Et aussi sur Cultures-J.com

« Modigliani, Soutine, et l’aventure de Montparnasse », à la Pinacothèque

Jonas Netter. Pour de nombreuses personnes, l’évocation de ce nom peut ne rien évoquer. Cependant, même s’il est bien moins fameux que le parisien Paul Guillaume ou l’américain Albert Barnes, cet amateur d’art fort discret possédait au début du 19ème siècle une des plus impressionnantes collections de tableaux, composée pour l’essentiel de Modigliani, de Soutine, et d’Utrillo. Il n’est pas prétentieux de penser que sans son amour immodéré pour la peinture, les noms de ces illustres représentants de l’histoire de l’art auraient bel et bien pu rester méconnus.

aventure montparnasseFils d’un riche représentant alsacien, Jonas Netter arrive à Paris avec son père en 1872, alors qu’il n’a que quatre ans. Il commence à se passionner très tôt pour l’art, et plus particulièrement pour les impressionnistes, qu’il découvre dans les musées et galeries de la capitale. Malheureusement, à cette époque, les grands noms de ce courant artistique sont déjà très connus, et donc… très côtés. Jonas Netter ne peut s’offrir leurs toiles, et s’oriente donc vers des artistes alors inconnus, mais financièrement abordables.

Par le biais de Léopold Borowski, un marchand d’art d’origine polonaise, il acquiert son tout premier tableau de Modigliani, et deviendra par la même occasion, avec Paul Alexandre, l’un des premiers acheteurs du peintre italien, arrivé à Paris en 1906. Il découvre également la peinture de ‘Haïm Soutine, qui le bouleverse autant qu’elle le fascine, ainsi que celle de Maurice Utrillo, alors dans sa « période blanche ». Malgré les vives critiques des membres de sa famille et de ses amis, qui considèrent ces toiles comme des « horreurs », il en achètera par dizaines, au point de se retrouver, au début des Années Folles, à la tête d’une collection composée d’une quarantaine de Soutine, et plus de cent Modigliani. Il allouera d’ailleurs à ce dernier une rente de quinze francs par jour, paiera le loyer de son appartement ainsi que toutes ses fournitures artistiques pour garder l’exclusivité de sa production.

Lorsqu’arrive la Seconde guerre mondiale, Jonas Netter choisit de ne pas quitter Paris, mais est contraint, en tant que Juif, à vivre dans la clandestinité, avec de faux papiers. Il ne survivra à la fin du conflit que quelques mois, décédant en 1946.

Du 4 avril au 9 septembre 2012, la Pinacothèque de Paris présente pour la première fois 125 œuvres ayant toutes appartenu à Jonas Netter, reconstituant ainsi sa collection presque à l’identique de ce qu’elle était au siècle dernier. Au côté de toiles de ‘Haïm Soutine, Moïse Kisling ou de Maurice Utrillo, le visiteur pourra également admirer de nombreux Modigliani, dont certains exposés pour la première fois depuis les années 30, tel le magnifique portrait de Jeanne Hébuterne au henné, compagne de l’artiste, et qui pose pour lui alors qu’elle est enceinte. Quelques mois après avoir achevé cette œuvre, le peintre sera emporté par une méningite. Jeanne Hébuterne, inconsolable et sur le point d’accoucher, se suicide deux jours plus tard.

Modigliani, Soutine, et l’aventure de Montparnasse à la Pinacothèque de Paris, du 4 avril au 9 septembre 2012. Tarifs, horaires et réservations sur le site de la Pinacothèque de Paris.

Si vous désirez aller plus loin :

Montparnasse, les lieux de légende, aux éditions Parigramme.
– Modigliani, Soutine et l’aventure de Montparnasse : La collection Jonas Netter, le catalogue de l’exposition.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

« Misia, reine de Paris », au musée d’Orsay
Née le 30 mars 1872 à Saint-Petersbourg, Marie Sophie Olga Zénaïde Godebska, plus connue sous le seul nom de Misia, est la fille de Sophie Servais et du sculpteur polonais, ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 2/5. Collaboration et propagande
2. Collaboration et propagande Dans les artistes qui ont collaboré, ou du moins qui ont soutenu la France de Vichy, il faut citer entre autres Drieu la Rochelle, Céline, Brasillach. Il ...
Lire la suite
« Femmes collectionneuses d’art et mécènes », de Julie Verlaine
A la fin du 19ème siècle, les femmes collectionneuses d’art sont déjà nombreuses, mais méconnues. Elles ne fréquentent pas les musées et les galeries au même moment que les hommes. Les ...
Lire la suite
« 21 rue la Boétie », le livre-témoignage d’Anne Sinclair
"Je suis la petite-fille d’un monsieur qui s’appelait Paul Rosenberg et qui habitait à Paris, au 21 de la rue la Boétie." C’est avec cette dernière phrase du prologue de son ...
Lire la suite
« Kiki. Le Montparnasse des Années Folles », au théâtre de la Huchette
Actuellement et jusque fin août, le théâtre de la Huchette, à deux pas de Notre-Dame, présente le spectacle Kiki. Le Montparnasse des Années Folles. Bien plus qu’une plongée au cœur de ...
Lire la suite
Derniers jours : « Modernités plurielles », 70 ans d’art moderne international à Beaubourg
Avec une collection parmi les trois plus importantes au monde avec celles du MoMA de New York et de la Tate Modern de Londres, et la première en termes de ...
Lire la suite
Musée Camondo, de la demeure au musée
Peu connu des touristes et des parisiens, lui préférant souvent le Louvre, Orsay ou le Centre Pompidou, le superbe musée Nissim de Camondo, érigé à deux pas du très huppé ...
Lire la suite
« Monuments Men », ou l’histoire du plus grand sauvetage d’oeuvres d’art
Pour la réalisation de son cinquième film, George Clooney a choisi un sujet qui n'avait encore jamais été traité au cinéma auparavant. Un sujet "basé sur une histoire vraie" comme ...
Lire la suite
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
Et les possessions juives partirent pour l'Allemagne. Ce fut l'époque de la récupération des œuvres d'art, des livres et  des meubles des particuliers Juifs. Leurs biens furent spoliés au profit ...
Lire la suite
« Marc Chagall », au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid
Pour la toute première fois en Espagne, une exposition est consacrée au peintre Marc Chagall, qui fait l’objet jusqu’au 20 mai 2012 d’une grande rétrospective au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid. Les ...
Lire la suite
« Misia, reine de Paris », au musée d’Orsay
Les arts sous l’Occupation : 2/5. Collaboration et propagande
« Femmes collectionneuses d’art et mécènes », de Julie Verlaine
« 21 rue la Boétie », le livre-témoignage d’Anne Sinclair
« Kiki. Le Montparnasse des Années Folles », au théâtre de
Derniers jours : « Modernités plurielles », 70 ans d’art moderne
Musée Camondo, de la demeure au musée
« Monuments Men », ou l’histoire du plus grand sauvetage d’oeuvres
Les arts sous l’Occupation : 3/5. Spoliation et sauvetage
« Marc Chagall », au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.