Ad

« Asia » : le film de l’israélien Ruthy Pribar sélectionné aux Oscars en 2021

Ad

« Asia » était LE film attendu lors du dernier Festival du Cinéma Israélien, le dernier projeté au grand public avant le film de clôture, Raymonda El Bidaouia de Yaël Abécassis.

Auréolé de nombreux prix, dont le Prix du Meilleur film aux Ophirs en 2020, Asia a également remporté les Ophirs de la meilleure actrice (Alena Yiv), du meilleur second rôle féminin (Shira Haas) et de la meilleure photographie (Daniella Nowitz).

Asia danse. Son métier d’infirmière l’épuise, elle sort souvent après son travail et préfère les liaisons sans lendemain. Elle se désintéresse de Vika, sa fille qu’elle a eu très jeune, et avec qui les relations sont tendues.

Vika est livrée à elle même toute la journée. Elle s’ennuie, traîne avec des jeunes plus âgés qu’elle au skatepark, fume et voudrais coucher avec un garçon. Atteinte d’une maladie neurologique dégénérative, elle ne peut suivre un cursus scolaire normal. La vie passe ainsi jusqu’à ce que son état de santé s’aggrave d’un seul coup.

Dans un premier temps, Asia engage un intérimaire de l’hôpital pour s’occuper de Vika, mais bientôt, mère et fille se retrouvent face-à-face.

Le courage de l’une et de l’autre, l’absence d’apitoiement malgré la douleur de la jeune Vika, le refus de la fin inéluctable dont elles sont toutes les deux conscientes, Alena Yiv et Shira Haas, actrices à la ressemblance physique frappante, jouent ces émotions dans une magnifique complicité. Les dialogues sont très beaux.

Pour Shira Haas, l’actrice des séries Shtisel et Unorthodox, atteinte d’un cancer du rein à l’âge de deux ans et qui a vu sa croissance retardée par ses traitements de chimiothérapie, le rôle représentait un vrai challenge.

La scénariste et réalisatrice Ruthy Pribar s’est inspirée de la longue maladie dont est morte sa propre sœur, et dans ce film, rend hommage à sa mère, dont le dévouement était total pendant cette période difficile.

Asia, de Ruthy Pribar. Sortie en salle prévue prochainement.

Pour plus de cinéma israélien, consultez également le site Falafel Cinéma, administré par notre contributrice Yaël Yermia.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.