Et aussi sur Cultures-J.com

La villa Ephrussi de Rothschild, un palais florentin sur la Côte d’Azur

Édifiée sur la partie la plus étroite d’une presqu’île rocailleuse, les façades roses de la villa Ephrussi se détachent depuis un siècle du bleu de la Méditerranée et du vert des collines qui l’entourent tel un écrin.

Tandis qu’au début du 20ème siècle, la Côte d’Azur devient le lieu de villégiature de toute la haute société, Béatrice de Rothschild, fille d’Alphonse de Rothschild, régent de la Banque de France, et épouse de Maurice Ephrussi, un banquier originaire d’Odessa, fait l’acquisition de sept hectares de terrain rocailleux perdu au beau milieu de nulle part et se jetant dans des eaux turquoise et émeraude. Son mariage en 1883 avec cet amoureux des arts, dont le cousin est mécène des impressionnistes, va lui pemettre de laisser libre court à sa passion, initiée lors de ses jeunes années à l’hôtel de Talleyrand ou au château de Ferrières.

Cher aux Rothschild, la demeure est construite dans le style Renaissance italienne. Pas moins de quinze architectes se succéderont durant les six années que dureront les travaux, années placées sous le signe de l’exigence et de la perfection, et en 1912, la villa « Ile de France » – nom inspiré d’un navire de croisière dont Béatrice de Rothschild serait le commandant – est inaugurée.

Desservies par un patio et une galerie entourés de colonnades de marbre rose de Vérone présentant des oeuvres médiévales ou Renaissance – un lieu dans lequel elle aimait donner ses réceptions -, le palais est une succession de salons, cabinets, chambres et boudoirs aménagés avec raffinement, répartis sur deux niveaux.

Au rez-de-chaussée, les murs du grand salon sont décorés de boiseries du 18ème siècle provenant de l’hôtel de Crillon, à Paris, tandis que de nombreuses pièces du mobilier sont d’origine royale, à l’image du tapis de la Savonnerie provenant de la chapelle de Versailles, ou une table de whist ayant appartenu à Marie-Antoinette ; les appartements de Béatrice forment une avancée ovale donnant sur la baie de Villefranche et abritent tapis d’Aubusson, commode estampillée Nicolas Petit et boiseries Riesener ; la collection de porcelaines de Vincennes et de Sèvres est quant à elle considérée comme l’une des plus belles du genre.

A l’étage, des sculptures en terre cuite trouvent leur place de part et d’autre d’une loggia florentine offrant une vue superbe sur la côte et les jardins de la villa. Dans le salon Fragonard sont présentés des lavis de l’artiste des « fêtes galantes » ainsi que certains dessins de son maître, François Boucher.

Si Béatrice de Rothschild était une amoureuse des arts, elle l’était également de la nature. Après avoir fait dynamité et arasé la quasi-totalité du terrain, Achille Duchêne et Harold Péto, deux architectes-paysagistes, vont durant cinq ans aménager une succession de neuf jardins censés rappeler à la baronne ses nombreux voyages. Cascades, bassins, allées, parterres de fleurs ou de plantes exotiques invitent à la découverte du monde botanique : jardins japonais, provençal, florentin, espagnol ou encore « à la française », dominant tous les autres par sa taille et son emplacement privilégié dans le prolongement de la façade, et où se déroulent toutes les vingt minutes des jeux d’eaux musicaux. Un zoo, aujourd’hui disparu, accueillait singes, mangoustes et flamants roses.

A la disparition de son mari en 1916, Béatrice de Rothschild délaisse la villa Ephrussi qui sera, à sa mort en 1934, léguée ainsi que tous ses biens à l’Académie des Beaux-Arts, soit plus de 5.300 pièces réparties dans ses demeures de Saint-Jean-Cap-Ferrat, mais aussi de Paris et de Monte-Carlo.

