Et aussi sur Cultures-J.com

« Stauffenberg. L’homme qui voulait tuer Hitler », de Jean-Louis Thiériot

Elève studieux, préférant la compagnie des livres à celle des femmes et du bon vin, admirateur d’Otto Dix et d’Emil Nolde, élève du poète Stefan George, Claus von Stauffenberg hésite entre une carrière d’architecte ou de militaire. Il optera finalement pour la seconde, même s’il reconnaitra plus tard avoir assez mal supporté ses premières années sous l’uniforme.

claus von stauffenberg jean louis thieriot assassinat hitlerAdolescent à la chute de l’empire allemand, il incorpore en 1926 le 17ème régiment de cavalerie de Bamberg, une arme aristocratique prestigieuse qui convient à son rang, tout comme son mariage quelques années plus tard avec Nina Freiin von Lerchenfled.

En 1929, suite au Jeudi Noir de Wall Street, le monde est en crise. En l’espace de trois années, l’Allemagne verra son taux de chômage passer de 2,8 millions à 6,1 millions. Quinze ans après la fin de la Première Guerre Mondiale, l’Allemagne suffoque et panse toujours ses plaies. La République de Weimar est montrée du doigt, et les nazis atteignent des sommets dans les sondages. Bien que minoritaires, ils détiennent bientôt les ministères clefs comme l’Intérieur ou la Guerre.

A peine arrivé au pouvoir, Adolf Hitler entreprend de réarmer le pays. Comme des millions d’allemands, les von Stauffenberg, aristocrates et propriétaires terriens, sont séduits par le nouveau guide spirituel qui va relever la nation allemande, bien qu’ils n’adhèrent pas du tout aux lois antisémites, ni au saccage et au boycott des magasins Juifs. Pour preuve, le frère de Claus épousera Milette Schiller, une fille de notables Juifs d’Odessa. Avec cette union, les von Stauffenberg découvriront avec stupéfaction l’étendue des lois de Nuremberg.

Bien que patriote, Claus von Stauffenberg émet très tôt des doutes quant au bienfondé du nazisme, refusant de porter l’uniforme SA et faisant part de son vif mécontentement lorsque la croix gammée deviendra obligatoire sur les casquettes et les vareuses des officiers.

Lorsqu’éclate la Seconde Guerre Mondiale, il est écœuré par le traitement que le Reich réserve aux territoires conquis. Et quand enfin il apprend au printemps 1942 l’extermination des Juifs d’Europe, il se rend compte à quel point son pays sombre dans la folie et la barbarie. Convaincu de mener une guerre injuste, il rejoint secrètement la Résistance et songe à mettre un terme à cette folie destructrice en assassinant Hitler.

Nombreux sont les membres du haut état-major à graviter autour du pouvoir et à émettre de sérieuses réserves à l’égard de la politique de terreur menée par les nazis, qu’il s’agisse entre autres de Johannes Popitz, ministre des finances de Prusse, ou de Fritz-Dietlof von der Schulenburg, vice-directeur de la police de Berlin.

Initialement prévu pour permettre à l’armée de faire face à une éventuelle insurrection, l’Opération Walkyrie est remaniée et divisée en deux étapes : l’assassinat d’Hitler et des principales têtes du pouvoir dans un premier temps, immédiatement suivie d’un coup d’état visant à renverser le régime, à prendre le pouvoir, et tenter de négocier une paix avec les Alliés. Mais le hasard et la malchance joueront en faveur des bourreaux.

Le 13 mars 1943, la première tentative échoue. Hitler, qui devait visiter un quartier général, annule sa venue. Peu de temps après, des explosifs cachés dans des bouteilles de cognac sont chargés dans les soutes de l’avion qui lui permet de voyager entre les différents quartiers généraux de campagne, en Russie. Là encore, le froid dû à l’altitude fera geler les détonateurs, et l’avion n’explosera pas en vol, comme prévu. Un attentat-suicide échouera lui aussi quelques jours plus tard. Un pacte secret semble bel et bien unir Hitler à l’Allemagne.

Devant tant de malchance et, disons-le, d’amateurisme parfois, Claus von Stauffenberg décide d’agir seul. Jugé complexe à mettre en place, le projet d’assassiner Hitler et ses hauts dirigeants au cours du même attentat est cependant abandonné, même si supprimer Himmler reste une priorité pour le bon déroulement des futures opérations.

Le 20 juillet 1944, une valise contenant des explosifs en main, il arrive à Rastenburg, au quartier général d’Hitler, pour assister à une réunion de préparation. Mais là encore, les choses ne se passent pas comme prévues. Von Stauffenberg n’a le temps d’enclencher qu’un seul des deux détonateurs, et si habituellement les réunions se tiennent dans un abri bétonné, ce jour-là elle se déroule dans un baraquement en bois qui réduira considérablement l’impact au moment de l’explosion.

Malgré la violence de la détonation et cinq généraux tués, Hitler ne sera que blessé. Bien qu’il soit persuadé que nul n’aurait pu survivre à une telle déflagration, von Stauffenberg et ses complices tardent à déclencher la seconde partie du Plan Walkyrie. Ils annoncent le décès d’Hitler alors que dans le même temps, à Berlin, Goebbels vient de le mettre en relation téléphonique avec Otto-Ernst Remer. La plus grande confusion va alors régner.

