Et aussi sur Cultures-J.com

« Tempête de sable », premier film d’Elite Zexer, en lice pour les Oscars

Dans un petit village bédouin situé dans le désert du Néguev, en Israël, proche de la frontière de la Jordanie, les festivités ont commencé pour célébrer le mariage de Suleiman avec sa seconde femme.

tempete-de-sableComme le veut la tradition, les hommes se réunissent de leur côté, alors que les femmes du village restent entre elles, mangent et dansent, ou portent de fausses moustaches pour se donner des apparences masculines.

La future mariée danse sous les yeux de Jalila, la première épouse, qui doit affronter tant bien que mal cette humiliation.

Alors que Sulieman s’est fait bâtir une nouvelle maison plus confortable pour y vivre tranquillement avec sa seconde femme, Jalila doit s’occuper seule de ses enfants, faire ses lessives à la main suite à la panne du générateur électrique, et doit faire face à une complication supplémentaire lorqu’elle découvre que sa fille aînée, Layla, vit une idylle avec un garçon d’une autre tribu, qu’elle rencontre lors de ses cours à l’université. Jalila sait incontestablement que Suleiman ne consentira jamais à cette liaison, aussi lui défend-t-elle de revoir le jeune homme, et même d’aller à l’école.

Mais Layla est bien déterminée à vivre sa vie comme elle l’entend, persuadée qu’elle pourra convaincre son père d’accepter cette union.

Tempête de sable est le premier long métrage d’Elite Zexer, réalisatrice et scénariste israélienne. Un film à mi-chemin entre documentaire et fiction, où la part du réalisme est très importante. On y découvre les traditions et coutumes d’une communauté très fermée, celle des bédouins, peuple nomade vivant dans des villages non reconnus par l’Etat d’Israël.

Il met l’accent sur la condition des femmes, vouées à être mariées pour des arrangements familiaux, et également sur la polygamie, coutumière chez les bédouins, bien qu’interdite en Israël.

Il a fallu dix années à Elite Zexer pour faire ce film : « Tout a commencé avec ma mère, qui faisait des photos dans les villages de bédouins. Elle est devenue amie avec eux, et moi aussi.  Elle a pris des photos de mariages, les femmes racontaient leur histoire. Tempête de sable s’inspire de l’une de ces jeunes femmes rencontrées. Elle était une des premières de son village à aller à l’université. Elle rencontra un dilemme entre écouter son cœur ou sa famille. Cette histoire date de dix ans, j’ai décidé d’en faire un film… Il était important de comprendre une culture différente pour que le message que l’on veut transmettre soit juste. J’avais fait auparavant un court-métrage dans lequel une femme voit son mari en épouser une seconde. C’était en quelque sorte en guise de test, pour la réalisation de ce film. »

Un drame familial réussi où coutumes et traditions, relations homme-femme, pressions sociales, honte et déshonneur sont évoqués avec justesse et réalisme.

Tempête de sable est le premier film entièrement en arabe sélectionné par Israël pour représenter le pays aux Oscars. Il a reçu le Grand prix Word Cinéma au Sundance 2016, et est nominé au Prix Européen 2016.

Tempête de sable, d’Elite Zexer, en salle le 25 janvier 2017.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Jeanne, ou les images du monde », de Jessica Vaturi-Dembo
Jeanne, la quarantaine, enseigne l’histoire de l’art. Passionnée par l’Extrême-Orient, elle passe son temps libre dans les allées du musée Guimet, qui regroupe la plus importante collection d’arts asiatiques d’Europe. ...
Lire la suite
« Carmel », d’Amos Gitai, par Sophie Masson
Voilà une œuvre de maître, un tableau impressionniste. Par petites touches, point après point, Amos Gitaï construit son film. Un regard sur la famille, sur sa famille. Passé et présent ...
Lire la suite
« Les voisins de D.ieu », de Méni Yaesh
Le 20 août 2013 est sorti en DVD le premier long-métrage du jeune réalisateur israélien Méni Yaesh, Les voisins de D.ieu. Nominé à huit reprises dans divers festivals, ce premier film ...
Lire la suite
Ronit Elkabetz : disparition d’une étoile du cinéma israélien
Avec la disparition prématurée de la très talentueuse et très belle actrice Ronit Elkabetz, le cinéma israélien perd une de ses étoiles les plus brillantes. Agée de seulement 51 ans, ...
Lire la suite
« Tu n’aimeras point » de ‘Haïm Tabakmann
Très remarqué au Festival de cannes 2009, Tu n’aimeras point (Eyes wide open), le premier long-métrage du réalisateur ‘Haïm Tabakmann traite du sujet sensible de l’homosexualité au sein même de la religion. Jérusalem, ...
Lire la suite
Avi Mograbi présente « Dans un jardin je suis entré », au Forum des Images
Sorti en juillet 2013, le dernier film d’Avi Mograbi, Dans un jardin je suis entré, a été projeté ce mardi 8 octobre dans le cadre des documentaires "Doc & Doc", ...
Lire la suite
« L’institutrice », le nouveau film de Nadav Lapid
Après avoir réalisé trois courts-métrages, puis un premier long-métrage intitulé Le policier, qui a remporté plusieurs prix dont le grand prix du jury au Festival de Locarno, Nadav Lapid revient aujourd'hui ...
Lire la suite
« The affair » : Hagaï Levi, d’Israël à Hollywood
Scénariste et réalisateur israélien acclamé dans son pays et vainqueur de nombreuses récompenses locales, Hagaï Levi a rapidement rejoint la liste prestigieuse des créateurs internationaux convoités par Hollywood. Mais Levi ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Le procès de Viviane Amsalem », de Ronit et Shlomi Elkabetz
Trois ans que Viviane Amsalem a déposé une demande de divorce au tribunal rabbinique. Depuis, elle a quitté le logement familial et vit chez son frère. Motif de cette demande : elle ...
Lire la suite
12ème festival du cinéma israélien à Paris
Comme chaque année, le Festival du cinéma israélien se place sous le signe de l’ouverture culturelle et de la création, du dialogue et de l’échange. Il est pour cette 12ème édition ...
Lire la suite
« Jeanne, ou les images du monde », de Jessica Vaturi-Dembo
« Carmel », d’Amos Gitai, par Sophie Masson
« Les voisins de D.ieu », de Méni Yaesh
Ronit Elkabetz : disparition d’une étoile du cinéma israélien
« Tu n’aimeras point » de ‘Haïm Tabakmann
Avi Mograbi présente « Dans un jardin je suis entré »,
« L’institutrice », le nouveau film de Nadav Lapid
« The affair » : Hagaï Levi, d’Israël à Hollywood
Sortie DVD : « Le procès de Viviane Amsalem », de
12ème festival du cinéma israélien à Paris

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.