Ad

Dans « Dorothy », Zabou Breitman rend hommage à la romancière Dorothy Parker

Ad

Deux femmes exceptionnelles, Dorothy  Parker, romancière américaine, poétesse, résistante, féministe et chroniqueuse au « New Yorker » et « Vogue’, et Zabou Breitman, comédienne et metteure en scène qui l’incarne, se rencontrent sur une scène parisienne. Un régal !

Zabou Breitman, éblouissante, incarne donc le personnage de Dorothy Parker, née en 1933 et décédée en 1967. Sa mort elle même a été une source de tracas car personne ne savait quoi faire de son urne funéraire jusqu’en août 2020, où elle a été récupérée à New York.

Dorothy Parker a, en son temps, défrayé la chronique avec ses nouvelles, ses poèmes et ses articles caustiques au parfum de scandale. A l’heure de la prohibition et du maccartisme, elle mène une vie libre au milieu d’intellectuels et artistes militants, s’engage pour les droits des femmes et des noirs, et dissèque avec ravissement cette société urbaine et mondaine du 20ème siècle.

Zabou Breitman, devient tout à tour la narratrice de la vie de Dorothy Parker, puis les personnages de cinq de ses nouvelles, et enfin se trouve en tête-à-tête avec elle-même, dans une effroyable solitude. Elle donne vie à « cette femme à plume qui frappe juste », dans une fluidité narrative au sein laquelle s’entrelace la petite histoire dans la grande.

On assiste à tous les aspects de sa vie, avec ses rencontres houleuses, ses extravagances, son attachement à Martin Luther King et la cause noire, ses combats féministes mais aussi ses découragements amoureux, son blues de femme seule.

Elle  avait son style d’écriture bien à elle, d’une plume comme trempée dans du vitriol pour dénoncer, décortiquer, se moquer de cette société superficielle et cancanière new yorkaise.

Zabou incarne Dorothy jusque dans ses vêtements vaporeux, qu’elle enfile tout au long de la pièce tels des traces de sa vie houleuse et  brillante.

Belle rencontre théâtrale en cette rentrée à voir.

Dorothy, actuellement au théâtre de la Porte Saint-Martin.

Si vous désirez aller plus loin :

Excusez-moi pour la poussière. Le testament joyeux de Dorothy Parker, de Jean-Luc Seigle, aux éditions Flammarion. 96 pages. 10,00€.
Les traversées de Dorothy Parker, de Camille Mancy, aux éditions Prisma. 168 pages. 17,95€.
Articles et critiques, de Dorothy Parker, aux éditions Bourgois. 293 pages. 19,82€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.