Ad

« En scène ! » : les dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild s’exposent au Louvre…

Ad

Fils de cadet de James et Betty de Rothschild, fondateurs de la branche française, Edmond de Rothschild fut à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle l’un des plus grands collectionneurs de la famille, si ce n’est le plus grand.

Une passion pour l’art dont hériteront ses enfants, notamment sa fille Miriam-Alexandrine.

A la mort d’Edmond de Rothschild en 1934, son incroyable collection est léguée à diverses institutions. Le musée du Louvre verra donc entrer dans son fonds des milliers d’oeuvres, dont le célèbre trésor de Boscoreale, exhumé des ruines de la ville du même nom, près de Pompéi.

Dans son hôtel de Pontalba, rue du Faubourg Saint-Honoré, étaient également conservés ses quelques 3.000 dessins, 43.000 estampes anciennes, ainsi que des dizaines de planches représentant des costumes de fêtes et de spectacles.

Certaines de ces planches sont aujourd’hui présentées dans le cadre d’une très intéressante exposition temporaire intitulée En scène ! Dessins et costumes de la collection Edmond de Rothschild.

Quand on sait qu’avec le temps, la presque totalité des ouvrages traitant du textile ont disparu, on imagine aisément l’importance que revêt cette exposition.

Du 16ème à l’aube du 18ème siècle, le visiteur découvre — ou redécouvre — les grands noms de ceux que l’on appelait alors les « designateurs d’habits » : Francesco Primaticcio, Giovanni Battista Bertani, Jacques Bellange ou encore Jean Berain. On y apprends également que c’est suite à la mort du roi Henri II en 1559 au cours d’un tournoi que ces derniers céderont la place aux carrousels. Spectacle politique et diplomatique d’envergure, les costumes qui y étaient exhibés se devaient d’affirmer le pouvoir. Même les chevaux avaient droit à leur harnais et panaches rehaussés de broderies et de pierreries.

Une centaine de feuilles provenant de quatorze volumes de costumes permettent donc, au rythme de la musique de Lully, de revenir sur cette forme d’art méconnue, et cette collection qui l’est probablement tout autant.

En scène ! Dessins et costumes de la collection Edmond de Rothschild, jusqu’au 31 janvier 2022 au musée du Louvre.

Si vous désirez aller plus loin :

En scène ! Dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild, ouvrage collectif, aux éditions Lienart. 231 pages. 29,00€.
Collection Edmond de Rothschild au musée du Louvre, de Pascal Torres, aux éditions Passage. 160 pages. 19,00€.
Edmond de Rothschild, l’homme qui racheta la Terre Sainte, d’Elizabeth Antébi, aux éditions du Rocher. 593 pages. 21,90€.
Edmond de Rothschild (1845-1934), prince et bienfaiteur, d’Elizabeth Antébi, aux Éditions Universitaires Européennes. 420 pages. 98,00€.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.