Et aussi sur Cultures-J.com

« Tu n’aimeras point » de ‘Haïm Tabakmann

Très remarqué au Festival de cannes 2009, Tu n’aimeras point (Eyes wide open), le premier long-métrage du réalisateur ‘Haïm Tabakmann traite du sujet sensible de l’homosexualité au sein même de la religion.

tu n'aimeras pointJérusalem, quartier ultra-religieux de Méa Shéarim. Aaron, époux dévoué, père de quatre enfants, est un membre respecté de la communauté juive orthodoxe. Rouvrant sa boucherie après le décès de son père, il fait la connaissance d’un jeune et bel étudiant talmudique de vingt-deux ans en quête d’un travail, Ezri. A la recherche d’un employé, Aaron décide d’embaucher le jeune homme.

Bientôt, une brèche s’ouvre dans les relations entre les deux hommes, brèche qui se transformera en abîme au fil des semaines qui passent. Au premier étage de la boucherie, où ils ont pour habitude de se retrouver, les deux amants vivent leur idylle inconcevable, loin des règles que l’on se doit de respecter jusqu’à l’obsession. Mais bientôt, des soupçons vont naître chez l’épouse d’Aaron, tout comme chez les membres de la communauté. Entre l’amour qu’il porte à sa femme et sa passion pour Ezri, entre son observance religieuse et sa culpabilité à en transgresser les fondements même, la pression et la culpabilité vont le forcer à faire un choix.

Après Yossi et Jagger d’Eytan Fox, dont l’action se passe au sein de l’armée israélienne, le thème de l’homosexualité est cette fois traité dans cet « état dans l’État » qu’est le quartier orthodoxe de Méa Shéarim, cadre de nombreux films parmi lesquels Kaddosh d’Amos Gitaï, Leaving the fold d’Eric Scott, ou encore le magnifique My father, my Lord de David Volach.

La mise en scène évitant tout sentimentalisme, les cadrages et les décors, étroits, comme semblables aux murs d’une prison dans laquelle les protagonistes semblent être enfermés, et le jeu sans fausse note des acteurs font de Tu n’aimeras point un véritable chef-d’œuvre que l’on voit et revoit avec un plaisir et une émotion toujours intactes.

Tu n’aimeras point (Eyes wide open), de Haïm Tabakmann. Avec Ran Danker et Zohar Strauss. Mercredi 9 mai 2012 à 23h35 sur Arte.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Ronit Elkabetz : disparition d’une étoile du cinéma israélien
Avec la disparition prématurée de la très talentueuse et très belle actrice Ronit Elkabetz, le cinéma israélien perd une de ses étoiles les plus brillantes. Agée de seulement 51 ans, ...
Lire la suite
Rétrospective Uri Zohar, à la Cinémathèque française
Du 10 au 21 octobre 2012, la Cinémathèque française consacre une importante rétrospective à l’acteur et réalisateur israélien Uri Zohar, aujourd’hui devenu rabbin ultra-orthodoxe. Né à Tel Aviv en novembre 1935, Uri ...
Lire la suite
« Jeanne, ou les images du monde », de Jessica Vaturi-Dembo
Jeanne, la quarantaine, enseigne l’histoire de l’art. Passionnée par l’Extrême-Orient, elle passe son temps libre dans les allées du musée Guimet, qui regroupe la plus importante collection d’arts asiatiques d’Europe. ...
Lire la suite
« Room 514 », de Sharon Bar-Ziv
Comme l’a exposé si brillamment il y a quelques semaines Ariel Schweitzer lors de la sortie de son nouveau livre, Le nouveau cinéma israélien, il est des sujets sur lesquels ...
Lire la suite
« L’institutrice », le nouveau film de Nadav Lapid
Après avoir réalisé trois courts-métrages, puis un premier long-métrage intitulé Le policier, qui a remporté plusieurs prix dont le grand prix du jury au Festival de Locarno, Nadav Lapid revient aujourd'hui ...
Lire la suite
« Félix et Meira », le film de Maxime Giroux, en DVD le 4 juin
Dix ans que Félix n’a pas revu son père. Il le retrouve sur son lit, mourant. Son décès l’attriste, Félix déambule dans les rues de Montréal et prend un café ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Dans un jardin je suis entré », d’Avi Mograbi
Dans un jardin je suis entré, d'Avi Mograbi, doit son titre à une très belle chanson arabe que l'on entend dans le film. Comme dans la chanson, ce long-métrage évoque des ...
Lire la suite
« The affair » : Hagaï Levi, d’Israël à Hollywood
Scénariste et réalisateur israélien acclamé dans son pays et vainqueur de nombreuses récompenses locales, Hagaï Levi a rapidement rejoint la liste prestigieuse des créateurs internationaux convoités par Hollywood. Mais Levi ...
Lire la suite
« Rabbins et savants au village », sous la direction de Jean Baumgarten et Céline Trautmann-Waller
Pas de doute, Rabbins et savants au village est un livre sérieux et dense. Il retrace les recherches et les études sur les traditions populaires juives ainsi que leurs moyens ...
Lire la suite
Lettre à Amos Gitaï, par Nathan Vandard
Monsieur Gitaï, Nous sommes le lundi 26 février, il est 9h30. La Cinémathèque baigne dans le froid soleil de février. Voilà quelques semaines qu’on m’a proposé d’écrire un article sur votre ...
Lire la suite
Ronit Elkabetz : disparition d’une étoile du cinéma israélien
Rétrospective Uri Zohar, à la Cinémathèque française
« Jeanne, ou les images du monde », de Jessica Vaturi-Dembo
« Room 514 », de Sharon Bar-Ziv
« L’institutrice », le nouveau film de Nadav Lapid
« Félix et Meira », le film de Maxime Giroux, en
Sortie DVD : « Dans un jardin je suis entré »,
« The affair » : Hagaï Levi, d’Israël à Hollywood
« Rabbins et savants au village », sous la direction de
Lettre à Amos Gitaï, par Nathan Vandard

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.