Et aussi sur Cultures-J.com

« Welcome to New York », d’Abel Ferrara

Après de longs mois de rumeurs, d’informations et de contre-informations, il semblerait que le film retraçant les très médiatiques événements du Sofitel de New York ayant mis un terme à la vie politique de Dominique Strauss-Kahn, ancien patron du Fonds Monétaire International, soit finalement achevé.

welcome to new york jacqueline bisset gerard depardieu abel ferrara affaire dsk dominique strauss kahn anne sinclair sofitelPrésenté discrètement en marge du Festival de Cannes à de potentiels acheteurs, Welcome in New York, titre préféré à The June Project, produit par Vincent Maraval et réalisé par Abel Ferrara, devrait sortir courant 2014. Ce dernier a beau se défendre d’avoir voulu mettre en images l’affaire qui a secoué le monde en mai 2011, arguant plutôt d’un simple film traitant de l’addiction sexuelle des hommes de pouvoir – Bill Clinton ou autre Silvio Berlusconi, personne n’est dupe.

Gérard Depardieu, qui campera le personnage de l’ex-homme politique, n’omet pas de préciser qu’il a accepté le rôle uniquement car il « n’aime pas » Dominique Strauss-Kahn qu’’il trouve « arrogant et suffisant ». Voilà qui est dit ! Et comme on peut légitimement le penser, le financement d’un tel projet a été compliqué – aucun fonds français, aussi Gérard Depardieu s’est-il montré grand seigneur en décidant de ne toucher aucun cachet. Zéro euro. C’est dire s’il voulait ce rôle.

Un temps pressentie pour tenir le rôle de l’ex-épouse de Dominique Strauss-Kahn, Anne Sinclair, Isabelle Adjani s’est finalement retiré du projet, refusant de se « prêter à cette curie » et par « respect pour la vie privée des gens ». On ne m’en blâmera pas. Tout comme on ne blâmera pas la désormais plus célèbre femme de chambre du monde, Nafissatou Diallo, d’avoir refusé de tenir son propre rôle, comme cela avait un temps été évoqué. Ce sera donc l’anglaise Jacqueline Bisset qui jouera le personnage d’Anne Sinclair, tout en se défendant également de l’incarner, préférant s’en inspirer.

Avec une ambiance sur le plateau difficile et bruyante, à en croire les récentes révélations de l’actrice au Festival de Télévision de Monte-Carlo, et un film essentiellement basé sur des rapports de police, des articles de presse et mettant en avant harcèlement et arrestation, orgies et fêtes débridées, on ne peut guère s’attendre qu’à un résultat sordide et malsain.

Welcome to New York. Prochainement.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.