Ad

« Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures » : Hector Obalk à Avignon

Ad

Ça dure vraiment deux heures mais cela pourrait durer davantage qu’on le suivrait quand même, ce diable d’homme. Dans une autre vie, Hector Obalk a dû être sorcier ou magicien, de ceux qui font sortir les lapins des chapeaux pour illuminer le regard des enfants sages. Du magicien, il possède l’art et la facilité apparente. Du sorcier, il possède l’habileté.

Hector Obalk dispose, de prime abord, d’un capital énorme de sympathie : rondouillard, bon enfant, simple et direct, il fait, avant le spectacle, son petit tour parmi les spectateurs qui patientent devant le théâtre de l’Atelier. C’est qu’Hector Obalk ne se prend pas au sérieux, il aime briser les statues et casser les mythes, être celui par qui le scandale de l’authentique arrive, celui qui tutoie les légendes.

Au départ, fils d’une juive tunisienne et d’un père élevé chez les jésuites, Obalk est un homme de culture et de passion. Sa culture artistique est totalement encyclopédique et impressionnante, sa passion est communicative : cet homme est l’enseignant surdoué qui aurait fait ses classes chez les camelots des grands boulevards, le prof dont tout le monde a rêvé, celui qui emmène, dirige, prend la main, éduque, conduit, rassure…

En l’espace de deux heures, aidé par de magnifiques photos, Obalk nous présente un panorama de la peinture, du XIIIème siècle au XXème, de Giotto à Yves Klein. Chemin faisant, au cas où nous serions susceptibles de décrocher, il s’acoquine avec rien moins que Bach et Mozart, joués sur scène par un violoniste, un violoncelliste et une chanteuse, et nous facilite l’accès aux œuvres d’art.

Rien de plus direct et évident que le cheminement d’Obalk : on ne s’agenouille pas devant une œuvre parce qu’il est dit qu’on doive s’agenouiller, mais seulement parce qu’on peut démontrer l’intérêt, la force, la nouveauté de telle technique, de telle posture, de telle thématique.

Obalk montre, démontre, analyse, prouve, et ce n’est jamais ni pesant ni long : l’homme sait se montrer clown, pour que son public ne soit pas perdu ni perplexe.

Obalk se montre par moments d’une effroyable mauvaise foi, mais il est toujours drôle, et insiste sur le fait que tout est toujours une question de conviction et de passion. Il le sait, il le dit : il n’y a pas de vérité en art, mais la perception, plus ou moins savante, plus ou moins informée, plus ou moins pertinente. Qu’il tacle Van Gogh, qu’il se gausse de Gauguin ou qu’il sanctifie Chardin, à chaque fois Obalk est convaincant parce qu’il est l’avocat du plaisir de voir, de l’envie de regarder, de l’art d’être spectateur.

Cet homme est de la carrure des passeurs de col en montagne, il nous mène, nous emmène, sourire aux lèvres et main dans le dos, certains que ceux qui le suivront, à travers neige et blizzard, finiront par trouver l’issue.

Hector Obalk est un magicien du théâtre, autant qu’un passionné d’art : Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures n’est pas qu’un pari, c’est un bonheur !

Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures, jusqu’au 23 juillet 2021 à la Condition des Soies (Avignon).

Si vous désirez aller plus loin :

Histoire de l’art illustrée pour les Nuls, ouvrage collectif aux éditions First. 576 pages. 12,10€.
Les grands courants artistiques, de Gérard Denizeau, aux éditions Larousse. 128 pages. 12,90€.
Le Petit Larousse de l’histoire de l’art, de Vincent Brocvielle, aux éditions Larousse. 352 pages. 24,95€.
D’art d’art, la collection complète, de Frédéric et Marie-Isabelle Taddéï, aux éditions du Chêne. 928 pages. 59,90€.

Et pour la jeunesse :

Histoire des arts, ouvrage collectif aux éditions Quelle Histoire. 144 pages. 8,90€.
Histoire de l’art, de la préhistoire au XXIe siècle, de Sonia Chaine, aux éditions du Père Castor. 128 pages. 9,20€.
L’histoire de l’art en 3 minutes chrono, de Susie Hodge, aux éditions Courrier du Livre. 96 pages. 12,90€.

Ad

1 commentaire sur « Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures » : Hector Obalk à Avignon

  1. Bonjour, j’ai acheté une place plein tarif pour le 16 juillet. Je ne peux finalement pas m’y rendre.
    Je peux la revendre à prix réduit si ça intéresse quelqu’un j’ai mis l’offre sur le site ze pass

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.