Et aussi sur Cultures-J.com

« Yom, d’est en ouest », au Festival d’Ile-de-France

« Diaspora ». A lui seul, ce mot, initialement utilisé pour désigner la dispersion du Peuple Juif, est depuis des siècles synonyme de déracinement, d’exil, d’épreuves. Et à chaque diaspora ses coutumes, ses traditions, ses musiques qu’il faut conserver, préserver à tout prix afin qu’elles ne sombrent pas dans l’oubli.

festival ile de franceC’est justement sur la richesse musicale de ces dispersions, son adaptation et son évolution au fil des siècles et des patries, que propose de revenir Diasporas, musiques en partance, la nouvelle édition du Festival d’Île-de-France. Du samedi 8 septembre au dimanche 14 octobre 2012, une trentaine de manifestations – concerts, tables rondes, visites, lectures se dérouleront dans plus de vingt lieux prestigieux d’Ile-de-France – Institut du Monde Arabe, Bataclan, Gaieté Lyrique, théâtre de Fontainebleau ou église Notre-Dame de Vincennes pour n’en citer que quelques-uns.

Du New York de Lucia Pulido ou Martha Redbone à l’Arménie de Kormitas, en passant par le Liban d’Abdel Rahman el Bacha ou le Cap Vert de Cesaria Evora, à qui Angélique Kidjo rendra hommage au Cirque d’Hiver Bouglione, ce périple musical ne pouvait bien évidemment pas ignorer la musique klezmer, qui sera brillamment mise à l’honneur par le clarinettiste Yom au fil de trois étapes successives, trois étapes symbolisant chacune une période majeure de l’histoire du Peuple Juif et de sa Diaspora.

Dans un premier temps, Yom présentera Création, composition mêlant clarinette, percussions iraniennes, contrebasse et violoncelle orientale, et replongeant le spectateur dans l’épisode de la sortie d’Egypte, et l’errance de quarante années dans le désert du Sinaï qui suivit.

Viendra ensuite Déambulation, qui s’inscrit plusieurs siècles plus tard, et s’intéresse aux origines de la musique klezmer, née vers le 15ème siècle. Fanfares et répertoire klezmer traditionnel se rendront de la Dynamo des Banlieues Bleues de Pantin aux berges du canal de l’Ourcq, pour arriver jusqu’au Cabaret Sauvage, dans le parc de la Villette.

Yom & the Wonder Rabbis, troisième et ultime étape de ce voyage initiatique, est quant à elle dédiée à la Diaspora juive actuelle, et sera l’occasion pour Yom & the Wonder Rabbis d’ouvrir aux sons rocks, électros et psychés la traditionnelle musique des ashkénazim d’Europe centrale et de l’est.

Guillaume Humery, alias Yom, nait à Paris en 1980, et décide très tôt de devenir clarinettiste. « J’ai commencé la clarinette à cinq ans en écoutant Pierre et le loup. J’ai demandé à mes parents de jouer de la clarinette. Plus tard, j’ai appris que mon grand-père paternel avait été clarinettiste, notamment dans les bals des mines du nord de la France. Mais les adultes n’ont pas été directement responsables de mon choix et ne l’ont pas influencé ».

Surdoué, il intègre le Conservatoire de Paris à dix ans, est formé par Franck Seguy (médaille d’or en clarinette à dix-huit ans) et Richard Veille (Premier Prix du Concours International de Colmar, Prix spécial de la « Harpe d’Or » à Belgrade), et obtient en 1997 le Premier Prix de clarinette du prestigieux établissement.

Depuis 2004, Yom a sorti cinq albums, dont Unue en 2009, qu’il a dédié au clarinettiste argentin Giora Feidman, ou encore In Love, en 2011, dans lequel il part à la rencontre d’airs des Balkans, de Turquie, de Roumanie, etc.

Festival d’Ile-de-France, du 8 septembre au 14 octobre 2012. Programmes et réservations sur le site officiel du Festival d’Ile-de-France.

