Et aussi sur Cultures-J.com

Sortie DVD : « Phoenix », de Christian Petzold

A la fin de la guerre, en juin 1945, la chanteuse Nelly Lenz (Nina Hoss), gravement dévisagée, est enfin libérée de son calvaire à Auschwitz. Avec son amie Lene, employée de l’Agence Juive, elle retrouve un Berlin complètement dévasté.

phoenix christian petzoldAprès une opération de reconstruction faciale, Nelly entame des recherches pour retrouver son mari Johnny (Ronald Zehrfeld), persuadé que sa femme est portée disparue.

Lorsque Nelly le retrouve, celui-ci ne voit qu’en elle une certaine similitude et lui propose de prendre l’identité de sa femme, l’ultime héritière d’une famille décimée par la guerre et les camps, pour récupérer son patrimoine.

Nelly accepte de devenir son propre double dans le but de connaître les vrais sentiments de Johnny envers elle.

Au début du film, des soldats américains ordonnent à Nelly d’enlever les bandages qu’elle a sur le visage. Pour cette scène, le réalisateur allemand Christian Petzold se réfère aux nombreux nazis qui prenaient l’apparence de blessés pour fuir le pays. Il a effectué un important travail de recherche historique pour retranscrire au plus proche de la réalité une Allemagne d’après-guerre, la présence humiliante de l’occupant américain, l’impossible retour des Juifs rescapés, et surtout un Berlin dévasté.

Il s’est librement inspiré du roman Le Retour des Cendres d’Hubert Monteilhet, ne gardant que l’argument principal : Une femme rentre, défigurée, du camp de concentration où on l’avait laissée pour morte. Un chirurgien s’emploie à lui redonner son visage d’avant.

Le film est entièrement construit autour de Nelly, sa douleur, ses hésitations, sa quête déchirante d’amour. Une femme en ruines qui, comme le Phoenix, va se reconstruire peu à peu, et retrouver sa féminité.

La performance de Nina Hoss nous emmène au-delà du vraisemblable : comment Johnny, le mari, peut-il ne pas reconnaître sa femme ?  Et comment Nelly, personne insoumise, refuse d’admettre que l’amour est anéanti ?

Tous les éléments sont réunis pour faire de Phoenix un drame haletant et saisissant, donnant une atmosphère de film noir dans une Allemagne d’après-guerre où le pardon est impossible.

Phoenix s’inscrit dans la continuité du précédent long-métrage de Petzold intitulé Barbara, dans lequel Nina Hoss tenait déjà le rôle principal, et représente la cinquième collaboration entre l’actrice et le réalisateur. Le duo Hoss/Zehrfeld fonctionne à merveille.

Si vous voulez revoir ce film ou si vous n’aviez pas eu l’occasion de le voir lors de sa sortie en salle, il est urgent de vous procurer ce DVD.

Jean-Yves DEVENDEVILLE pour Cultures-J.com.

Phoenix, de Christian Petzold, en DVD.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Munich, Dachau. 4/4 : Dachau : un billet pour l’enfer
Depuis le centre de Munich, rejoindre le camp de Dachau demande environ vingt-cinq minutes par le train S2 jusqu'à la gare de Dachau, puis quinze minutes supplémentaires par le bus ...
Lire la suite
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
Comme un battement d'aile de papillon sur la muraille de Chine peut provoquer une tempête en France, ainsi un oui en entraîne un autre et peut changer plusieurs vies. Cette ...
Lire la suite
Munich, Dachau. 2/4 : Un voyage aux origines du IIIème Reich
Munich, capitale du mouvement nazi (2/2) Un peu au sud de la Marienplatz, sur la St-Jakobs-Platz, un petit complexe composé d'un centre culturel, d'un musée qui revient sur la vie et ...
Lire la suite
« Max, en apparence », de Nathalie Skowronek
Comment parler de sa famille sans tomber dans le voyeurisme ? De son grand-père rescapé d'Auschwitz qui quitta son épouse et sa fille pour s'installer en Allemagne et y faire ...
Lire la suite
« Clandestine », le témoignage de Marie Jalowicz Simon
Voilà le livre de témoignage qui nous transmet l'histoire émouvante de la survie de Marie Jalowicz à Berlin durant la période nazie. Tout juste bachelière à cette époque, elle est cependant ...
Lire la suite
Derniers jours : « Roman Vishniac », exposition au Musée du Judaïsme de Paris
Après l'International Center of Photography de New-York et le Joods Historichs Museum d'Amsterdam, c'est au tour du Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme de Paris d'accueillir les quelques 220 oeuvres ...
Lire la suite
« Le libraire de Berlin », le nouveau roman de Jacques et Bettina Roth
Dans Le libraire de Berlin, Jacques et Bettina Roth nous offrent une histoire rare et pleine de douceur, avec les joies et les peines de deux familles à Berlin. Les auteurs ...
Lire la suite
Rentrée littéraire : « Terminus Allemagne », d’Ursula Krechel
Terminus Allemagne, Prix du livre Allemand 2012, nous plonge en Allemagne après, puis avant la Seconde Guerre Mondiale. Les descriptions redonnent vie au Berlin d'avant guerre, au lac de Constance ...
Lire la suite
« Papa, pourquoi t’as voté Hitler ? », de Pef et Didier Daeninckx
Destiné aux enfants à partir de 9 ans, cet album évoque la montée en puissance du régime nazi en Allemagne et l’arrivée d’Hitler au pouvoir, rendue possible par l’alliance du ...
Lire la suite
« La robe de Hannah », de Pascale Hugues
Avec La robe de Hannah, Pascale Hugues a écrit un livre très bourgeois, dans lequel chaque mot est pesé. Il s'en dégage un grand calme, les phrases sont belles. Tout ...
Lire la suite
Munich, Dachau. 4/4 : Dachau : un billet pour
« A Hambourg peut-être », de Denis Labayle
Munich, Dachau. 2/4 : Un voyage aux origines du
« Max, en apparence », de Nathalie Skowronek
« Clandestine », le témoignage de Marie Jalowicz Simon
Derniers jours : « Roman Vishniac », exposition au Musée du
« Le libraire de Berlin », le nouveau roman de Jacques
Rentrée littéraire : « Terminus Allemagne », d’Ursula Krechel
« Papa, pourquoi t’as voté Hitler ? », de Pef et
« La robe de Hannah », de Pascale Hugues

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.