Et aussi sur Cultures-J.com

« Si je survis », le témoignage de Moriz Scheyer

Si je survis nous livre l’expérience de Moriz Scheyer au moment de la Shoah.

si-je-survis-moriz-scheyerIl appartient alors au monde littéraire et bourgeois de Vienne, et doit quitter l’Autriche au moment de l’Anschluss. Il  y raconte sa fuite vers la France, jusqu’à un monastère de Dordogne, et y décrit l’impact du IIIème Reich sur sa vie et celles de ses proches,  le dépouillement qui lui fut imposé, ainsi que la perception qu’il en eu sur le moment.

L’écriture est élégante, ironique, parfois cynique. Les faits pourraient sembler bruts car pris sur le vif, sans le recul des ans, s’il n’y avait des interactions constantes avec les sentiments et sensations de l’auteur.

Parfois les propos sont acerbes, mais la réalité est douloureuse, et l’auteur sait reconnaître la lumière qui parfois, à défaut d’illuminer la nuit, permet de survivre.

De l’écriture se dégage une grande maîtrise de l’art, avec un côté flamboyant qui rend le récit magnifique mais qui sait disparaître lorsqu’il s’agit de faire le bilan, d’adresser sa reconnaissance à ceux sans qui il ne serait plus et de regretter tous ceux qui n’ont pu être sauvés. Pour ce dernier point, l’amertume de l’auteur face à son impuissance à aider ceux qu’il a croisés lors d’une arrestation, alors qu’il se trouve lui-même en danger, est palpable.

De plus, Si je survis offre, grâce au talent de l’auteur, une bonne compréhension de ce qui, loin des ghettos ou camps d’extermination, est la douleur du quotidien infligée à celui qui est traqué, spolié et dépendant.

Après le récit de Moriz Scheyer, l’histoire du manuscrit, lié à l’histoire familiale, soulève justement la question de la valeur de cette douleur. Quant à la partie consacrée à l’histoire de l’auteur en temps qu’écrivain au début du 20ème siècle, il  resitue bien l’écrivain dans son contexte.

Finalement, Si je survis est fait pour notre époque : il permet de comprendre bien des silences.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Si je survis, de Moriz Scheyer, aux éditions Flammarion. 380 pages. 23,90€

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« La vie contrariée de Louise », de Corinne Royer
"La région du Chambon-sur-Lignon occupe une place unique dans l’histoire de France, nulle part ailleurs les Juifs ne furent accueillis et sauvés en aussi grand nombre et avec pareille générosité". ...
Lire la suite
« Adolf Cohen », la pièce de Jean-Loup Horvitz avec Isabelle de Botton
En Israël, Adolf Cohen, futur député, vient d’être assassiné. A son enterrement sont présents sa mère, le Président, le Premier ministre Golda Meïr, les députés palestiniens. Une fois mort, Adolf s’adresse ...
Lire la suite
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
Comme un battement d'aile de papillon sur la muraille de Chine peut provoquer une tempête en France, ainsi un oui en entraîne un autre et peut changer plusieurs vies. Cette ...
Lire la suite
« Hôtel Terminus. Klaus Barbie, sa vie et son temps », en coffret 2 DVD
Documentaire-fleuve de plus de 4h00, Hôtel Terminus, du nom du siège de la Gestapo à Lyon à partir de 1942, est une plongée dans la vie du criminel de guerre ...
Lire la suite
« A la vie », le nouveau film de Jean-Jacques Zilbermann
17 Janvier 1945. Les allemands évacuent Auschwitz. Hélène a survécu aux camps grâce au soutien de ses deux amies, Lili d’origine hollandaise, et Rose, canadienne. Six mois plus tard, Hélène est ...
Lire la suite
« Stefan Zweig : adieu l’Europe », le nouveau film de Maria Schrader
Intarissable source d'inspiration, on ne compte plus le nombre d'oeuvres de Stefan Zweig qui ont été adaptées sur scène ou portées à l'écran. D'Amok au Joueur d'échecs, en passant par Vingt-quatre ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Suite Française », le roman posthume d’Irène Nemirovsky
Bussy, été 1940. Lucile Angellier (Michelle Williams) attend son mari Gaston, qu’elle connait finalement à peine. Prisonnier de guerre, il a été déporté dans un camp de travail en Allemagne. Lucile cohabite ...
Lire la suite
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
Saül Fia a secoué la croisette et le jury lors du 68ème Festival de Cannes en traitant de manière très singulière de la représentation de la Shoah, et vient de ...
Lire la suite
« La Brigade Juive. Tome 1. Vigilante », illustré par Marvano
"Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre". Winston Churchill. Alors que les alliés découvrent les atrocités de la Shoah, c'est en septembre 1944 que Sir Winston Churchill ...
Lire la suite
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney Lumet
Solly Nazerman, homme froid et sans émotion, vit à Harlem où il possède une boutique de prêteur sur gages, achetant bibelots plaqués or, chandeliers argentés et autres babioles pour quelques ...
Lire la suite
« La vie contrariée de Louise », de Corinne Royer
« Adolf Cohen », la pièce de Jean-Loup Horvitz avec Isabelle
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
« Hôtel Terminus. Klaus Barbie, sa vie et son temps »,
« A la vie », le nouveau film de Jean-Jacques Zilbermann
« Stefan Zweig : adieu l’Europe », le nouveau film de
Sortie DVD : « Suite Française », le roman posthume d’Irène
« Le fils de Saül », Oscar du Meilleur film étranger
« La Brigade Juive. Tome 1. Vigilante », illustré par Marvano
« Le prêteur sur gages », le chef-d’oeuvre méconnu de Sidney

Incoming search terms:

  • si je survis moriz scheyer

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.