qui concerne la destruction des Juifs, il ressort du livre que la Nuit de Cristal fut largement désapprouvée par la population. Cependant on note une position du peuple bavarois dans l’ensemble ambivalente.  D’un côté il est influencé par un antisémitisme latent, de l’autre il désapprouve la violence à l’égard des Juifs. Pour éviter la contestation, le régime nazi a oeuvré à faire du Juif un concept lointain. La Solution Finale quant à elle est restée secrète, même si certaines réflexions peuvent laisser à penser que certains faits étaient au moins soupçonnés.

Il est clair que ces quelques lignes ne donnent  qu’un bref aperçu de la richesse du livre, de sa diversité et de ses sources. Ce livre donne tout simplement un autre regard sur cette époque, avec une société en demi-teinte.

Sophie Masson pour Cultures-J.com.

L’opinion allemande sous le nazisme, de Ian Kershaw, aux éditions du CNRS. 10,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Dolfi et Marilyn » de François Saintonge : Hitler is back !
En-dehors de quelques illuminés nostalgiques du 3ème Reich, qui pourrait un instant envisager le retour sur terre d’Adolf Hitler ? François Saintonge, qui signe avec Dolfi et Marilyn son premier roman, plonge ...
Lire la suite
« Hitler et les siens », de Pierre Stephany
A propos d’Hitler, on peut penser que tout a été dit, écrit, filmé… Peut-être à juste titre d’ailleurs. Les ouvrages sur le pire fléau que la terre aie portée et ...
Lire la suite
« Hitler, son dernier secret », au théâtre du Nord Ouest
Vienne, milieu des années 30. Ulrich Falch est serveur dans une brasserie de la capitale autrichienne où se réunissent les dirigeants du National-Socialiste pour mettre au point l’anschluss. Julia, son ...
Lire la suite
« Ordres et décorations de la Wehrmacht », de François Lannoy
En un peu plus de cinq années de guerre, on estime à environ dix-huit millions le nombre de personnes ayant combattu dans la Wehrmacht, l’armée allemande du IIIème Reich comprenant ...
Lire la suite
« Mein Kampf » le texte fondateur du nazisme, pourrait être republié
Rédigé par Adolf Hitler entre 1924 et 1925 alors qu’il était emprisonné à Landsberg suite au coup d’État manqué – plus connu sous le nom de "Putsch de la brasserie", ...
Lire la suite
« Riefenstahl », de Lilian Auzas
D’elle, on a dit qu’elle était une grande danseuse expressionniste. Puis une géniale réalisatrice, indéniablement la plus grande des années 30. Elle fut ensuite une talentueuse photographe, comme le prouve ...
Lire la suite
« Stauffenberg. L’homme qui voulait tuer Hitler », de Jean-Louis Thiériot
Elève studieux, préférant la compagnie des livres à celle des femmes et du bon vin, admirateur d’Otto Dix et d’Emil Nolde, élève du poète Stefan George, Claus von Stauffenberg hésite ...
Lire la suite
« Mein Kampf (farce) », sur les planches du théâtre Douze
Vienne, début du 20ème siècle. Dans un asile de nuit où se réfugient clochards, mendiants et marginaux, un petit agité, arrogant, virulent et grossier, débarque tout droit de Braunau-sur-Inn. Persuadé ...
Lire la suite
« Pour en finir avec Mein Kampf », de P. Coen, J.-M. Dreyfus et D. Alexandre
Pour en finir avec Mein Kampf est un livre unique. Co-écrit par David Alexandre, Philippe Coen et Jean-Marc Dreyfus, sélection du Prix de littérature politique Edgar Faure 2016, ce livre ...
Lire la suite
« Le sport européen à l’épreuve du nazisme », au Mémorial de la Shoah de Paris
Jusqu’au 18 mars 2012, le Mémorial de la Shoah de Paris présente une exposition totalement inédite intitulée Le sport européen à l’épreuve du nazisme. Proposant un regard historique sur la manière ...
Lire la suite
« Dolfi et Marilyn » de François Saintonge : Hitler is
« Hitler et les siens », de Pierre Stephany
« Hitler, son dernier secret », au théâtre du Nord Ouest
« Ordres et décorations de la Wehrmacht », de François Lannoy
« Mein Kampf » le texte fondateur du nazisme, pourrait être
« Riefenstahl », de Lilian Auzas
« Stauffenberg. L’homme qui voulait tuer Hitler », de Jean-Louis Thiériot
« Mein Kampf (farce) », sur les planches du théâtre Douze
« Pour en finir avec Mein Kampf », de P. Coen,
« Le sport européen à l’épreuve du nazisme », au Mémorial

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.