Ad

Berthe Marx et Otto Goldschmidt à Marlotte…

Ad

Il est un temps où Bourron n’était pas encore réuni à Marlotte. Une époque où de nombreux artistes venaient villégiaturer dans ces petits villages du Gâtinais entre forêt et Loing, entre herbage et pâturage. Un site bucolique…

Ici se retrouvaient au fil des ans, dès la fin du XIXème siècle, musiciens, poètes, peintres, fabricants de barbotine, etc… Les murs de la mairie de Bourron-Marlotte sont encore tapissés de ces peintures offertes par leurs créateurs. A travers le monde on peut écouter des œuvres qui furent composées en ces lieux. Ici glisse l’archet d’Israël ou d’Emile Mendels, Pablo Sarasate, Jules Boucherit, Jacques Thibaut ; là s’envolent les doigts de Magda Tagliaferro, de Joseph Szulc, Wladimir Horowitz ; les chevalets présentent les toiles d’Auguste Renoir, Corot…

Ce fut à Marlotte qu’Ernest Reyer composa l’opéra Salambo, que Ludovic Halévy goutta l’élixir Lamartine à l’Auberge de la Mère Antony, qu’Henri Murger rédigea Le Sabot Rouge, qu’Emile Zola, Alfred de Musset, Reynaldo Hahn et nombre d’artistes les suivirent.

Parmi ces brillants illustres, quelques-uns furent oubliés par l’histoire, alors qu’ils connurent la gloire et les lauriers. Ainsi en fut-il pour Berthe Marx et Otto Goldschmidt. Réveillons leur mémoire.

Berthe Marx était une pianiste française qui eut un grand succès. Elle a joué environ 250 œuvres par cœur lors d’une série de concerts à Berlin et à Paris en 1894.

Fille d’Isidore Marx, Berthe Marx nait à Paris le 28 juillet 1859. Elle a commencé à étudier le pianoforte à l’âge de quatre ans, recevant sa première instruction de son père qui, pendant quarante ans, était un violoncelliste dans les orchestres du Conservatoire de Paris et du Grand Opéra. En 1868, Berthe Marx fut acceptée par Auber comme élève au Conservatoire sans aucun examen préalable. Dans cette institution, elle remporta le premier Prix du piano sous la direction d’Henri Herz, puis étudia avec  Stephen Heller.

À la fin de ses études, elle a entrepris une série de tournées et de concerts à travers la France et la Belgique, recevant partout un accueil cordial.

Le 7 août 1894, Berthe Mex épousa à Marlotte Otto Goldschmidt, l’ami, l’accompagnateur et le directeur de Pablo Sarasate. Dans les pages du Figaro du 17 août 1894, les lecteurs pouvaient lire :

« On annonce le mariage de Mme Berthe Marx, l’éminente pianiste, avec M. Otto Goldschmidt. »

Celui-ci avait en fait eu lieu le 8 août 1894, en la Mairie de Marlotte. Hélas, la presse n’annonçait pas que de bonnes nouvelles. En effet, différents journaux, dont Le Ménestrel de 1897, publiait cette nécrologie :

« Mme Otto Goldschmidt (née Berthe Marx) vient d’avoir l’immense douleur de perdre son fils Jean, à l’âge de 19 ans, aux environs de Berlin, à la suite d’une chute de bicyclette. Les obsèques ont eu lieu à Marlotte (Seine et Marne) ».

Des liens très puissants unissaient Berthe Marx à Marlotte, non seulement pour des raisons artistiques mais aussi pour des raisons familiales. Après avoir vécu à Marlotte avec Pablo Sarasate, elle continua à vivre avec Otto Goldschmidt dans ce village. Ils travaillèrent ensemble pour les arrangements musicaux et les tournées de ce grand compositeur et virtuose du violon.

Pablo de Sarasate mourut à Biarritz en 1908.

Otto Goldschmidt quant à lui était pianiste, chef d’orchestre, compositeur et impresario. Il était le fils d’un vendeur juif, Moritz David Goldschmidt, et de l’activiste des droits des femmes Johanna Goldschmidt. Otto avait sept frères et sœurs, et épousa la chanteuse Johanna Maria Lind, connue sous le nom de Jenny Lind, en 1852.

Otto Goldschmidt et Jenny Lind lors de leur mariage.
© Austrian National Library.

Disciple de Mendelssohn, Otto Goldschmidt fut durant de longues années l’imprésario et l’arrangeur de Pablo Sarasate ; celui-ci lui dédia sa composition Le Caprice Basque, op.24.

Aucun document n’indique que Berthe Marx et son époux Otto Goldschmidt fréquentèrent la synagogue de Fontainebleau.

Ad

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.