Et aussi sur Cultures-J.com

« Les furies de Hitler », de Wendy Lower

« Les hommes étaient soulagés de n’être pas jetés dans le combat réel, dans la guerre contre les partisans. Tuer des Juifs sans défense était plus facile. » (P. 165).

les furies de hitler femmes shoah juif israel wendy lowerLes furies de Hitler deviendra probablement une référence. L’auteur a accompli un travail courageux : elle a étudié le rôle des femmes nazies dans la Solution Finale. Jusqu’à maintenant, malgré les témoignages sur le sujet, une implication féminine active lors de la Shoah avait été jugée impensable. « Violence » ne pouvait s’écrire au féminin.

Grâce à l’ouverture des archives à l’Est et sans doute à son intuition féminine, les recherches de Wendy Lower donnèrent vie à ce livre. En plus de la qualité de son travail, elle a le mérite d’avoir levé au moins un tabou et d’avoir voulu comprendre.

Le livre montre tout le rôle de l’endoctrinement. Les femmes, tout comme les hommes, étaient conditionnés à mettre en oeuvre par tous les moyens la destruction de tout ce qui n’était pas basé sur le modèle de l’aryen en bonne santé, c’est à dire Juifs, tzigane, slaves, mais aussi les handicapés et infirmes, allemands ou non, et aussi probablement les blessés graves de l’armée allemande en Russie et en Ukraine.

Cependant, il faut avoir conscience que comparativement au livre de Wendy Lower, celui de Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, bien que trois fois plus long, ressemble presque à une promenade littéraire bucolique. Certains passages des Furies de Hitler sont insoutenables !

Quoi qu’il en soit, ces deux ouvrages se complètent. Ils ne sont pas interchangeables. Ils sont écrits à des époques différentes, avec des angles de vues différents.

Dans Les furies de Hitler, des femmes sont replacées dans le contexte de l’époque, et les violences qu’elles ont commises y sont détaillées. C’est la ligne directrice du livre. A certaines de ces femmes-tortionnaires se rattachent des photos, qui ne les font devenir que plus réelles.

D’un point de vue pratique, et comme les personnes décrites reviennent de chapitre en chapitre sur une période très longue, dépassant de loin la période nazie, il n’est pas inutile parfois de se référer à l’index des noms de personnes, permettant de trouver instantanément les passages qui parlent d’elles et de les resituer.

En conclusion, si le livre et son sujet sont parfois à la limite du supportable, Wendy Lower termine sur une note un peu plus positive, et malgré sa dureté (liée au sujet d’ailleurs) ce livre est essentiel, et risque de devenir très vite incontournable.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Les furies de Hitler, de Wendy Lower, aux éditions Tallandier. 400 pages. 20,90€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Ita L., née Goldfeld », au théâtre du Petit Saint-Martin
Ita L., née Goldfeld. En hébreu, Ita signifie "avec elle". Et c’est bien de cela dont il s’agit, de partir avec elle, avec Ita, pour un voyage au cœur de l’Histoire, de ...
Lire la suite
Judith Magre est « Rose », au théâtre de la Pépinière
Rose est plus qu’un récit, Rose est une histoire. L’histoire d’une vie. Une vie qui débute dans les années 20 dans un shtetl d’Ukraine pour s’achever à l’aube du 21ème siècle sur les ...
Lire la suite
« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip David
Dans La Maison des souvenirs et de l'oubli, Filip David, né en 1940 en Serbie, donne la parole à différentes personnes en mêlant au récit un accès à divers documents ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Le labyrinthe du silence », premier long-métrage de Giulio Ricciarelli
Francfort, à la fin des années 50. Johann, jeune procureur débutant, fait la connaissance d’un journaliste plein de fougue qui lui ouvre les portes de l’élite artistique de la ville. ...
Lire la suite
« La loi du sang. Penser et agir en nazi », de Johann Chapoutot
Brassens ne pensait pas forcément aux victimes du nazisme quand il chantait "mourir pour des idées". Pourtant, cela semble une des causes des meurtres nazis perpétués. Dans La loi du ...
Lire la suite
« Le repas des fauves », de Julien Sibre, au théâtre du Palais Royal
C’est sur la scène du magnifique théâtre du Palais Royal que se jouent actuellement cinquante représentations exceptionnelles  de la pièce Le repas de fauves, écrite dans les années 60 par Vahé ...
Lire la suite
« Une famille juive du temps de l’Exode », d’Anny Bloch
Docteur en sciences sociales, Anny Bloch est socio-anthropologue au CNRS. Spécialiste des migrations transatlantiques et des judaïsmes, elle a participé à la fondation de la revue Diasporas, Histoire et sociétés et ...
Lire la suite
« Shoah et bande dessinée », des bulles pour témoigner
Comme la littérature, le cinéma ou encore le théâtre, la bande dessinée - considérée aujourd’hui comme le 9ème art - a traité de la Shoah et ce, dès 1942 ! C’est ...
Lire la suite
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
Saül Fia a secoué la croisette et le jury lors du 68ème Festival de Cannes en traitant de manière très singulière de la représentation de la Shoah, et vient de ...
Lire la suite
« Les partisans », le nouveau roman d’Aharon Appenfeld
Dans Les partisans, l'histoire est racontée par le jeune Edmund, âgé de 17 ans. Les partisans, Juifs, se trouvent en Ukraine. Au hasard des évasions et des rencontres, ils sont devenus ...
Lire la suite
« Ita L., née Goldfeld », au théâtre du Petit Saint-Martin
Judith Magre est « Rose », au théâtre de la Pépinière
« La maison des souvenirs et de l’oubli », de Filip
Sortie DVD : « Le labyrinthe du silence », premier long-métrage
« La loi du sang. Penser et agir en nazi »,
« Le repas des fauves », de Julien Sibre, au théâtre
« Une famille juive du temps de l’Exode », d’Anny Bloch
« Shoah et bande dessinée », des bulles pour témoigner
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
« Les partisans », le nouveau roman d’Aharon Appenfeld

Incoming search terms:

  • les furies de hitler

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.