Et aussi sur Cultures-J.com

« Amedeo Modigliani, l’œil intérieur » au LAM de Villeneuve d’Ascq

Actuellement, et jusqu’au 6 juin 2016, le musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq, qui conserve une des plus belles collections publiques de Modigliani avec six peintures, sept dessins et une sculpture de marbre, présente une vaste exposition intitulée Amedeo Modigliani, l’oeil intérieur.

modigliani lam villeuve d ascqRassemblant plus de 120 oeuvres – dont une centaine de Modigliani lui-même, parfois présentées pour la première fois en France, mais aussi d’artistes majeurs tels Kees van Dongen, Jacques Lipschitz, Pablo Picasso, Constantin Brancusi, Ossep Zadkine, Henri Laurens, ‘Haïm Soutine, Moïse Kisling, Gertrude O’Brady, Béla Czóbel ou encore Tsuguharu Fujita -, elle a pour ambition de mettre en lumière à la fois l’univers artistique de l’artiste, de l’avant-garde à l’Ecole de Paris, mais également la place accordée à son oeuvre dans le monde des collectionneurs et des marchands d’art de l’époque.

Segmentée en trois parties revenant sur ses douze années de création, elle examine tout d’abord les rapports de Modigliani avec la sculpture. Des oeuvres prêtées par le Louvre, le musée Guimet ou le musée du Quai Branly témoignent de la grande influence qu’ont eu sur son travail les réalisations provenant de la Grèce antique – les Cyclades avec leurs verticales très marquées, les visages ovales et aplatis, les arêtes de nez prononcées -, d’Extreme-Orient – il découvre l’art khmer provenant des colonies au Palais du Trocadéro -, ou encore d’Afrique. Passionné d’egyptomanie, il arpente les allées du Louvre et s’inspire très largement des oeuvres qu’il y découvre, un style qui n’est pas incompatible avec l’avant-garde.

Le temple de l’humanité que l’artiste souhaitait ériger ne verra finalement jamais le jour, et en raison de sa santé fragile et de sa sensibilité aux poussières produites par la taille de la pierre, il sera contraint d’abandonner la sculpture. Toutes ces inspirations se retrouveront cependant dans sa peinture quelques années plus tard.

La seconde partie revient quant à elle sur son oeuvre peinte. Comme nombre d’artistes de l’époque, Modigliani fréquente les quartiers de Montparnasse et de Montmartre, où il s’installe à partir de 1906. Il fréquente Apollinaire, Picasso, Diego Rivera, Max Jacob – qui le présentera au marchand d’art Paul Guillaume -, Brancusi, avec qui il partage un atelier, mais aussi Soutine, Kisling et Kremegene qui prendront une place importante dans sa vie artistique.

À partir de 1916, le poète polonais Léopold Zborowski met toute son énergie pour faire connaître Modigliani, à un moment où la peinture de l’artiste semble devenir plus sereine. Écartés de la capitale en raison des combats de plus en plus proches, Modigliani et son épouse Jeanne Hebuterne, alors enceinte, gagnent le sud de la France.

Sous l’impulsion de son marchand d’art, Modigliani s’essaie alors aux paysages – il admire Cezanne, une référence pour de nombreux artistes, et Gauguin découverts au Salon des Indépendants -, et au nu. Ces derniers, qui seront exposés en vitrine à la galerie Berthe Weill, feront scandale.

Enfin, l’exposition s’achève sur un univers qui permet de se replonger dans l’univers du collectionneur Jean Dutilleul, fondateur avec son neveu Jean Masurel de la collection du LAM, et un focus sur les deux dernières années de production de Modigliani.

Une exposition magnifique à ne pas manquer !

Découvrez l’exposition en images sur notre page Facebook.

Modigliani, l’œil intérieur, au LAM de Villeneuve d’Ascq, jusqu’au 5 juin 2016. Plus d’infos sur le site du LAM de Villeneuve d’Ascq.

Amedeo Modigliani : L’oeil intérieur, le catalogue de l’exposition, aux éditions Gallimard. 192 pages. 35,00€.

