Et aussi sur Cultures-J.com

Nouveau bâtiment au musée d’Art de Tel Aviv

Le 2 novembre 2011 ouvrira au musée d’Art de Tel Aviv le nouveau bâtiment Paul et Herta Amir. Initié en 2002, il aura fallu près de dix années pour voir mené à bien ce projet d’un budget de plus de cinquante millions de dollars.

Bien connu pour son talent à unir lumière et géométrie, Preston Scott Cohen, le vainqueur du concours lancé auprès de dizaines de cabinets internationaux, reste peu méconnu en Europe. Il signe là un chef-d’œuvre architectural monumental à la géométrie complexe, et qui va permettre au musée de Tel Aviv, à l’étroit depuis quelques années, de doubler sa surface d’exposition et de dynamiser à la fois son programme et ses activités.

L’histoire du musée d’art moderne de Tel Aviv débute en 1931, lorsque le peintre Marc Chagall offre à la municipalité une gouache sur papier. En 1932, sur le boulevard Rotschild, ouvre le musée original – dans lequel David Ben Gourion déclare en 1948 l’Indépendance de l’Etat d’Israël. Rapidement trop petit, il déménage en 1971 pour s’implanter sur l’avenue du Roi Saül. Mais là encore, malgré l’aménagement d’un jardin des sculptures de plus de 1.000m² en 1996, et la construction de l’aile Gabrielle Rich trois ans plus tard, les infrastructures de l’institution culturelle ne sont plus vraiment adaptées.

D’une superficie de 18.200m², ce nouveau bâtiment va donc permettre d’accueillir une section consacrée aux arts israéliens, de 1906 à nos jours – avec entre autres des œuvres de Nahum Gutman ou de Reuven Rubin, formant le fonds d’œuvres d’art de cette catégorie le plus important du monde, ainsi qu’une collection de photographies d’Orit Raff, Guy Raz ou Sharon Yari.

Construit sur six niveaux, avec pour point d’orgue le « lightfall », impressionnante série de courbes et de contre-courbes s’élevant sur 26 mètres de hauteur et diffusant un puits de lumière naturelle à travers l’édifice, ses façades facettées aux teintes sable disposeront également de salles de conférences, d’un auditorium de 400 places, d’un restaurant-cafétéria, d’une librairie-boutique sur deux niveaux,  ainsi que d’une large baie vitrée panoramique qui mènera au jardin des sculptures et au bâtiment original du musée des visiteurs à coup sûr conquis.

A l’occasion de l’inauguration de ce nouveau bâtiment, le musée marque le coup en proposant un calendrier de manifestations aussi riche que varié. Seront ainsi organisées : une exposition de photographies israéliennes présentant des clichés de ces vingt dernières années ; deux expositions de tableaux et gravures – « Utopies de l’Expressionisme », et « Guérison par l’expression » ; deux installations de designers israéliens – Shana Delange et de Yaakov Kaufman ; une exposition-documentaire, avec pour thème le design, et présentant l’évolution des cinq bâtiments qui ont fait l’histoire du musée de Tel Aviv ; et enfin, pour inaugurer les 1.000m² de surface d’exposition temporaire, le complexe présentera des œuvres exclusives et exceptionnelles d’Anselm Kieffer, inspirées de thèmes de la bible hébraïque.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.