Mondialement connue, notamment grâce aux nombreux films et séries T.V. pour lesquels elle a servi de décor – Jamais plus jamais, Lady L., La croisière s’amuse ou encore Si c’etait demain, la villa Ephrussi de Rothschild est aujourd’hui l’un des sites touristiques les plus visités de la région.

Si vous désirez aller plus loin :

La villa Ephrussi de Rothschild, de Jérôme Coignard et Bruno Monnier, hors-série Connaissance des Arts N°532. 66 pages. 21,00€.
Les lionnes de la Riviera, de Michel Desforges, aux éditions Pygmalion. 237 pages. 21,90€.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
Et les possessions juives partirent pour l'Allemagne. Ce fut l'époque de la récupération des œuvres d'art, des livres et  des meubles des particuliers Juifs. Leurs biens furent spoliés au profit ...
Lire la suite
« Le cercle de l’art moderne », au musée du Luxembourg
Créée par ordonnance royale de François Ier au début du 16ème siècle, la ville du Havre devait devenir le second port de la capitale, Paris. Enrayée par les guerres de religion ...
Lire la suite
« La spoliation des Juifs. Une politique d’Etat », au Mémorial de la Shoah.
Jusqu’au 29 septembre 2013, le Mémorial de la Shoah présente une exposition intitulée « La spoliation des Juifs, une politique d’état, 1940-1944 » mettant en lumière, grâce à quantité de documents d’archives, ...
Lire la suite
« Femmes collectionneuses d’art et mécènes », de Julie Verlaine
A la fin du 19ème siècle, les femmes collectionneuses d’art sont déjà nombreuses, mais méconnues. Elles ne fréquentent pas les musées et les galeries au même moment que les hommes. Les ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 1/5. Collaboration et Résistance, quelle frontière ?
L'Occupation fait immédiatement penser à rationnement, peur, exode ou encore déportation. Mais ce fut également une époque de grande créativité intellectuelle. Le marché de l'art était florissant, les œuvres se vendaient ...
Lire la suite
Rothschild, Bernheim-Jeune, Rosenberg… et la machine à piller nazie
Il y a quelques mois, on découvrait dans un appartement de Munich un trésor composé de plus de 1.500 toiles de maîtres – Marc Chagall, Henri Matisse, Pablo Picasso, Max ...
Lire la suite
« Monuments Men », ou l’histoire du plus grand sauvetage d’oeuvres d’art
Pour la réalisation de son cinquième film, George Clooney a choisi un sujet qui n'avait encore jamais été traité au cinéma auparavant. Un sujet "basé sur une histoire vraie" comme ...
Lire la suite
« Amedeo Modigliani, l’œil intérieur » au LAM de Villeneuve d’Ascq
Actuellement, et jusqu'au 6 juin 2016, le musée d'art moderne de Villeneuve d'Ascq, qui conserve une des plus belles collections publiques de Modigliani avec six peintures, sept dessins et une sculpture ...
Lire la suite
Musée Camondo, de la demeure au musée
Peu connu des touristes et des parisiens, lui préférant souvent le Louvre, Orsay ou le Centre Pompidou, le superbe musée Nissim de Camondo, érigé à deux pas du très huppé ...
Lire la suite
Derniers jours : « Modernités plurielles », 70 ans d’art moderne international à Beaubourg
Avec une collection parmi les trois plus importantes au monde avec celles du MoMA de New York et de la Tate Modern de Londres, et la première en termes de ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
« Le cercle de l’art moderne », au musée du Luxembourg
« La spoliation des Juifs. Une politique d’Etat », au Mémorial
« Femmes collectionneuses d’art et mécènes », de Julie Verlaine
Les arts sous l’Occupation : 1/5. Collaboration et Résistance,
Rothschild, Bernheim-Jeune, Rosenberg… et la machine à piller nazie
« Monuments Men », ou l’histoire du plus grand sauvetage d’oeuvres
« Amedeo Modigliani, l’œil intérieur » au LAM de Villeneuve d’Ascq
Musée Camondo, de la demeure au musée
Derniers jours : « Modernités plurielles », 70 ans d’art moderne

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.