Et aussi sur Cultures-J.com

« Si je survis », le témoignage de Moriz Scheyer

Si je survis nous livre l’expérience de Moriz Scheyer au moment de la Shoah.

si-je-survis-moriz-scheyerIl appartient alors au monde littéraire et bourgeois de Vienne, et doit quitter l’Autriche au moment de l’Anschluss. Il  y raconte sa fuite vers la France, jusqu’à un monastère de Dordogne, et y décrit l’impact du IIIème Reich sur sa vie et celles de ses proches,  le dépouillement qui lui fut imposé, ainsi que la perception qu’il en eu sur le moment.

L’écriture est élégante, ironique, parfois cynique. Les faits pourraient sembler bruts car pris sur le vif, sans le recul des ans, s’il n’y avait des interactions constantes avec les sentiments et sensations de l’auteur.

Parfois les propos sont acerbes, mais la réalité est douloureuse, et l’auteur sait reconnaître la lumière qui parfois, à défaut d’illuminer la nuit, permet de survivre.

De l’écriture se dégage une grande maîtrise de l’art, avec un côté flamboyant qui rend le récit magnifique mais qui sait disparaître lorsqu’il s’agit de faire le bilan, d’adresser sa reconnaissance à ceux sans qui il ne serait plus et de regretter tous ceux qui n’ont pu être sauvés. Pour ce dernier point, l’amertume de l’auteur face à son impuissance à aider ceux qu’il a croisés lors d’une arrestation, alors qu’il se trouve lui-même en danger, est palpable.

De plus, Si je survis offre, grâce au talent de l’auteur, une bonne compréhension de ce qui, loin des ghettos ou camps d’extermination, est la douleur du quotidien infligée à celui qui est traqué, spolié et dépendant.

Après le récit de Moriz Scheyer, l’histoire du manuscrit, lié à l’histoire familiale, soulève justement la question de la valeur de cette douleur. Quant à la partie consacrée à l’histoire de l’auteur en temps qu’écrivain au début du 20ème siècle, il  resitue bien l’écrivain dans son contexte.

Finalement, Si je survis est fait pour notre époque : il permet de comprendre bien des silences.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

Si je survis, de Moriz Scheyer, aux éditions Flammarion. 380 pages. 23,90€

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.