Ad

« Helmut Newton » : une rétrospective d’envergure au Grand Palais…

Une nouvelle fois, le Grand Palais crée l’événement en présentant pour la première fois depuis la mort de l’artiste une très belle – et très médiatique – exposition sur l’un des plus célèbres photographes du 20ème siècle : Helmut Newton.

Avec près de deux-cents clichés reprenant les thèmes chers à l’artiste – le nu, le portrait, le sexe, la mode… – , l’exposition Helmut Newton revient sur un travail photographique de près de soixante ans, enrichi par des extraits du film réalisé par son épouse June : Helmut by June.

Né Helmut Neustädter à Berlin le 31 octobre 1920, Helmut Newton s’intéresse à la photographie très tôt et devient, à l’âge de seize ans, l’élève de la photographe allemande Else Neuländer-Simon, dite Yva, qui a ouvert à Berlin une dizaine d’années plus tôt son premier studio.

En 1933, après l’instauration des premières lois anti-juives, Yva est contrainte de cesser son activité. Le studio ayant été repris par Charlotte Weidler, une amie aryenne, Yva continue d’exercer. C’est à son contact qu’Helmut Newton se familiarisera avec le métier, et sera influencé de manière durable sur certains sujets.

Les photographies de portraits et de mode ont en effet permis à Yva d’atteindre la notoriété, et d’être publiée dans des magazines allemands renommés, Die Dame ou Berliner Illustrierte Zeitung entre autre.

En 1938, après deux ans de formation, Helmut quitte Berlin et l’Allemagne nazie, et après un passage à Singapour, s’installe en Australie en 1940. Durant les cinq années qui vont suivre, il servira dans l’armée et obtiendra en 1946 la nationalité australienne.

Lors d’un shooting, il rencontre l’actrice et modèle June Brunell, qu’il épouse en 1948. Dans les années 70, celle-ci entamera également une carrière de photographe sous le pseudonyme d’Alice Springs.

Après avoir collaboré de manière considérable aux plus grands titres de la mode – Elle, Marie-Claire… – mais surtout aux éditions française, anglaise, australienne, américaine et italienne de Vogue, la galerie Nikon de Paris et la Canon Gallery d’Amsterdam lui consacrent une première exposition en 1975. L’année suivante est publié son premier ouvrage photo, White Women.

Durant les deux décennies suivantes et jusqu’au seuil du 21ème siècle, Helmut Newton continuera d’exercer son style empreint à la fois d’érotisme, de violence et de sensualité. Un style qui lui permettra d’asseoir sa notoriété et de devenir identifiable d’un simple coup d’œil, comme peu d’autres artistes le furent avant lui.

Catherine Deneuve, Monica Bellucci, Madonna, Grace Jones, Cindy Crawford ou encore Claudia Schiffer deviennent ses modèles.

De 1990 à 1996, Helmut Newton est récompensé du Prix National de la Photographie, fait officier des Arts, des Lettres et des Sciences à Monaco, Commandeur de l’Ordre des Arts et Lettres à Paris. L’année 2000 verra la dernière grande exposition qui lui sera consacrée de son vivant : Helmut Newton, Work. Présentée à la Neue Nationalgalerie de Berlin, elle célèbre les quatre-vingt ans de l’artiste et son succès sera tel qu’elle sera ensuite programmée dans de nombreuses métropoles du monde : Londres, Prague, New York, Moscou, Tokyo… et où elle rencontrera également un engouement considérable.

Fin 2003, Helmut Newton offre la totalité de ses archives à la ville de Berlin. Ses œuvres et sa succession sont désormais exposés au musée de la photographie de Berlin, dans le très huppé quartier de Charlottenburg.

Quelques mois plus tard, le 23 janvier 2004, il est victime d’un accident de la circulation à Hollywood, dans la banlieue de Los Angeles, au cours duquel il perd la vie.

Véritable légende de la photographie, Helmut Newton laisse derrière lui une œuvre riche de plusieurs milliers de clichés, ainsi qu’un important nombre d’ouvrage dont le plus fameux est sans aucun doute le Sumo, hommage de Benedikt Taschen à l’artiste.

Plus gros et plus extravagant livre du 20ème siècle, tiré à 10.000 exemplaires dans un format géant de 50 x 70 centimètres, il pèse plus de trente kilos et repose sur un pied spécial designé par Philippe Stark. Il fallait bien ça pour « rendre le plus grand hommage au plus grand photographe ».

Une nouvelle édition de cet ouvrage emblématique est désormais disponible en format light.

Helmut Newton, du 24 mars au 17 juin 2012 au Grand Palais.

Si vous désirez aller plus loin :

Helmut & June. Portraits croisés, de José Alvarez, aux éditions Grasset. 416 pages. 23,00€.
La photographie de mode, un art souverain, de Frédéric Monneyron, aux éditions PUF. 224 pages. 23.50€.
Helmut Newton. Work, de Françoise Marquet, aux éditions Taschen. 280 pages. 30.00€.
Helmut Newton : Sumo (20ème anniversaire), aux éditions Taschen. 464 pages. 100,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.