3. Ouzbékistan, un carnet de voyage en Asie Centrale : Les Juifs d’Ouzbékistan

L’identité des Juifs d’Asie Centrale a été préservée grâce à leur religion. Le judaïsme, avec ses lois et coutumes strictes, a isolé les juifs du monde islamique environnant, quoique la même langue – Tadjik ou Ouzbek – ait été leur langue vernaculaire.

Les Juifs dans les villes ont occupé les quartiers séparés, dans lesquels on ne leur a pas permis de sortir le samedi. Les résidants de ces quartiers ont suivi les règles édictées par les émirs, et plus tard par les autorités russes. Le centre de la vie sociale de la communauté était la synagogue. La communauté était relativement indépendante concernant leur vie intérieure, mais il y avait plusieurs les règles et les règlements humiliants et restrictifs de la loi islamique que les juifs étaient contraints d’observer. Ils n’étaient pas autorisés pour vivre en dehors de leurs quartiers, leurs portes étaient construites plus basses que celles des musulmans. ils étaient obligés de porter un chapeau noir et une ceinture de corde, et ne pouvaient être témoin dans un tribunal musulman.

La vie des juifs en Asie centrale est devenue plus facile quand le Tsar a pris les commandes de l’Asie. Les juifs sont distingués par leur robe traditionnelle. Aujourd’hui, ils ont abandonné, en règle générale, cette coutume vestimentaire. Seules les femmes âgées l’ont conservé. A la maison, elles ont conservé la coutume d’être voilées comme les femmes tadjiks ou ouzbeks.

Le judaïsme en Asie Centrale a eu ses propres règlements. Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, des pratiques rituelles n’étaient plus conformes à la halakha. Plus tard, les juifs locaux adoptèrent les rites apportés par les rabbins palestiniens. Un grand nombre de livres religieux juifs a été traduit en langue Tadjik, et des liens avec la mère-patrie se sont développés. Un groupement juif originaire d’Asie Centrale est venue s’établir à Jérusalem. Un dispositif fortement particulier des juifs asiatiques centraux était sous dénomination duelle. La persécution religieuse a mené à un certain nombre de juifs à renoncer au judaïsme en adoptant l’Islam à la place. De tels juifs se sont appelés tshla, « imparfaits », à Boukhara. Il semble que la majorité de  ces conversions n’était seulement qu’un aspect extérieur, beaucoup observaient les coutumes judaïques dans le secret. 

Dans les villes d’Asie Centrale, les Juifs étaient principalement des artisans et des commerçants parce qu’on leur avait interdit le labourage de la terre. Au cours des siècles, certains métiers sont devenus des « métiers juifs », comme la teinte des vêtements. Ils étaient rapides pour répondre à la liberté d’entreprise qui avait résulté de l’annexion de l’Asie centrale par la Russie. Vers la fin du XIXème siècle, il y avait parmi les négociants et les fabricants un grand nombre de juifs fortunés, y compris des propriétaires d’usine. Beaucoup d’entre eux s’illustrèrent, toujours dans l’industrie et les métiers artisanaux.

Jusqu’à l’établissement de la règle soviétique, la vie sociale juive a été confinée au sein de leurs communautés. De petites écoles ont été attachées aux synagogues, de vieux manuscrits en hébreu ont été employés. Des écoles juives en langue russe ont été fondées à Samarcande en 1880, après l’annexion du pays.

Au début des années 1920, plusieurs écoles séculaires juives ont été mises en place. En 1928, l’alphabet en latin est proposé pour l’éducation, mais l’instruction postérieure était donnée dans la langue de Tadjik, que l’alphabet cyrillique a remplacé. Pendant très longtemps, de vieux manuscrits hébraïques étaient utilisés, et des livres religieux et laïcs furent imprimés, comme par exemple les classiques juifs et perses, en persan et en tadjik. Aujourd’hui, on préfère instruire les enfants dans les écoles russes plutôt que dans des écoles tadjiks.

Les Juifs d’Asie Centrale se sont très bien intégrés à la vie locale. Leurs contributions tant sur le plan autant économique que culturel sont  notables pour l’Ouzbékistan. Par exemple, le compositeur, S. Yudakov, qui a écrit en tadjik l’hymne national, est juif.

Tous les Juifs d’Asie Centrale parlent tadjik ou un dialecte judéo-tadjik qui tend à disparaître. À Tachkent et dans la vallée de Ferghana, la deuxième langue est l’ouzbek. La majorité des Juifs aujourd’hui, surtout les jeunes, s’exprime en russe. Les relations linguistiques sont devenues tendues ces dernières décennies. 

Avec l’indépendance de l’Ouzbékistan, la langue populaire est l’ouzbek. Le but est de le remplacer, dans toutes les sphères de la vie publique, avec la langue d’Ouzbékistan. La situation des juifs, en tant qu’entité non Musulmane, est peu enviable, mais avec un tel climat d’hostilité, elle peut aussi dégénérer.

Les Juifs d’Asie Centrale sont en général d’origine boukharienne, descendants des caravaniers de la Route de la Soie. À Samarcande comme à Boukhara, ils vivent dans les quartiers juifs de la vieille ville. Très unis entre eux, ils ont fait de remarquables efforts à travers l’histoire pour garder les traditions et leur mode de vie : circoncision, respect des règles de la kasherout, prières quotidiennes, enseignement de l’hébreu aux enfants… Les mariages mixtes sont relativement rares. Une des synagogues de Samarcande est dirigée par un rabbin local d’obédience Habad, l’autre, dans le vieux quartier, est restée d’obédience Boukhariote. 

D’après la tradition juive boukhariote, les Juifs seraient venus de Perse par Merv et par Khiva. Au temps de Benjamin de Tudéle, il y 50.900 âmes, comprenant de grands négociants et des érudits éminents, à Samarcande. Les Juifs de Boukhara font partie de l’important groupe de juifs d’Orient qui parle la langue persane depuis de nombreuses générations. En Boukharie et au Turkestan, on en compte environ 60.000 avant la Seconde Guerre Mondiale. Du point de vue ethnique, la population boukharienne est une race mêlée irano-mongole, qui parle une langue ozbeko-turkméne et le tadjiki persan. Cette dernière langue, employée par les pouvoirs publics et les citadins, est devenue la langue prédominante de la population des villes ; les populations rurales, elles, employaient l’ozbeki. Les Juifs citadins, pour la plupart, parlaient le persan qu’ils avaient déjà appris en Iran, réservant l’hébreu aux études religieuses et à la prière.

Le terme « Juifs de Boukhara », Boukhariot, a été inventé par les voyageurs européens qui ont visité l’Asie centrale autour du XVIème siècle. Comme la plupart de la communauté juive à l’époque vivait sous le règne de l’émir de Boukhara, ils ont pris le nom de Juifs de Boukhara.

Le Livre d’Esther narre pour les siècles et les siècles l’implantation des Juifs dans toutes les provinces de Perse.

Si vous désirez aller plus loin :

Samarcande, d’Amin Maalouf, aux éditions Livre de Poche. 376 pages. 7,70€.
La Route de la soie, de Luce Boulois, aux éditions Olizane. 596 pages. 26,00€.
Asie centrale : transferts culturels le long de la Route de la Soie, aux éditions Vendemiaire. 992 pages. 32,00€.
Khiva, de Frederick Gustavus Burnaby, aux éditions Libretto. 208 pages. 10,00€.
Ouzbékistan : Samarcande, Boukhara, Khiva, aux éditions Olizane. 352 pages. 23,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.