Ad

Un zoo à Gaza : « Deux zèbres sur la 30ème rue », de Marc Michel-Amadry

James, journaliste américain pour le New York Times, se retrouve à Gaza où il doit rédiger un article un an après l’opération « Plomb durci », qui avait opposé les terroristes du ‘hamas à l’armée israélienne.

Au cours de ses déambulations dans l’enclave palestinienne, il découvre que Mahmoud Barghouti, le directeur de la seule et unique attraction de Gaza – son zoo, a été contraint de peindre des rayures sur le dos de deux ânes, afin de remplacer ses zèbres morts. Les seuls animaux encore visibles n’étant que de petites espèces introduites par les tunnels de contrebande avec l’Egypte, Mahmoud rêverait de posséder des éléphants, des girafes et enfin faire de ce parc en ruines un véritable zoo. James, touché par cet improbable fait divers, décide alors de lui apporter son aide.

Après de longues et difficiles négociations, il parvient à contraindre Mahmoud de l’accompagner à New York afin d’obtenir des fonds et des soutiens pour sa cause. Ayant dans un premier temps refusé avec véhémence cette proposition – après Israël, l’Amérique n’est-elle pas le second ennemi du peuple palestinien ?, il finit par se laisser séduire, pour la bonne cause, et embarque vers le nouveau monde, non sans avoir préalablement caché à ses proches la véritable raison de son absence, et surtout sa destination.

Arrivé à New York, il découvre alors Central Park, les taxis jaunes, les camions de pompiers aux sirènes hurlantes, mais aussi une communauté palestinienne très… occidentalisée. Il y fait également la connaissance du directeur du zoo de New York, et est en attente pour une rencontre avec le consul d’Israël, à qui il souhaite demander l’ouverture de la frontière pour lui permettre de faire entrer l’ »arche » que James et lui son entrain de rassembler.

Porteur d’un message d’espoir, écrit avec humour et cocasserie, Deux zèbres sur la 30ème rue fait voyager le lecteur de Paris à New York, de Berlin à Gaza au fil de quatre destinées aussi différentes les unes que les autres, et se lit avec délectation jusqu’à la dernière page. On peut cependant regretter le parti-pris à peine dissimulé pour le peuple de Gaza, ainsi que l’ »oubli » de l’auteur quant aux raisons originelles de l’opération « Plomb durci », auxquelles pas une seule ligne n’est consacrée.

Avec Deux zèbres sur la 30ème rue, Marc Michel-Amadry, actuellement directeur de Sotheby’s Suisse, signe son premier roman.

Deux zèbres sur la 30ème Rue, de Marc Michel-Amadry, aux éditions de la Loupe. 190 pages. 18,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.