Yom, d’est en ouest, le vendredi 14 septembre 2012. Création, à 20h00, à la Dynamo des Banlieues Bleues de Pantin. Yom & the Wonder Rabbis, à 22h00, au Cabaret Sauvage (Paris 19ème).

Merci aux organisateurs du Festival d’Ile-de-France pour leur contribution à la rédaction de cet article.

Si vous désirez aller plus loin :

– Visitez le site officiel de Yom & the Wonder Rabbis.
– Yom & The Wonder Rabbis, CD 13 titres.
– Unué, CD 14 titres.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Shalom India Residence », d’Esther David
Au fil d’un récit mené par Elie, un prophète aux allures de magicien, Esther David nous immerge dans le quotidien des habitants de la résidence Shalom India, établie au lendemain des ...
Lire la suite
« Ils sont fous ces Juifs », d’Hugues Serraf
C’est sûr, avec Ils sont fous ces Juifs, nous sommes loin, très loin du Judaïsme dans la vie quotidienne d’Ernest Guggenheim. Et si tous les évènements qui rythment la vie ...
Lire la suite
Gilles Rozier, fondateur de « L’antilope » et éditeur de la « Jewish literature »
Ecrivain, traducteur, Gilles Rozier a ajouté une corde à son arc en devenant éditeur début 2016. Avec la complicité d’Anne-Sophie Dreyfus, journaliste puis éditrice dans diverses et prestigieuses maisons, il ...
Lire la suite
« Shanghai la Juive », par Myriam Halimi
Shanghai, ville légendaire et cosmopolite des années 30, qui fut nommée le "Paris de l'Orient", s'est rapidement métamorphosée en une mégalopole qui n'a rien à envier aux autres grandes villes ...
Lire la suite
« Trésors du cinéma yiddish » : le coffret 5 DVD qui redonne vie au YiddishLand
Trésors du cinéma yiddish met à la portée de tous de grands classiques indémodables de ce cinéma, tous sous-titrés en français ou en anglais. Composé de quatre films dont deux versions ...
Lire la suite
Talila en concert exceptionnel à l’Espace Rachi le 19 janvier 2016
Chanteuse et actrice, lauréate du prix de l’Académie Charles Cros, Talila se produit en France mais aussi sur toutes les scènes du monde, en Argentine, aux Etats-Unis, en Israël, en ...
Lire la suite
Rencontre avec Popeck, par Johana Levy
Cultures-J.com : Bonsoir Popeck, merci de nous recevoir. On vous a vu seul en scène, au théâtre, au cinéma ou à la télévision. Où va votre préférence, et pourquoi ? Popeck ...
Lire la suite
« Anima » fait son festival chez les Romanès les 5 et 6 décembre 2015
Pour sa deuxième édition, Anima fait son Festival chez les Romanès les 5 et 6 décembre 2015. L’idée principale de ce festival et de présenter au public un patchwork musical, de styles ...
Lire la suite
« Requiem pour un ashkénaze », de Colette Piat
Si naitre en septembre 1936 n’était pas chose aisée, elle l’est encore moins lorsque le nouveau-né se nomme Isaac Bernstein. Comme des millions de Juifs européens en cette période troublée, les ...
Lire la suite
« Anima Festival », la troisième édition au cirque tsigane Romanès
Ces 10 et 11 décembre, la Compagnie Anima vous invite à la troisième édition de l' "Anima Festival", qui se déroulera, comme en 2015, dans le très beau cadre du ...
Lire la suite
« Shalom India Residence », d’Esther David
« Ils sont fous ces Juifs », d’Hugues Serraf
Gilles Rozier, fondateur de « L’antilope » et éditeur de la
« Shanghai la Juive », par Myriam Halimi
« Trésors du cinéma yiddish » : le coffret 5 DVD
Talila en concert exceptionnel à l’Espace Rachi le 19
Rencontre avec Popeck, par Johana Levy
« Anima » fait son festival chez les Romanès les 5
« Requiem pour un ashkénaze », de Colette Piat
« Anima Festival », la troisième édition au cirque tsigane Romanès

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.