Et aussi sur Cultures-J.com

« Welcome to New York » : un film inutile sur l’affaire DSK !

En juin 2013, Cultures-J.com annonçait en quelques lignes qu’un film retraçant l’affaire Dominique Strauss-Kahn au Sofitel de New York était en cours de réalisation, sous la caméra du réalisateur Abel Ferrara.

welcome to new york jacqueline bisset gerard depardieu abel ferrara affaire dsk dominique strauss kahn anne sinclair sofitelDepuis quelques jours, ce long-métrage très « attendu » est donc disponible. Si Welcome to New York sortira bien dans les salles américaines, où il trouvera à n’en point douter son public – souvenez-vous des images so american du procès où l’on se serait cru plongé en plein Bûcher des Vanités –, il ne sortira en France qu’en format VOD.

Cultures-J.com n’ayant pas souhaité apporter une quelconque contribution financière à cette diffamation, c’est en streaming, et donc gratuitement, que nous avons visionné Welcome to New York. Nous ne sommes pas un site d’opinion et n’avons pas pour vocation de contribuer à véhiculer de ce genre de production, mais il nous semblait cependant important d’en parler afin de conclure une annonce faite il y a un an.

Welcome to New York est donc disponible uniquement en téléchargement, et a été discrètement présenté il y a quelques jours dans le cadre du festival de Cannes. Avec près de 50.000 téléchargements en moins de 24 heures, il ravit à Scorsese et DiCaprio, avec Le Loup de Wall Street, la première place des téléchargements sur iTunes. On peut bien évidemment parler de succès. Mais avec un tel sujet et un tel tapage médiatique, quoi de plus étonnant ?

A l’affiche donc, dans les pseudos-rôles d’Anne Sinclair et de DSK, Jacqueline Bisset et Gérard Depardieu. Après avoir planté le décor avec un générique où se succèdent lingots d’or et billets verts par milliers, c’est sur un extrait d’interview du principal protagoniste que s’ouvre le film, interview au cours de laquelle il justifie son choix d’interpréter l’ex-patron du FMI par le seul fait qu’il « hait » les hommes politiques, et qu’il « n’aime pas » Dominique Strauss-Kahn.

Aussi prenons-nous la liberté, à notre tour, de dire que nous n’aimons pas Gérard Depardieu, que ce soit en tant qu’acteur qu’en tant qu’homme. Et après avoir visionné Welcome to New York, le verdict est qu’il eut été préférable qu’il demeure dans la « démocratique » Russie de Poutine qu’il apprécie tant, l’industrie cinématographique lui en aurait été vivement reconnaissante !

Disons-le, ce film est une ode pornographique malsaine, profondément inutile, vulgaire et d’un ennui mortel. Durant les trente premières minutes, on passe d’une orgie à une autre – Gérard Depardieu ne perdant d’ailleurs pas une occasion de se montrer nu à plusieurs reprises au cours du film, spectacle dont nous nous serions bien passé –, et lorsqu’enfin celles-ci cessent, c’est pour céder la place à des plans d’une longueur interminable – scène du coup de téléphone à son avocat, scène de l’heure dans la cellule avec des codétenus, etc. Les dialogues sont sans intérêt, creux et répétitifs. Après tout, il faut bien remplir les deux heures que dure le film !

Vannes bon marché autour de la circoncision, allusions à l’affaire Roman Polanski, et insultes à l’encontre de la famille d’Anne Sinclair ponctuent enfin sa bassesse et son aspect dégradant.

Le film achevé, il ne reste qu’un arrière-goût de saleté et la ferme impression d’avoir perdu deux heures.

Aussi, Cultures-J.com apporte-t-il son soutien plein et entier à Madame Anne Sinclair et la félicite pour son courage et sa dignité dans cette affaire, ainsi que pour sa réaction dans les colonnes du Huffington Post, et à Mr Dominique Strauss-Kahn dans sa démarche visant à produire Welcome to New York en justice pour diffamation.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.