Et aussi sur Cultures-J.com

« Twilight over Berlin », l’exposition du cinquantenaire au Musée d’Israël

Afin de commémorer à la fois le 50ème anniversaire du Musée d’Israël et les 50 ans de relations diplomatiques entre Israël et l’Allemagne, l’établissement culturel accueille en ses murs une magnifique exposition, Twilight over Berlin, rassemblant cinquante chefs-d’oeuvre de la Nationalgalerie de Berlin.

twilight over berlin musee israel art degenereS’étalant de 1905 à 1945, Twilight over Berlin permet d’appréhender et de comprendre l’impact que cette période a eu sur le monde de l’art, ainsi que ses bouleversements socio-politiques.

Dès l’entrée, le visiteur est accueilli par la projection d’un film de 65mn de Walter Ruttmann datant de 1927, Berlin – Symphonie d’une Métropole, ainsi que des lithographies couleur, nouveau mode de communication au début du 20ème siècle, comme l’Odeon Casino, de Walter Schnackenberg (1912), les Cigarettes Montclair, de Paul Linder (1912), ou encore l’affiche de l’exposition des travailleurs allemands à Cologne en 1914…

Ouverte le 19 juillet 1937 à Munich, l’exposition d’art dégénéré comprenait 650 œuvres, peintures, sculptures, livres, etc., d’artistes modernes interdits par le régime nazi au profit d’artistes dit « héroïques », sensés symboliser la pureté raciale… Cette exposition historique attirera plus de deux millions de visiteurs à Munich, et deviendra itinérante en Allemagne et en Autriche au cours des trois années suivantes.

De très nombreuses oeuvres de ces artistes « dégénérés » sont aujourd’hui présentées sur les cimaises de Musée d’Israël : Mère à genoux allaitant un enfant, de Paula Modersohn-Becker, à la facture largement inspirée par Gauguin, Jeune fille assise, de Max Pechstein, dénoncé à tort comme Juif – 326 de ses oeuvres seront confisquées, dont certaines exposées à Munich en 1937 -, l’ Homme tombé, sculpture de Wilhelm Lehmbruck, ou encore Lotte Laserstein et sa Soirée à Postdam, considérée comme son oeuvre majeure. Sa carrière sera interrompue par le National-Socialisme et elle s’exilera en Suède en 1937.

Ernst Kirchner, figure majeure de l’expressionnisme allemand qui se suicidera en 1938, occupe une place centrale, dominée par le magnifique et imposant Postdam Platz, scène de rue montrant des femmes de petite vertu, tout comme Otto Dix et son portrait du marchand d’art Albert Flechteim, ou Les joueurs de cartes, très belle composition faite de collages de cartes à jouer, de papier aluminium et de photos, et représentant trois officiers défigurés dans un café. 26 de ses oeuvres seront présentés dans l’exposition d’art dégénéré de 1937.

Une section est également consacrée au mouvement Bauhaus, très présent dans l’architecture de Tel Aviv, avec des œuvres d’Oskar Schlemmer, Femme nue s’approchant d’un homme, et Jeunesse blanche, de Wassily Kandinsky, ainsi que des oeuvres d’artistes majeurs tels Paul Klee, Max Beckmann, Ludwig Meidner, surtout connu pour ses scènes d’apocalypse, Oskar Kokoshka, ou encore Lyonel Feininger, professeur à l’école Bauhaus.

Célébrant la liberté avant-gardiste qui illumina la capitale allemande dans le premier tiers du 20ème siècle, la montée du nazisme et la fuite de milliers d’artistes d’Europe contribueront finalement à donner à un État d’Israël qui n’allait pas tarder à naître ses premières notes de modernité.

Twilight over Berlin, actuellement au Musée d’Israël de Jérusalem. Plus d’infos sur le site du Musée d’Israël.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.