Ad

« Ils étaient un seul homme » : quand l’équipe américaine d’aviron humilie Hitler…

« Ils étaient un seul homme » est un livre plein d’espoir dans les capacités humaines, mettant à la fois en valeur le travail en équipe, son exigence, et aussi sa réussite.

Cette aventure, belle, vraie et humaine se déroule au rythme des rames.

Voici que l’histoire nous amène des Etats-Unis en crise jusqu’à l’Allemagne nazie, qui s’offre un lifting le temps des Jeux Olympiques.

D’un côté nous voyons tout le travail, les joies et les doutes de l’équipe d’aviron de l’université de Washington qui gagnera la médaille d’or aux Jeux de Berlin en 1936.

Nous le vivons aussi à travers l’histoire individuelle de l’un d’eux, Joe Rantz, et à-travers l’Histoire globale des Etats-Unis avec ses revers, écologiques et économiques.

De l’autre, nous voyons la préparation minutieuse des Jeux Olympiques de Berlin et tout le travail de propagande nazie pour donner au gouvernement allemand des allures de respectabilité.

Les personnages sont attachants, le dénouement finalement connu, mais du début à la fin, d’espoirs en découragements, le lecteur oscille entre crainte et soulagement. Le récit des courses nous entraîne dans une attente fiévreuse.

Finalement rien n’est gagné ni perdu avant l’arrivée, et chaque centième de seconde compte. De plus, chaque début de chapitre, les paroles pleines de bon sens de Pocock, constructeur des embarcations, sont un cadeau.

Il est probable que pour un fan d’aviron, ce livre se transforme en trésor. Il n’est cependant absolument pas nécessaire d’avoir des pré-requis en la matière pour l’apprécier, et y découvrir les ingrédients de la victoire.

Ils étaient un seul homme est un ouvrage lumineux, porteur d’espoir et évitant à la fois l’écueil du misérabilisme et celui de la complaisance.

Ils étaient un seul homme, de Daniel James Brown, aux éditions Vuibert. 450 pages. 21,90€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.