24 May 2019
Et aussi sur Cultures-J.com

« La charrue de feu », le nouveau roman d’Eli Chekhtman

Traduit du yiddish, La charrue de feu est un petit bijou. Le temps de sept parties (les sept portes) le lecteur s’attache à la famille Makover, famille hassidique ukrainienne.

la charrue de feu eli chekhtmanL’auteur, dans une langue très poétique, fait revivre pour nous cette famille, dans sa vie profane et religieuse, les deux se mêlant souvent comme le titre le suggère. Il nous fait partager ses joies et ses douleurs, ses incompréhensions aussi.

L’histoire se passe en une période de pogroms pour se terminer en pleine Shoah. La bestialité est présentée sans fard, face à cette famille et à tant d’autres pour qui le Talmud constitue le centre de leur vie. La cruauté va en s’intensifiant, de porte en porte, au fur et à mesure des déplacements. Le roman s’arrête aux portes d’Auschwitz.

Avec talent, Eli Chekhtman nous fait entrer dans la tourmente de ces époques troubles. Il peint la folie des pogroms, des purges russes, de la Shoah par balles d’un côté, et de l’autre l’univers hassidique des Juifs de l’époque, leurs traditions et rituels. La mystique et le combat spirituel des membres de la famille face à tant d’horreurs est peinte avec une très grande sensibilité.

Les personnages font penser à une partie de ceux des frères Singer, mais si ici aussi ils souffrent, ils sont avant tout libres, beaux et dignes. Les Juifs de La charrue de feu, malgré les difficultés et la précarité, sont les rois et les reines d’un peuple qu’on veut détruire.

Il faut aussi souligner qu’on ne trouve pas de lourdeur dans le texte traduit par Rachel Ertel, comme cela arrive parfois dans les traduction, et cela ajoute aux qualités de l’ouvrage. Le glossaire permet quant à lui de situer les personnages historiques ainsi que certaines traditions.

En résumé,  on ne peut que se réjouir de sa traduction en français. Il tient toutes les promesses annoncées par le bandeau de la couverture, qui parle de chef-d’œuvre.

Sophie MASSON pour Cultures-J.com.

La charrue de feu, d’Eli Chekhtman, aux éditions Buchet Chastel. 432 pages. 24,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.