Ad

« Josef Josef » : le retour d’Éric Slabiak sur scène, avec un nouveau groupe

Ad

Ancien membre du groupe Les yeux noirs, qu’il avait fondé en 1992 avec son frère Olivier, le chanteur et violoniste Eric Slabiak est de retour sur scène avec son nouveau groupe : Josef Josef.

Si ce « retour » fait référence à un come-back musical, il évoque également celui de l’après confinement. Une période trouble et incertaine mais qui a eu sur le groupe une influence positive, puisqu’Eric Slabiak précise : « une si grande pause sans scène, cela ne m’était jamais arrivé ! Je dois avouer qu’au-delà de la pandémie, être au calme a été une expérience enrichissante. Et cela faisait longtemps que je n’avais pas pu travailler trois ou quatre heures par jour mon violon ! »

Et quand on voit le spectacle que Josef Josef nous offre chaque lundi soir au théâtre Michel, on veut bien le croire sur parole. Le public est conquis, et la salle est pleine !

L’espace d’une heure trente, c’est à un voyage dans une Europe Centrale disparue auquel nous invitent les cinq musiciens : chants tsiganes de Serbie ou de Russie, poèmes yiddish du ghetto de Vilnius…

« Josef Josef est le titre d’une chanson yiddish écrite par Nellie Casman en 1923 : Yossel Yossel… Lorsque mon père entendait cet air-là, son visage s’illuminait d’un sourire ému. Josef Josef était une de ses chansons préférées. Josef Josef, c’est ainsi que j’ai choisi de nommer le groupe, tant cette mélodie m’accompagne depuis toujours. »

Éric Slabiak.

Une plongée musicale dans un monde révolu, décimé par les aléas de l’Histoire, mais composée de titre qui résonnent toujours de manière particulière : Unter dayne vayse shtern, Sheyn vi di levone, Vi zaynen mayne zibn guite yur, Brontshele

Cet album homonyme de douze titres est donc le premier que signe le nouveau groupe. Aux côtés d’Éric Slabiak, on retrouve à la guitare Frank Anastasio, petits-fils de luthier et ex-guitariste des Yeux noirs, Dario Ivkovic, musicien serbe, à l’accordéon, Jérôme Arrighi, ancien élève du compositeur colombien Jaime Cordoba, à la basse (en alternance avec Noé Rousseil), et enfin Rémi Sanna à la batterie.

Un spectacle à voir et à entendre absolument ! Courez-y !

Josef Josef, chaque lundi soir au théâtre Michel.

Incoming search terms:

  • dorothe helm bauhaus

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.