Ad

« La folle épopée de Victor Samson », le premier roman jeunesse de Laurent Seksik

1913, village de Mondino. Jacob Samson, génial inventeur d’une boisson gazeuse qui ne va pas tarder à conquérir le monde, vit avec son épouse Sarah et leur fils Victor.

Mais la « Jacobine » — c’est le nom de ce remède-miracle capable de guérir tous les maux, et même de transformer le plus docile des félins en bête féroce — suscite bien des interrogations de la part des villageois, dont certains voient en Jacob Samson un diabolique sorcier.

Aussi, dès qu’éclatent les premières émeutes locales, les Juifs du village sont immédiatement pris pour cible, et en une nuit la famille Samson va tout perdre. L’officine est incendiée, et Jacob, prisonnier des flammes, ne survivra pas.

Pour réaliser le rêve de son père trop tôt disparu, le jeune Victor se met alors en tête de reprendre le flambeau, et d’offrir à la « Jacobine » le succès auquel elle est de toute évidence destinée. Et pour se faire, quel meilleur endroit que l’Amérique ? Après tout, si les américains aiment le Coca Cola, aucun doute qu’ils vont adorer la « Jacobine ».

En possession de la précieuse recette, Victor gagne Marseille, et embarque direction le Nouveau Monde. Mais le voyage jusqu’au pays de l’Oncle Sam va prendre une toute autre allure, et durer bien plus que quelques jours.

Au fil d’un périple semé d’embûches, le jeune garçon se retrouvera tour à tour naufragé sur un radeau au large des côtes italiennes, appelé au front en 1914 où il passera quatre longues années dans les tranchées, avant de poursuivre des pérégrinations qui le mèneront à Berlin — où il doit récupérer la recette volée —, Moscou, Pékin, Shanghaï… pour enfin voir se dessiner les côtes américaines. Mais c’est par la Californie que Victor et son fidèle ami Alphonse arrivent en Amérique. Le moins que l’on puisse dire est que le voyage depuis le port de Marseille a été long.

Bien qu’il soit destiné aux plus jeunes lecteurs — c’est le tout premier roman jeunesse écrit par le très talentueux Laurent Seksik, à qui l’on doit entre autre Le cas Eduard Einstein, Romain Gary s’en va-t-en guerre ou les bandes dessinées Les derniers jours de Stefan Zweig et Modigliani, prince de la bohème —, La folle épopée de Victor Samson ne manquera certainement pas de séduire les adultes en manque d’aventures.

Extrêmement drôle et émouvant, ponctué de faits historiques au cours desquels on côtoie des princesses russes et des espions soviétiques, mais aussi Jean Jaurès, Charlie Chaplin, Marcel Proust, Léon Trotsky, Rosa Luxemburg, et même Albert Einstein — qui, soit dit en, passant, n’a jamais entendu parler de la « Jacobine » —, cet ouvrage est empreint d’une très grande humanité, et délivre un message de tolérance plus que bienvenu.

A défaut d’être servi sous forme de boisson gazeuse, La folle épopée de Victor Samson n’en reste pas moins un remède (littéraire) à la morosité et à la déprime ambiantes. A lire sans attendre !

La folle épopée de Victor Samson, de Laurent Seksik, aux éditions Flammarion. 365 pages. 15,90€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.