Et aussi sur Cultures-J.com

Rita au Palais des Congrès de Paris, au profit du Magen David Adom

Le 21 novembre 2011, la chanteuse israélienne Rita donnera un concert exceptionnel au profit du Magen David Adom, au palais des Congrès de Paris. Star internationale révélée en France en 1992 grâce à sa reprise de « Roxanne », de Sting, Rita enchaine albums et tournées depuis plus de 25 ans, toujours avec la même énergie et la même passion scénique.

Née à Téhéran le 24 mars 1962, Rita Yahan Farouz débute très tôt sa carrière de chanteuse en se produisant dans le cercle familial, à l’occasion de mariages entre autres. En 1970, ses parents quittent l’Iran, et émigrent en Israël. De milieu assez modeste, la famille n’a guère de moyens, et Rita se bat pour vivre son unique passion : la chanson. Lorsqu’elle intègre Tsahal pour son service militaire obligatoire, elle s’impose en tant qu’interprète et devient la chanteuse principale de la troupe musicale de l’armée israélienne. Ses obligations militaires terminées, elle décide de s’inscrire dans une des plus prestigieuses écoles d’art dramatique d’Israël, et en 1986, la première étape d’une carrière s’annonce : elle participe aux pré-sélections du concours Eurovision de la chanson afin de définir quel artiste représentera Israël lors de la cérémonie, cette année-là organisée en Norvège. Malheureusement, elle ne remporte pas cette sélection, le jury lui préférant Moti Giladi et Saraï Tzuriel, qui ne se classeront qu’en dix-neuvième position avec seulement sept points.

Même si elle est déçue de ce premier échec, sa voix et sa prestation scénique ont été fort remarquées. Malgré le vif intérêt porté par les israéliens aux artistes étrangers, elle enregistre un premier opus éponyme qui s’avèrera être un succès total, s’écoulant à plus de 120.000 exemplaires et ayant remporté à ce jour quatre disques de platine. Rita ne perd pas de temps, et sort deux ans plus tard son second album qui lui vaudra de décrocher deux années de suite le titre de « chanteuse de l’année » décerné par la radio israélienne.

Quatre ans après sa première tentative pour représenter Israël à l’Eurovision, elle réitère et est cette fois-ci choisie pour chanter au nom de l’Etat hébreu en Yougoslavie. Mais il ne s’agira-là que d’un demi-succès, son titre Shahar BaRé’hovot ne terminant que dix-huitième avec seize points.

Il faudra attendre 1994 et un troisième album pour que Rita aille à la rencontre de son public avec une tournée israélienne qui durera trois ans. L’année suivante, elle s’essaie au cinéma en prêtant sa voix à l’héroïne indienne de Disney, Pocahontas, pour la version en hébreu, version dans laquelle elle chante également.

1998 marque le cinquantième anniversaire de l’Indépendance de l’Etat d’Israël, et comme chaque année, un artiste israélien est choisi pour chanter l’hymne nationale à l’occasion des festivités. Cette année-là, Rita interprétera la HaTikva, mais sa prestation sera entachée par diverses rumeurs qui vont la contraindre à reverser le cachet touché pour l’occasion à un hôpital pour malades atteints du cancer.

Star en Israël et en Europe, elle l’est aussi outre-Atlantique où chacun de ses spectacles déplace des foules d’admirateurs. Cette notoriété sera malheureusement assombrie en 2003. Cette année-là,    elle doit donner une série de douze concerts à New York, Los Angeles et Miami. Comme toujours, elle se produit à guichets fermés, mais les récents attentats du 11 septembre et les origines    iraniennes de la chanteuse lui valent d’être interdite de séjour aux Etats-Unis. La tournée est annulée, la totalité des places remboursées.

Ses albums suivants rencontreront un succès beaucoup moins considérables, et en 2004, elle laisse les studios de côté pour un temps en acceptant d’interpréter sur scène le rôle de Roxie Hart dans    une adaptation de la comédie musicale Chicago, présentée au théâtre Beit Lessin de Tel Aviv.

Son retour à la chanson sera marqué en 2006 par une série de gigantesques spectacles qu’elle donnera devant plus de 100.000 spectateurs. Prestigieux, onéreux, uniquement en anglais, elle s’inspirera de la série de shows donnée à Las Vegas par l’une de ses idoles, Céline Dion, pour présenter un véritable déluge de lasers, de feux d’artifices, de scènes en 3D, le tout accompagné de quarante danseurs et acrobates.

L’année 2008 est marquée par la sortie d’un nouvel album, en hébreu, et en 2010, elle donne un concert exceptionnel à la résidence officielle du chef de l’Etat, Shimon Pérès, devant le Premier    ministre italien Silvio Berlusconi. En 2011, en hommage à ses racines et à ses parents, elle sort un nouveau single interprété pour la première fois en persan.

Gala du Magen David Adom. Rita en concert au Palais des Congrès de Paris, le 21 novembre 2011.

Informations sur le site du Magen David Adom.

Si vous désirez aller plus loin :

My Joys (Ha’smachot Sheli), téléchargeable en format MP3.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.