Si vous désirez aller plus loin :

Amedeo Modigliani : L’oeil intérieur, le hors-série Beaux Arts Magazine. 9,00€.
Modigliani, prince de la bohème, de Laurent Seksik, aux éditions Casterman. 72 pages. 16,00€.
Modigliani, de Doris Krystof, aux éditions Taschen. 96 pages. 9,99€.
Modigliani, biographie par Christian Parisot, aux éditions Folio. 352 pages. 8,20€.
Le scandale Modigliani, de Ken Follett, aux éditions Livre de Poche. 352 pages. 7,90€.
Modigliani, Soutine et l’aventure de Montparnasse, le catalogue de l’exposition, aux éditions Pinacothèque de Paris. 280 pages. 49,00€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Rothschild, Bernheim-Jeune, Rosenberg… et la machine à piller nazie
Il y a quelques mois, on découvrait dans un appartement de Munich un trésor composé de plus de 1.500 toiles de maîtres – Marc Chagall, Henri Matisse, Pablo Picasso, Max ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 4/5. Jazz et art dégénéré
L'élite allemande ne dédaigna pas l'art dit "dégénéré" tel le jazz en musique, ou le fauvisme en peinture, même s’il fut censuré. Si les artistes interdits fluctuent selon une logique ...
Lire la suite
« Modigliani, Soutine, et l’aventure de Montparnasse », à la Pinacothèque
Jonas Netter. Pour de nombreuses personnes, l’évocation de ce nom peut ne rien évoquer. Cependant, même s’il est bien moins fameux que le parisien Paul Guillaume ou l’américain Albert Barnes, cet ...
Lire la suite
« Matisse, Cézanne, Picasso… L’aventure des Stein », au Grand Palais
Une fois de plus, le Grand Palais va se trouver sous le feu des projecteurs en cette fin d’année, en proposant au public de découvrir l’une des plus importantes collections ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 2/5. Collaboration et propagande
2. Collaboration et propagande Dans les artistes qui ont collaboré, ou du moins qui ont soutenu la France de Vichy, il faut citer entre autres Drieu la Rochelle, Céline, Brasillach. Il ...
Lire la suite
« Femmes collectionneuses d’art et mécènes », de Julie Verlaine
A la fin du 19ème siècle, les femmes collectionneuses d’art sont déjà nombreuses, mais méconnues. Elles ne fréquentent pas les musées et les galeries au même moment que les hommes. Les ...
Lire la suite
« Kiki. Le Montparnasse des Années Folles », au théâtre de la Huchette
Actuellement et jusque fin août, le théâtre de la Huchette, à deux pas de Notre-Dame, présente le spectacle Kiki. Le Montparnasse des Années Folles. Bien plus qu’une plongée au cœur de ...
Lire la suite
« De Zurbarán à Rothko. La collection Alicia Koplowitz », au musée Jacquemart-André
Actuellement, et jusqu'au 10 juillet prochain, le musée Jacquemart-André présente De Zurbarán à Rothko. La collection Alicia Koplowitz, une magnifique exposition retraçant en une cinquantaine d'œuvres classiques, modernes et contemporaines, exposées ...
Lire la suite
« Le cercle de l’art moderne », au musée du Luxembourg
Créée par ordonnance royale de François Ier au début du 16ème siècle, la ville du Havre devait devenir le second port de la capitale, Paris. Enrayée par les guerres de religion ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
Et les possessions juives partirent pour l'Allemagne. Ce fut l'époque de la récupération des œuvres d'art, des livres et  des meubles des particuliers Juifs. Leurs biens furent spoliés au profit ...
Lire la suite
Rothschild, Bernheim-Jeune, Rosenberg… et la machine à piller nazie
Les arts sous l’Occupation : 4/5. Jazz et art
« Modigliani, Soutine, et l’aventure de Montparnasse », à la Pinacothèque
« Matisse, Cézanne, Picasso… L’aventure des Stein », au Grand Palais
Les arts sous l’Occupation : 2/5. Collaboration et propagande
« Femmes collectionneuses d’art et mécènes », de Julie Verlaine
« Kiki. Le Montparnasse des Années Folles », au théâtre de
« De Zurbarán à Rothko. La collection Alicia Koplowitz », au
« Le cercle de l’art moderne », au musée du Luxembourg
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.