Et aussi sur Cultures-J.com

Le « Portrait de Friederike Maria Beer », chef-d’oeuvre du musée de Tel Aviv

A l’entrée du 20ème siècle, vers la fin de sa carrière, Gustav Klimt s’intéresse de plus près aux portraits et réalise des oeuvres de grandes tailles, richement décorées pour flatter une clientèle richissime.

Gustav Klimt Portrait of Friederike Maria BeerDans ceux des dernières années, comme c’est le cas pour cette huile sur toile représentant Friederike Maria Beer, réalisée deux ans avant sa mort, Klimt revient à une représentation plus naturaliste et crée un équilibre entre ornementation et réalisme, évitant l’or qui fit sa gloire dans les années « Sécession » et faisant appel à des couleurs vives qui ne sont pas sans rappeler les Fauves.

Friederike Maria Beer, riche bourgeoise de la société viennoise, commande ce portrait en 1915. D’une grande indépendance, élevée dans les milieux artistiques et fervente amatrice de l’avant-garde, elle avait déjà commandé à Egon Schiele un portrait quelques années auparavant. Lorsque son prétendant, Hans Böhler, lui promit un collier de perles, elle lui répondit qu’elle lui préférerait un portrait d’elle peint par Gustav Klimt. Dans un premier temps, l’artiste déclina la demande, prétextant que Schiele l’avait déjà immortalisé un an plus tôt, avant de se raviser.

Durant six mois, lors de chaque séances de pose, elle portera une robe de soie peinte à la main, que Klimt s’efforcera de reproduire avec le plus de fidélité possible, ainsi qu’un court manteau de fourrure, tous deux créés par le célèbre artisan Wiener Werkstätte, chez qui elle est une cliente fidèle.

Insatisfait du résultat, Klimt retouchera la toile à de nombreuses reprises, tant et si bien que, sur les conseils de l’une de ses amies, Friederike Beer, impatiente, quittera un jour l’atelier avec son portrait « sous le bras » afin qu’il ne puisse plus être modifié.

En 1964, elle fera don de cette robe, qu’elle appelait sa « robe Klimt », au Metropolitan museum de New-York.

Le fond, surchargé, représente quant a lui des scènes de batailles tirées de la mythologie coréenne, un motif inspiré d’un vase de l’artiste et qui revient a plusieurs reprises dans ses oeuvres tardives, mêlant ainsi cultures occidentale et orientale. Ce motif temoigne également de l’influence de l’art asiatique sur l’Art Nouveau. On remarquera également, en haut à droite, les bandes blanches et rouges, couleurs du drapeau autrichien, séparées par une bande noire symbolisant quant à elle le déclenchement de la Première guerre mondiale.

 

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Tel Aviv, une Ville Blanche au Patrimoine mondial de l’UNESCO
Classée en 2003 au Patrimoine mondial de l'UNESCO au titre "d'ensemble exceptionnel d'architecture du mouvement moderne", la Ville Blanche de Tel Aviv possède la plus grande concentration au monde d'immeubles ...
Lire la suite
Sortie DVD : « La femme au tableau », le nouveau film de Simon Curtis
Quand la nuit tombe, c'est avec les bougies du passé que Maria Altmann éclaire ses songes. Autriche, 1907. Un tableau, une femme, un regard aussi précieux que de l'or... Celui de sa ...
Lire la suite
« Au temps de Klimt. La Sécession à Vienne », à la Pinacothèque de Paris
A l’image du Grand Palais, la Pinacothèque de Paris propose depuis sa réouverture des événements d’envergure. Et l’exposition qui a ouvert hier ses portes à un public déjà nombreux ne ...
Lire la suite
« Anna’s Vienna », à la maison Ticho de Jérusalem
Lorsque le docteur Albert Ticho et sa jeune fiancée Anna arrivent de Vienne en Palestine en 1912, ils décident de s’installer à Jérusalem. Spécialiste renommé, Albert Ticho prend à partir ...
Lire la suite
« New York la juive » : 6. La Neue Galerie, un écrin pour Adèle Bloch-Bauer
Au 1048, à deux blocs du Guggenheim, l’ancien hôtel particulier de style Louis XIII de Grace Vanderbilt, qui abrita également la branche new-yorkaise du centre de recherche sur la langue ...
Lire la suite
Rencontre avec Pierre Dulaine, par Johana Levy
Pierre Dulaine est un véritable gentleman. Avant l’interview j’ai commandé un thé qui m’a été servi sur plateau. Il vient me chercher et prend d’autorité le plateau. Il m’escorte ainsi ...
Lire la suite
« Les voisins de D.ieu », de Méni Yaesh
Le 20 août 2013 est sorti en DVD le premier long-métrage du jeune réalisateur israélien Méni Yaesh, Les voisins de D.ieu. Nominé à huit reprises dans divers festivals, ce premier film ...
Lire la suite
« La médecine », le premier Klimt à entrer au musée d’Israël à Jérusalem
C’est avec un grand honneur que le musée d’Israël à Jérusalem annonce l’entrée dans ses collections de sa première toile du maître de la Sécession viennoise, Gustav Klimt. Présentée aux visiteurs ...
Lire la suite
« Matière noire », de Dror Burstein, par Sophie Masson
Dror Burstein excelle dans l'art de recréer une atmosphère. Dans Matière noire, il nous amène dans les affres de relations familiales compliquées.  A-travers les pensées d'un personnage, il nous partage les ...
Lire la suite
Sortie DVD : « Epilogue », le portrait critique d’Amir Manor sur un idéal révolu
Hayuta et Berl Hoz, octogénaires, vivent dans un immeuble vieillot du Tel Aviv populaire. Peinant à subvenir à leurs besoins, seuls – leur fils Yoav habite New York avec sa ...
Lire la suite
Tel Aviv, une Ville Blanche au Patrimoine mondial de
Sortie DVD : « La femme au tableau », le nouveau
« Au temps de Klimt. La Sécession à Vienne », à
« Anna’s Vienna », à la maison Ticho de Jérusalem
« New York la juive » : 6. La Neue Galerie,
Rencontre avec Pierre Dulaine, par Johana Levy
« Les voisins de D.ieu », de Méni Yaesh
« La médecine », le premier Klimt à entrer au musée
« Matière noire », de Dror Burstein, par Sophie Masson
Sortie DVD : « Epilogue », le portrait critique d’Amir Manor

Incoming search terms:

  • friederikie maria beer

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.