Et aussi sur Cultures-J.com

« Les artistes Juifs dans l’Europe du 19ème siècle », au musée d’Israël

En pleine mutation industrielle, technologique, intellectuelle et artistique, le vieux continent connait entre la fin du 18ème et le début du 19ème siècle une période d’intenses bouleversements.

Gottlieb Maurycy Uriel d'Acosta in the Synagogue, 1877 exposition jerusalem musee israelEcartés du monde de l’art durant des siècles, les artistes Juifs européens seront nombreux à emmerger et à exercer enfin librement leur art. Une poignée d’hommes et de femmes, jusque-là cantonnés à l’artisanat d’objets cultuels, s’affranchiront alors de l’interdiction de représenter tout être vivant pour réaliser des travaux où scènes chrétiennes côtoient portraits, voire nus, de très grande facture.

Quarante peintures, croquis, dessins, gravures ou sculptures de quatorze artistes Juifs de cette période son actuellement présentés dans l’aile Della et Fred S. Worms du musée d’Israël, à Jérusalem. Provenant à la fois du fonds du musée, de prêts exceptionnels mais aussi de collections privées, nombre de ces œuvres ont rarement été montrées au public.

Si elle présente les travaux d’artistes renommés, elle met également en lumière des peintres et des sculpteurs moins connus, à l’instar de Vico d’Ancona, Maurycy Gottlieb, Jozef Israël, Salomon Pinhas, auteur du Retour du volontaire Juif de la Guerre de Libération, peint à la fin de sa vie et conservé habituellement au Jewish Museum de New York, ou encore le russe Isaac Levitan, paysagiste ami de Tchekhov.

Considéré comme le premier artiste Juif, Moritz Daniel Oppenheim est le protégé de la famille de Rothschild, dont il est le portraitiste attitré entre 1830 et 1850. Il réalisera de superbes portraits des membres de l’illustre lignée, dont ceux de Charlotte et de Lionel-Nathan sont ici présentés. Mais son éducation artistique classique et ses études à Paris ou à Rome lui offrent également l’opportunité d’appréhender quantité d’autres sujets, comme le ghetto Juif de la capitale italienne duquel il s’inspirera pour réaliser une série de tableaux.

Là où certains se sont désolidarisés de la religion en entrant dans le monde de l’art, d’autres en revanche y sont restés fermement attachés, comme le hongrois Isidor Kaufmann (lire également l’article Judaïsm, a world of stories), devenu peintre sur le tard, mais qui donnera du monde hassidique ses plus belles représentations picturales.

Making an entrance : Jewish artists in 19th century Europe, au musée d’Israël à Jérusalem, jusqu’au 13 septembre 2014. Plus d’informations sur le site du musée d’Israël.

Incoming search terms:

  • artistes juifs 18ème siècle

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.