Retraçant minutieusement les différentes étapes qui le feront passer de l’engouement à la déconvenue du parti nazi, écrit grâce à de nombreux témoignages, traces écrites de ses pensées et de ses réflexions, cet ouvrage passionnant revient avec force détails sur Claus von Stauffenberg et un événement qui, s’il avait eu lieu, n’aurait certes pas empêché la destruction de millions de Juifs d’Europe, mais l’aurait sans aucun doute enrayée.

C’est d’ailleurs la question que pose Jean-Louis Thiériot à la toute fin du livre : « Le 20 juillet 1944, le coup d’état avait-il encore un sens ? ».

Stauffenberg, de Jean-Louis Thiériot, aux éditions Tempus Perrin. 337 pages. 11,00€.

Si vous désirez aller plus loin :

La conspiration oubliée, de Terry Parssinen, aux éditions Robert Laffont. 258 pages. 21,50€.
Tuer Hitler : Confession d’un officier allemand antinazi, de Rudolph-Christoph von Gersdorff, aux éditions Tallandier. 298 pages. 20,50€.
Opération Walkyrie, de Jean-Paul Picaper, aux éditions L’Archipel. 437 pages. 21,30€.
– L’Opération Walkyrie : La chance du diable, de Ian Kershaw, aux éditions Flammarion. 174 pages. 7,00€.
Opération Walkyrie, de Jo Baier, avec Sébastian Koch et Ulrich Tukur. DVD.
Walkyrie, de Bryan Singer, avec Tom Cruise et Kenneth Brannagh. DVD.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Riefenstahl », de Lilian Auzas
D’elle, on a dit qu’elle était une grande danseuse expressionniste. Puis une géniale réalisatrice, indéniablement la plus grande des années 30. Elle fut ensuite une talentueuse photographe, comme le prouve ...
Lire la suite
« Le sport européen à l’épreuve du nazisme », au Mémorial de la Shoah de Paris
Jusqu’au 18 mars 2012, le Mémorial de la Shoah de Paris présente une exposition totalement inédite intitulée Le sport européen à l’épreuve du nazisme. Proposant un regard historique sur la manière ...
Lire la suite
« Mein Kampf » le texte fondateur du nazisme, pourrait être republié
Rédigé par Adolf Hitler entre 1924 et 1925 alors qu’il était emprisonné à Landsberg suite au coup d’État manqué – plus connu sous le nom de "Putsch de la brasserie", ...
Lire la suite
Sortie en DVD du film d’Olivier Hirschbiegel, « Elser, un héros ordinaire »
« Je suis un homme juste. Je dois faire ce qui est juste. » Georg Elser. Premier d’une longue série, l’attentat de novembre 1939 visant Hitler dans une brasserie de Munich aurait ...
Lire la suite
« Ordres et décorations de la Wehrmacht », de François Lannoy
En un peu plus de cinq années de guerre, on estime à environ dix-huit millions le nombre de personnes ayant combattu dans la Wehrmacht, l’armée allemande du IIIème Reich comprenant ...
Lire la suite
Interview : Véronique Chalmet, auteure de « L’enfance des dictateurs »
Dans le cadre de la sortie de son nouveau livre L'enfance des dictateurs, Cultures-J.com a rencontré l'auteure Véronique Chalmet, qui a accepté de répondre à nos questions. Rencontre. Cultures-J.com : Véronique Chalmet bonjour, ...
Lire la suite
« L’enfance des dictateurs », de Véronique Chalmet
Staline, Mao, Amin Dada, Mussolini, Hitler, Bokassa, Kadhafi, Pol Pot, Franco, Saddam Hussein... A elle seule, cette poignée d’hommes aux noms effroyables totalise plusieurs dizaines de millions de morts, et ...
Lire la suite
« Hitler, son dernier secret », au théâtre du Nord Ouest
Vienne, milieu des années 30. Ulrich Falch est serveur dans une brasserie de la capitale autrichienne où se réunissent les dirigeants du National-Socialiste pour mettre au point l’anschluss. Julia, son ...
Lire la suite
« Hitler et les siens », de Pierre Stephany
A propos d’Hitler, on peut penser que tout a été dit, écrit, filmé… Peut-être à juste titre d’ailleurs. Les ouvrages sur le pire fléau que la terre aie portée et ...
Lire la suite
« Mein Kampf (farce) », sur les planches du théâtre Douze
Vienne, début du 20ème siècle. Dans un asile de nuit où se réfugient clochards, mendiants et marginaux, un petit agité, arrogant, virulent et grossier, débarque tout droit de Braunau-sur-Inn. Persuadé ...
Lire la suite
« Riefenstahl », de Lilian Auzas
« Le sport européen à l’épreuve du nazisme », au Mémorial
« Mein Kampf » le texte fondateur du nazisme, pourrait être
Sortie en DVD du film d’Olivier Hirschbiegel, « Elser, un
« Ordres et décorations de la Wehrmacht », de François Lannoy
Interview : Véronique Chalmet, auteure de « L’enfance des dictateurs »
« L’enfance des dictateurs », de Véronique Chalmet
« Hitler, son dernier secret », au théâtre du Nord Ouest
« Hitler et les siens », de Pierre Stephany
« Mein Kampf (farce) », sur les planches du théâtre Douze

Incoming search terms:

  • l\homme qui voulait assassiner hitler aux jo

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.