Alfred Stieglitz et Georgia O’Keeffe : une histoire américaine

Le 3 avril 1917 ouvre à New York, à la galerie « 291 », la première exposition entièrement consacrée à Georgia O’Keeffe. Cet événement à été préparé et orchestré par le photographe Alfred Stieglitz.

Né de parents juifs immigrés d’Allemagne, Alfred Stieglitz vient au monde dans le New Jersey, suit ses études au City College de New York, puis à l’université de technologie de Berlin, en Allemagne. Il ne revient aux États-Unis qu’à la fin du 19ème siècle, avec une passion pour la photographie.

En 1902 il fonde le mouvement Photo-Secession, directement inspiré de la Sécession allemande et autrichienne. L’année suivante il crée la revue Camera Work, puis ouvre sa propre galerie, au 291 Cinquième Avenue. Il est le premier à y exposer des œuvres d’artistes européens tels que Picasso, Matisse, Cézanne, Picabia, Brancusi, Rodin…

En 1924, Alfred Stieglitz épouse la peinture et sculptrice Georgia O’Keeffe, rencontrée quelques années plus tôt, et de vingt-quatre ans sa cadette. En 1916, l’une des amies de Georgia O’Keeffe avait envoyé, à l’insu de l’artiste, quelques fusains abstraits à la galerie 291. Séduit, Alfred Stieglitz les expose l’année suivante, et tombe aussitôt amoureux. Il fera d’elle sa muse, l’immortalisant dans plus de trois cents cinquante clichés.

Le 13 juillet 1949, Alfred Stieglitz meurt d’un infarctus. Georgia O’Keeffe est chargée d’inventorier ses biens, dont 3.000 photographies, et plus de 50.000 lettres. Elle en fera don à diverses institutions américaines. Georgia O’Keeffe s’éteint quant à elle en mars 1986, à quatre-vingt-dix-huit ans.

Avec cinquante ans de carrière dans le domaine de la photographie, Alfred Stieglitz est considéré comme l’un des principaux contributeurs à la notoriété de cette forme d’art.

Partagez vos impressions

Cet article vous intéresse ? Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.