Et aussi sur Cultures-J.com

« Revenir du silence », le livre-témoignage de Michèle Sarde

Revenir du silence débute à Salonique avec l’histoire de la famille Benveniste, famille maternelle de Michèle Sarde, l’auteure.

revenir-du-silence-michele-sardeAlors que les blessures du départ de l’Espagne, 400 ans plus tôt, ne sont pas entièrement cicatrisées, la famille doit repartir en exil. La mère de Michèle quitte sa Salonique natale pour Paris.

Elle a cinq ans et laissera le prénom de Janja pour celui de Jenny. Tout est mis en œuvre pour que tous se fondent dans le paysage parisien, sans pour autant renier leur judaïsme. La famille est très engagée à la synagogue et dans la loge de la B’nai B’rith.

L’heure est aussi à l’insouciance, à la fête, pendant que l’antisémitisme commence déjà à se faire sentir et que le temps est compté.

C’est au cercle séfarade que les parents de Michèle se rencontrent. Le père, Jacques, vient de Bulgarie. L’histoire de l’Europe va les obliger à chercher refuge d’un lieu à l’autre. Leurs familles sont très cosmopolites.

Selon les époques, certains, grâce à leur passeport, seront plus à l’abri, protégés par leur nation d’appartenance, alors que d’autres moins. L’heure est à la fuite pour la survie, parfois seuls, parfois avec d’autres familles.

Ainsi, Michèle naît en Bretagne en pleine guerre. Leur odyssée est relatée jusqu’à ce qu’arrivent la joie et l’exaltation de la Libération. La vie va pouvoir reprendre son court dès que les prisonniers seront revenus, ainsi que ceux qui se sont réfugiés à l’intérieur d’autres frontières. Mais là, quel choc ! La découverte du sort des amis et parents ayant été arrêtés est rude. Il aboutit au silence. Jenny ne veut pas que sa fille risque de vivre cela. Elle cherche à la protéger. Elle la veut comme les autres : française et catholique.

Revenir du silence est à la fois bouleversant et éclairant. L’ambiance des différents lieux et époques est très bien traduite. Elle montre bien le traumatisme de la prise de conscience de ce que fut la Shoah sur une famille bien intégrée à la fois dans son pays, et dans sa communauté religieuse.

Il redit aussi l’injustice de certaines situations où des collaborateurs notoires s’en sortent et met des mots sur le contenu d’un long silence.

Michèle Sarde signe là un témoignage à la fois très complet et envoûtant.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Revenir du silence, de Michèle Sarde, aux éditions Julliard. 416 pages. 21,50€.

Si vous désirez aller plus loin :

Salonique : ville juive, ville ottomane, ville grecque, d’Esther Benbassa, aux éditions CNRS. 193 pages. 15,00€.
Histoire des juifs sépharades : de Tolède à Salonique, d’Esther Benbasse et Aron Rodrigue, aux éditions Seuil. 468 pages. 11,20€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Il était une fois la Méditerranée », de Jacques Huntzinger
Jacques Huntzinger fut tour à tour ambassadeur en Israël, puis auprès de l'Union pour la Méditerranée. Son livre Il était une fois la Méditerranée explore les possibilités réelles d'une entité méditerranéenne ...
Lire la suite
« Jacob, Jacob », de Valérie Zenatti
Dans Jacob, Jacob, Valérie Zenatti relate l'histoire des Juifs d'Algérie à la fin de la seconde guerre mondiale, à travers l'histoire de Jacob et de sa famille. Jacob, le personnage principal, ...
Lire la suite
« Les Juifs dans l’orientalisme », au musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme
Exposant des œuvres de plus de cinquante artistes, Les Juifs dans l'orientalisme, présentée au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme du 7 mars au 8 juillet 2012, propose un parcours mettant ...
Lire la suite
« Ce que le jour doit à la nuit », présenté par Alexandre Arcady
Lundi 24 septembre 2012 avait lieu, au profit de l’association Casip-Cojasor, une projection privée du nouveau film d’Alexandre Arcady, Ce que le jour doit à la nuit. C’est dans une salle ...
Lire la suite
« Le chat du rabbin », actuellement au théâtre des Mathurins
 Alger, années 20. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya. En dévorant le perroquet, l'espiègle chat du rabbin trouve miraculeusement l'usage de la parole. Mais celui-ci ne sait dire ...
Lire la suite
« Ce que le jour doit à la nuit », d’Alexandre Arcady
Le lundi 24 septembre 2012, la fondation Casip-Cojasor et le Service pour les Survivants de la Shoah organise une projection exceptionnelle du film Ce que le jour doit à la ...
Lire la suite
« Istanbul la sépharade », d’Esther Benbassa
Istanbul, la Sépharade est un très beau livre sur les Juifs de cette ville. En 1492, suite à leur expulsion d'Espagne, des Juifs sépharades arrivèrent à Istanbul avec leurs coutumes. Elles ...
Lire la suite
« Les sépharades », sous la direction d’Esther Benbassa
Les Sépharades, écrit sous la direction d'Esther Benbassa, répond à un double objectif : d'un côté il permet de connaître mieux le monde sépharade à travers temps et espace, et ...
Lire la suite
Séville, Grenade, Cordoue… Sur les traces des communautés séfarades oubliées
Si les emblématiques Alcazar et Plaza de España de Séville, la somptuosité des palais Nasrides de l'Alhambra de Grenade ou l'immensité de la mosquée-cathédrale de Cordoue - la seconde plus ...
Lire la suite
« La vie rêvée » de Michel Boujenah, au théâtre Edouard VII
Michel Boujenah est de retour sur les planches et s’installe dans ce prestigieux théâtre qu’est Edouard VII pour nous présenter son nouveau spectacle, Ma vie rêvée... Dès son entrée en scène, il nous ...
Lire la suite
« Il était une fois la Méditerranée », de Jacques Huntzinger
« Jacob, Jacob », de Valérie Zenatti
« Les Juifs dans l’orientalisme », au musée d’Art et d’Histoire
« Ce que le jour doit à la nuit », présenté
« Le chat du rabbin », actuellement au théâtre des Mathurins
« Ce que le jour doit à la nuit », d’Alexandre
« Istanbul la sépharade », d’Esther Benbassa
« Les sépharades », sous la direction d’Esther Benbassa
Séville, Grenade, Cordoue… Sur les traces des communautés séfarades
« La vie rêvée » de Michel Boujenah, au théâtre Edouard

Incoming search terms:

  • culture séfarade

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.