Et aussi sur Cultures-J.com

« Visions », au Musée Juif de Belgique

Si, jusqu’au 30 septembre 2012, vous avez l’intention de séjourner à Bruxelles, un détour par le Musée Juif de Belgique s’avère obligatoire.

visionsSitué bien loin des sentiers battus par les milliers de touristes qui arpentent les pavés de la capitale belge, l’établissement culturel propose, en plus de sa très riche collection permanente, une superbe exposition temporaire de photographies intitulée Visions.

Mettant précisément en parallèle la vision de trois photographes de renommée internationale – l’américain Stephen Feldman, l’iranienne Dalia Nosratabadi et le belge Dan Zollmann, les quelques cent vingt œuvres présentées invitent tour à tour au rêve, au voyage, au recueillement, ou à l’interrogation.

Une fois passé la cour intérieure aux murs décorés d’affiches d’expositions passées – Robert Capa, David Seymour, Arno Stern, etc., le visiteur est accueilli au rez-de-chaussée par les moyens formats de Stephen Feldman. Ses œuvres sélectionnées pour Shadows and Desire sont très marquées par un contraste clair-obscur, à la manière d’un Caravage contemporain. Sur les corps nus sculptés par les jeux de lumière, tout en harmonie, on ne distingue aucun visage, dans la partie consacrée au travail d’abattoir, viandes décharnées sur fond de carrelages éclaboussés de sang alternent avec un boucher faisant son office, et lorsqu’un trop rare moment de joie, de liberté pourrait se faire jour, magnifiquement représenté par l’envol de pigeons, il ne s’agit là que d’ombres.

« Affronter la photo pour ce qu’elle est, quelle que soit le sujet », telle est la devise de Stephen Feldman. S’immergeant dans les univers qu’il a pour ambition de retranscrire, comme pour mieux les comprendre, mieux les représenter, son travail, bien que difficile à appréhender, à mi-chemin entre abstraction et réalisme, ne peut en revanche laisser indifférent.

A mille lieues de cet univers monochrome, un feu d’artifices s’offre aux yeux du visiteur dès les premières marches menant au niveau supérieur. Accompagnées par une musique invitant à la quiétude et au repos, les œuvres de Dalia Nosratabadi sont une invitation au voyage. Principalement constituées de grands formats, comme pour mieux immerger le spectateur dans son monde, les mégapoles de Urban Vibrations se succèdent de salles en salles, leurs monuments emblématiques se reflétant dans des flaques d’eau, procurant une sensation de vertige. Le visiteur se surprendra à tourner la tête, comme pour rectifier cet angle de vue inhabituel qui s’impose à lui.

Lorsque Dalia Nosratabadi débarque à New York en 2001, la frénésie de la cité-légende l’enivre, l’emporte, et la photographie prend le pas sur la peinture, sa formation d’origine. Le Flatiron, le pont de Brooklyn, l’Empire State, les mythiques taxis jaunes sont autant de sujets, presque des terrains de jeux. Au fil de ses tribulations autour du globe, le Palais de Justice et le Musée Royal des Beaux-Arts de Bruxelles, la Tour Eiffel et le Panthéon de Paris, les immeubles Bauhaus de Tel Aviv ou les façades acidulées de la sérénissime Venise s’offrent à son objectif. Et le résultat est pétillant !

Enfin, ce sont des airs klezmer qui guident les pas du visiteur jusqu’au second et dernier étage, consacré à Dan Zollmann. Ayant fait d’Anvers « sa » ville, où il passerait presque pour un agent secret tant ses clichés, spontanés, nécessitent discrétion et rapidité, il parvient à capturer de magnifiques épisodes de la vie quotidienne juive orthodoxe. Mais tandis que certaines portes s’ouvrent facilement, comme pour la série des métiers – antiquaire, libraire, coiffeur, épicier, etc., bien d’autres se ferment à son regard qui, bien que respectueux, n’en reste pas moins indiscret.

Dans Paysages Urbains, Dan Zollmann invite croyants et profanes à un voyage au cœur des fêtes et traditions juives : déguisements de Pourim et cédrats de Soukkot, costumes, gabardines de soie ou schtreimels traditionnels des Juifs hassidiques, instruction religieuse au ‘héder,  et une ultime section évidement consacrée à la « Maison des Vivants », pierres tombales recouvertes de neige ou brisées par les décennies, lecture du Kaddish, etc.

Trois « visions » donc. Trois visions d’un même monde, pourtant aux antipodes les unes des autres, offrant une vaste palette d’émotions et de ravissement au visiteur qui ne manquera pas d’être impressionné. Une très belle exposition, à découvrir jusque fin septembre.

Visions, du 15 juin au 30 septembre 2012, au Musée Juif de Belgique, Bruxelles.

Merci au Musée Juif de Belgique pour son accueil, et sa précieuse collaboration à la rédaction de cet article.

Si vous désirez aller plus loin :

– Visitez le site officiel de Stephen Feldman.
– Visitez le site officiel de Dalia Nosratabadi.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.